Menu Content/Inhalt
Accueil

Identification






Mot de passe oublié ?
Un de nos membres du comité
Ivar Petterson nous a rejoint depuis 2013
Lire la suite...
 
Acuerdo de Libre comercio Tisa
Ginebra, 2017
 Acuerdo sobre el Comercio Internacional de Servicios llamada en inglés "TISA"
(TISA es el acrónimo de Trade in Services Agreement)
 
Prefacio del informe sobre el TISA, escrito por Scott Sinclair, Centro Canadiense de Alternativas Políticas, y Hadrian Mertins-Kirkwood, Instituto de Economía Política, Universidad de Carleton, publicado por la Internacional de Servicios Publicos (ISP) :
 
Tratar a los servicios públicos como mercancías destinadas al comercio crea un error conceptual fundamental acerca de los servicios públicos. El Acuerdo sobre el Comercio de Servicios (en inglés, TISA), que se está negociando actualmente en secreto y fuera de las normas de la Organización Mundial del Comercio, es un intento deliberado por privilegiar los beneficios de las empresas y países más ricos del mundo por encima de los que tienen mayores necesidades.

Los servicios públicos están diseñados para satisfacer las necesidades sociales y económicas vitales –tales como la atención de la salud y la educación– de una manera asequible, universal y en función de las necesidades. Los servicios públicos existen porque los mercados no producirán estos resultados. Además, los servicios públicos son fundamentales para garantizar una competencia leal para las empresas y una reglamentación eficaz para evitar los desastres medioambientales, sociales y económicos –tales como la crisis financiera mundial y el calentamiento del planeta. Los acuerdos comerciales promueven conscientemente la comercialización y definen los productos y servicios en términos de su capacidad de ser explotados con fines lucrativos por parte de las empresas mundiales. Incluso los más fervientes partidarios de los acuerdos comerciales admiten que hay ganadores y perdedores en este juego amañado.

Los ganadores son generalmente los países poderosos que son capaces de hacer valer su poder, las empresas multinacionales que son las que se encuentran en mejor situación para aprovechar el nuevo acceso a los mercados y los consumidores adinerados que pueden permitirse las importaciones extranjeras. Los perdedores tienden a ser los trabajadores que se enfrentan a la pérdida de empleo y a una presión a la baja sobre los salarios, los usuarios de los servicios públicos y las pequeñas empresas locales que no pueden competir con las empresas multinacionales.

El TISA se encuentra entre la alarmante nueva ola de acuerdos comerciales y de inversión basados en poderes jurídicamente vinculantes que institucionalizan los derechos de los inversores y prohíben las medidas gubernamentales en una amplia gama de ámbitos sólo incidentalmente relacionados con el comercio.

El TISA impedirá que los gobiernos puedan devolver los servicios públicos a manos públicas cuando las privatizaciones fracasen, restringirá las reglamentaciones nacionales relativas a la seguridad de los trabajadores, limitará las reglamentaciones en materia de medio ambiente y protección de los consumidores, así como la autoridad reguladora en ámbitos tales como la concesión de licencias para centros de cuidado de la salud, centrales eléctricas, instalaciones de eliminación de desechos y la acreditación universitaria y escolar.

Este acuerdo tratará a los trabajadores migrantes como mercancías y limitará la capacidad de los gobiernos de garantizar sus derechos. Las normas del trabajo deberían ser establecidas por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), con su estructura tripartita, y no estar cubiertas por acuerdos comerciales.

Increíblemente, tras la crisis financiera mundial, el TISA también pretende desregular aún más los mercados financieros. Sabemos que los grandes intereses corporativos están fuertemente implicados en las negociaciones del TISA.

Sabemos que la última vez que se negoció un amplio acuerdo en materia de servicios (AGCS) – se desató una protesta pública mundial. Y sabemos que actualmente se están realizando grandes esfuerzos por mantener secretas las negociaciones del TISA.

Con unos riesgos tan importantes para las personas y para nuestro planeta, esto es un escándalo. Quién en un país democrático aceptará que su gobierno apruebe en secreto leyes que modifican el poder y la riqueza, comprometen a los futuros gobiernos y restringen la capacidad de su nación de responder a las necesidades de los ciudadanos de una manera tan fundamental ?

Los textos de negociación del Acuerdo sobre el Comercio de Servicios deben ser divulgados para su análisis y toma de decisiones públicos. El TISA no debe cubrir ningún servicio público ni restringir la capacidad de ningún gobierno para reglamentar en función del interés público. No debería realizarse ningún tipo de comercio con los servicios públicos.

Rosa Pavanelli,
Secretaria General
Internacional de Servicios Públicos


La Internacional de Servicios Públicos (ISP) es una federación sindical mundial que representa a 20 millones de trabajadores y trabajadoras que prestan servicios públicos esenciales en 154 países. La ISP defiende los derechos humanos, promueve la justicia social y el acceso universal a servicios públicos de calidad. La ISP trabaja con el sistema de las Naciones Unidas y en colaboración con entidades de la sociedad civil, sindicatos y otras organizaciones.

Public Services International, BP 9, F-01211 Ferney-Voltaire Cedex, France.
Tel: +33 (0)4 50 40 64 64 Fax: +33 (0)4 50 40 50 94

Diversos documentos sobre TISA : http://www.world-psi.org/fr/base-de-donnees-sur-tisa

 

   * * * * * * * *  

 
Lire la suite...
 
Les membres du comité

Pindaro Hugo GUARIN
Fondateur président de l’ADETRA

Association adetra

«J’ai un diplôme de l’ESAP, Ecole Supérieure d’Administration Publique, Bogotá ; un autre de l’IIAP, Institut International d’Administration Publique, Paris, et encore un de l’IUED – Université de Genève, en Etudes de Développement. Depuis 40 ans je me bats pour les conquêtes syndicales. Le moyen le plus effectif au niveau de la Suisse romande est l’intervention de l’ADETRA devant les tribunaux. En effet dans mes différentes universités j’ai privilégié la formation juridique, notamment en droit administratif et droit du travail. J’espère développer l’essor international de l’ADETRA pour organiser la résistance contre le libéralisme à outrance. Voici pour l’essentiel »
  

Barbara BIANCHI

Barbara Bianchi est cinéaste de formation. Sa préoccupation s'est toujours située dans le domaine social. A travers différentes associations de défense des droits humains, elle a passé plus de quinze ans à dénoncer activement les violations des droits fondamentaux subies par les peuples vivant sous les régimes dictatoriaux tortionnaires d'Amérique Latine principalement durant les années 80.

Elle est membre du comité de l'ADETRA depuis ses débuts. Elle a désiré apporter son soutien à cette association syndicale pour deux raisons: d'une part, parce qu'elle connaissait son président et savait que ce qu'il proposait d'entreprendre était sérieux et nécessaire, à la hauteur de ses capacités; et d'autre part, parce qu'elle pensait important de pouvoir défendre les "petits gens", ceux qui ne sont pas écoutés, qui ne font partie d'aucun syndicat existant ou qui ne sont pas assez pris au sérieux, et qui ont besoin qu'on les aide pour mettre fin à l'exploitation et à l'injustice dont ils sont victimes 

 

Nadia MIGHALI

« Je suis sociable et sociale. Je m’intéresse aux problèmes de la population notamment au niveau de mon quartier. Lorsque j’ai connu l’ADETRA j’ai découvert une manière effective de lutter contre les inégalités notamment en assumant la défense des travailleuses et des travailleurs qui ne connaissent pas leurs droits. Mon activité est reconnue par mes collègues qui m’ont élue au comité. J’estime représenter le secteur de la restauration puisque j’y ai travaillé pendant une douzaine d’années »

 

Lire la suite...
 
TISA-TTIP-CETA, Pesticides

L’Accord sur le Commerce des Services (ACS) appelé TISA est négocié depuis février 2012 à Genève, en dehors des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et dans une extrême opacité. Actuellement, les gouvernements de 22 Etats sont engagés dans ces négociations; USA, Canada, Australie, Japon, Suisse, Liechtenstein, Islande,  Norvège, Turquie, Israël, Maurice, Mexique, Panama, Colombie, Pérou, Chili, Costa Rica, Taipei chinois, Hong Kong (Chine), Nouvelle-Zélande, Pakistan, Corée du sud, ainsi que la Commission européenne (qui représente les 28 Etats membres de l'UE). L'Uruguay et le Paraguay se sont retirés des négociations.

Depuis 2012, les parlementaires européens et nationaux ne sont pas informés du contenu de ces négociations, ce qui est foncièrement antidémocratique ! Les citoyens, syndicats, ONG et autorités régionales doivent aussi être mis au courant et consultés sur cet accord qui les concerne directement.
Le 3 février 2016, le Parlement européen a voté une Résolution non contraignante demandant à la Commission européenne (organe exécutif de l'UE) de changer d'orientation, afin de protéger les droits des citoyens, des travailleurs et consommateurs. Le besoin de transparence est l'une des recommandations des parlementaires, en tant que principe démocratique fondamental dans la négociation d'accords commerciaux.

TISA vise à « commercialiser » la quasi-intégralité de nos services publics, les Entreprises détenues par l'Etat, et certains services privés, en les mettant en concurrence avec les services fournis par les multinationales, lesquelles ont uniquement pour but de faire du profit. La fuite de Wikileaks du 15 septembre 2016 et le Rapport de la Commission européenne de la 21e ronde de négociation confirment que TISA devrait comprendre un mécanisme de règlement des différends Etat contre Etat.
https://wikileaks.org/tisa/document/201609_TiSA_Institutional-and-dispute-settlement-provisions/page-1/#pagination  http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf    

Dès septembre 2013, la fédération syndicale "Internationale des services publics (PSI-ISP)" et le réseau "Notre monde n’est pas à vendre (http://notforsale.mayfirst.org/fr)" ont dénoncé publiquement les négociations secrètes qui ont lieu à Genève sur TISA. 

Au niveau européen et mondial, des organismes faîtiers représentant la société civile se sont positionnés tels la Confédération syndicale internationale (CSI), la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC), le Comité des Régions de l’Union européenne (CdR). De plus, 341 organisations représentant des centaines de millions de personnes du monde entier ont appelé les gouvernements à abandonner les discussions sur TISA. (voir ci-après)

En Suisse, le Syndicat national des services publics, des ONGs, associations et syndicats, deux partis politiques (PS et Verts) et des élus de gauche et de droite ont clairement marqué leur opposition à TISA. Plusieurs Villes et communes se sont symboliquement déclarées "zone hors-TiSA". Le Parlement du canton de Genève s'est également positionné contre cet accord, à une large majorité, comme en Ville de Genève. Des parlementaires nationaux ont interpellé le gouvernement suisse.

Malgré les informations diffusées par la presse et les entités précitées, nous constatons, au fil des mois, que la population suisse est très peu au courant de l'existence des méga-traités commerciaux initiés dans les années 1990 (ALENA, CETA, TPP, TTIP, JEFTA/Japon-UE). Parmi eux, l'Accord sur le commerce des services (TISA) semble être le traité le moins connu. Il est par conséquent peu contesté par la population, malgré le danger qu'il représente. 

Dès lors, chacun-e d'entre nous peut agir pour préserver notre environnement et nos acquis sociaux, en informant nos proches, et en interpellant nos autorités locales ! Voici une image très "parlante" de Stop Tafta : https://stoptafta.wordpress.com/2016/02/19/tafta-ceta-tisa-hors-tafta-ou-en-sont-nos-actions/

Page créée par l'Adetra le 25 février 2016, mise à jour le 13 décembre 2018

 

* * * * * * * *

  

RECENTES NOUVELLES

 

 

France. MOUVEMENT DES GILETS JAUNES, semaine du 10 décembre

 

Communiqués précédant le discours d'Emmanuel Macron :

  • Smile Paris. Communiqué du 9 décembre 2018 de l'Union syndicale Solidaires : "A 19h30 dimanche soir, l’Union syndicale Solidaires a reçu une invitation du Président de la République nous conviant « à une réunion avec les forces politiques, territoriales, économiques et sociales en présence du Premier Ministre et des membres du Gouvernement », annoncée à grands renforts de publicité, demain matin, lundi 10 décembre."
    Macron reçoit les "partenaires sociaux" : Solidaires n’ira pas ! 

    https://solidaires.org/Macron-recoit-les-partenaires-sociaux-Solidaires-n-ira-pas

Noël aura-t-il lieu cette année ? "Pour Solidaires, les annonces gouvernementales doivent prendre en compte la période en stoppant toutes les réformes prévues, et en répondant aux revendications de justice sociale, fiscale et écologique. Mais nous n’avons aucune illusion sur les réponses d’un Macron illégitimé et Solidaires met à disposition son outil syndical (préavis de grève dans la fonction publique, appel à la grève dans le secteur privé) pour amplifier le rapport de forces." https://solidaires.org/Noel-aura-t-il-lieu-cette-annee 

  • Note de l'Adetra : Afin de parvenir à faire plier le gouvernement, le mouvement social, suite aux mobilisations des gilets jaunes, va-t-il se lancer dans une grève générale, assortie d'un boycott des multinationales ?
 
 
Lundi 10 décembre, en soirée : Discours du président Emmanuel Macron, en réponse aux gilets jaunes : https://www.ledevoir.com/videos/543304/en-direct-macron-s-adresse-a-la-nation-francaise-sur-fond-de-crise-ds-gilets-jaunes

Réactions :

 

Le 11 décembre. «Gilets jaunes» : La hausse du Smic annoncée par Macron est une anticipation sur la prime d’activité. https://www.20minutes.fr/economie/2392375-20181211-videogilets-jaunes-hausse-smic-annoncee-macron-anticipation-prime-activite?xtor=RSS-176

 

Position de l'Adetra : Suite à la mobilisation nationale des gilets jaunes du 1er décembre 2018, et à l'infiltration de casseurs, avec des scènes de violence relayées dans le monde entier, le gouvernement français annonçait "un risque majeur" pour la manifestation du 8 décembre, visant à dissuader les gilets jaunes de manifester, et à légitimer une mobilisation considérable des forces de l'ordre (10'000 membres à Paris).

Lors de son discours du 10 décembre, le président Emmanuel Macron a condamné fermement la violence des casseurs. Il a par contre délibérément omis de dénoncer les violences abusives commises par certains CRS et policiers contre les gilets jaunes et les lycéens, de façon disproportionnée et inappropriée, ayant entraîné des blessures très graves, des amputations, et même des morts.

Le rôle d'un chef d'Etat est de veiller au respect de l'ordre public, en assurant tant la sécurité des forces de l’ordre, que celle des citoyens - dont les gilets jaunes -, et des jeunes. Or, on peut considérer que l'ordre public est violé par le président Macron et son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner à partir du moment où les forces policières multiplient les tirs, pour certains trop rapprochés et/ou visant la tête de manifestants pacifiques. Après avoir dénoncé la violence des casseurs, le président de la République aurait donc dû dénoncer ces abus et annoncer son intention de faire appel à la police des polices pour identifier les CRS et policiers responsables, afin de les sanctionner. Ne l’ayant pas fait, il en est clairement complice. On peut donc craindre une aggravation de la violation de l'ordre public par le gouvernement d’Emmanuel Macron, sous le prétexte de (se) protéger.

Face à cette situation, et considérant les miettes annoncées le 10 décembre par le président Macron en réponse à l'immense mobilisation des gilets jaunes depuis plusieurs semaines, nous nous permettons de suggérer que la prochaine mobilisation se fasse sous une autre forme; celle d'assemblées citoyennes réparties sur tout le territoire français, car il est important que le mouvement social s'élargisse et se structure sur le mode fédéraliste de bas en haut, afin de lui apporter plus de légitimité et d'efficacité.

Dernière petite observation concernant le discours d'Emmanuel Macron : on y observe un étrange assemblage du drapeau européen et du drapeau français, mis à la verticale, avec une prédominance de la partie "blanche" qui symbolise la royauté. Cette mise en scène semble confirmer la verticalité du pouvoir exercé par Emmanuel Macron.


 

LE 8 DECEMBRE 2018. MANIFESTATION NATIONALE DES GILETS JAUNES :

 

 
En complément :


LES GILETS JAUNES - semaine du 3 décembre 2018


Note de l'Adetra, suite à l'annonce d'Edouard Philippe : le gouvernement français tente d'enrayer le mouvement des gilets jaunes, ainsi qu'une contestation sociale allant en s'élargissant. https://www.bfmtv.com/economie/agriculteurs-ambulanciers-btp-ces-secteurs-qui-emboitent-le-pas-aux-gilets-jaunes-1580964.html

Pour rappel, concernant le CETA, Emmanuel Macron n'avait pas respecté sa promesse de campagne : https://gazdeschistesprovence.files.wordpress.com/2017/10/ceta-mediapart-le-21-10-2017.pdf

 

Le 4 décembre 2018, premières réactions suite au Moratoire annoncé par Edouard Philippe

  • Le Média. Aude Lancelin, journaliste : "Au point où en sont les choses, un moratoire sur la hausse des carburants sera évidemment insuffisant. Quant au rétablissement de l’ISF, il n’a aucune chance d’être adopté : Macron a des commanditaires, il n’a pas été élu pour les décevoir." https://twitter.com/LeMediaTV/status/1069867091862413312
 
Les 5 et 6 décembre 2018
 
UNE NOUVELLE MOBILISATION DU MOUVEMENT DES GILETS JAUNES AURA LIEU SAMEDI 8 DECEMBRE 2018

 
Les armes utilisées par les CRS contre le peuple sont extrêmement inquiétantes (et dissuasives) :

Note de l'Adetra : Par ailleurs, un manifestant pacifique a confirmé n'avoir pas pu sortir de la place de l'Etoile samedi 1er décembre, car elle était encerclée par les forces de l'ordre qui faisaient obstruction.

 
 
Message de Greenpeace
 

Le 1er décembre 2018. Communiqué de Greenpeace. COP24 : la crise climatique bat son plein, la France traîne des pieds. https://www.greenpeace.fr/cop24-crise-climatique-bat-plein-france-traine-pieds/?utm_medium=181202_PushInfo&utm_source=email&utm_campaign=Climat-COP



 
LES GILETS JAUNES - semaine du 26 novembre 2018
  • Le 26 novembre, les sénateurs ont adopté un amendement gelant la taxation sur les carburants à son niveau de 2018, dans le projet de loi de finances pour 2019.
    • Thierry, un gilet jaune exprime la colère générale : On s'attendait à un discours comme celui-ci ! Jusqu'à maintenant on était des agneaux, des moutons, maintenant on va être des LIONS ! On ne va rien laisser maintenant, on va faire des actions qui vont se poser sur d'autres plans stratégiques beaucoup plus importants, on va durcir le mouvement, toucher au portefeuille de l'Etat.
      On restera jusqu'à Noël ou le Réveillon s'il le faut, avec les gilets jaunes ! On va se battre, on n'en peut plus. Ce qu'on demande, on l'attend toujours. Il enfume le peuple appauvri; un président comme cela, on n'en veut plus ! On va faire des réunions où tout le monde va donner son avis, et faire en sorte que cela soit cohérent. https://www.youtube.com/watch?v=L8EdiKb_uH8


UNE NOUVELLE MOBILISATION NATIONALE DU MOUVEMENT DES GILETS JAUNES AURA LIEU SAMEDI 1er DECEMBRE 2018
 
* * * * * * * * * *
 
En complément : En Belgique, il y a également une augmentation du diesel et de l'essence, et un mouvement des gilets jaunes ! https://www.cnews.fr/videos/monde/2018-11-27/la-belgique-aussi-ses-gilets-jaunes-801326
 

 

Smile Pendant un an, d’octobre 2019 à septembre 2020, des milliers de marcheurs iront de Delhi jusqu’aux Nations Unies à Genève. Ils parcourront 10'000 km pour redonner place aux exclus de la mondialisation dans les décisions internationales

Cette manifestation non-violente a un objectif clair : promouvoir un modèle de développement mondial favorable à tous, et appeler les Etats du monde entier à respecter et vraiment mettre en pratique, d'ici 2030, les 17 Objectifs de développement durable (ODD), adoptés à l'unanimité en 2015 par les 193 Etats membres de l'ONU, et présentés comme le « plan de survie de l’humanité ». https://lareleveetlapeste.fr/jai-jagat-2020-une-marche-mondiale-pour-la-justice-et-la-paix/

https://news.un.org/fr/story/2015/09/319422-les-etats-membres-de-lonu-adoptent-un-nouveau-programme-de-developpement


   

Smile FRANCE. LE 24 NOVEMBRE 2018. MOBILISATION NATIONALE DES GILETS JAUNES ! 
"Le mouvement n'a jamais cessé, au contraire, il s'amplifie. On veut faire comprendre au gouvernement que ce n'est plus possible de vivre avec autant d'augmentations !"


Préparation de la mobilisation :

Interview et article de presse :


Le 24 novembre. Mobilisation nationale. Alors que les 1600 mobilisations se sont déroulées dans le calme dans toute la France, celle de Paris a été infiltrée par des casseurs qui ont perturbé son bon déroulement et son message.

Par son twitt du 24 novembre, Emmanuel Macron veut ignorer que des dizaines de milliers de gilets jaunes se mobilisent alors partout en France, pacifiquement, pour dire leur souffrance :

Emmanuel Macron‏Compte certifié @EmmanuelMacron "Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République."


Le 24 novembre, réactions de responsables politiques :

  • Olivier Faure, premier secrétaire du PS : Quand un mouvement est soutenu par les 3/4 des Français on lui répond, on ne cherche pas à le résumer à une poignée de casseurs. Le président doit s’exprimer d’urgence sur le pouvoir d’achat et ne pas laisser dégénérer une situation déjà explosive.
  • Emmanuel Maurel, ancien socialiste, eurodéputé : Je suis sur les Champs Elysées. Contrairement à ce que raconte @CCastaner , les #giletsjaunes ne sont pas, majoritairement, des "séditieux d'extrême droite". Grande hétérogénéité, beaucoup de femmes, de retraités, etc... ne caricaturons pas ce mouvement !
  • Jean-Luc Mélenchon, président du groupe FI : Je dis au gouvernement : annulez la hausse des carburants et, comme il vous manquera 3 milliards, rétablissez l'ISF. La vérité vraie, c'est que les gens se cotisent à la pompe à essence pour payer un million d'euros pour les 100 personnes les plus riches du pays. 
  • Guillaume Peltier, le député de Loir-et-Cher et premier vice-président des Républicains : Chers @EmmanuelMacron et @CCastaner : c’est tellement facile de stigmatiser les #Giletsjaunes, de minimiser leur colère et de réduire ce mouvement à certains agissements inadmissibles. Ça vous arrange de caricaturer, ça ne vous dispense pas de nous écouter. Au travail, messieurs.


Le 25 novembre, réactions de 2 députés FI :

 



FRANCE. JOURNÉE « JUSTICE MORTE » LE 22 NOVEMBRE 2018

« Une Justice pour tous, avec tous et partout », à l’évidence nos gouvernants n’en veulent pas. La Justice est notre bien commun. C’est aussi la mission des avocats de le sauvegarder.

  • Les trois barreaux isérois ont diffusé une motion afin d'alerter le public sur « un projet constituant une vision purement gestionnaire et économique de la Justice, mettant en péril les droits des justiciables et les droits de la défense ». Ils sont vent debout contre le manque de débat démocratique et la remise en cause des engagements dont fait preuve la Garde des Sceaux, ministre de la Justice envers les avocats.
    « En moins de trois jours, seront soumis aux votes, un millier d'amendements présentés 48 heures avant leur adoption, confisquant le débat démocratique et la nécessaire consultation des intervenants judiciaires »
    , peut-on lire dans la motion émise par l'Ordre des avocats à la Cour d'appel de Grenoble. https://www.lessor38.fr/journee-justice-morte-le-22-novembre-23342.html  

  • Le Conseil national des barreaux renouvelle son appel à la mobilisation de tous les avocats jeudi 22 novembre, journée justice morte. La parole de la profession doit demeurer forte, unitaire et au service d’une justice accessible à tous les citoyens. https://www.cnb.avocat.fr/fr/actualites/journee-justice-morte-le-22-novembre

 



 

France. Le 20 nov. 2018. Les départements les plus consommateurs de pesticides, dont le glyphosate

Générations Futures – en partenariat avec le Parisien – rend publiques ce jour les cartes de France, détaillées et exclusives, des ventes de pesticides par département et par catégorie de pesticides.

 

 

Pour une transition écologique avec les gilets verts

  • Londres. Le 17 novembre 2018, des centaines de personnes ont manifesté à Londres contre l'"inaction" politique face au changement climatique. Le mouvement réclame que le gouvernement "prenne des mesures pour réduire à zéro d'ici 2025 les émissions de dioxyde de carbone". Il demande aussi l'instauration d'une "assemblée citoyenne nationale" pour superviser les changements.

 

France. Le 17 novembre.  Les "Gilets jaunes" expriment un ras-le-bol face au racket fiscal imposé par le gouvernement, et demandent de pouvoir vivre décemment 

 

Note de l'Adetra : le président Macron s'était déclaré très favorable à l'accord de libre-échange CETA, dans sa forme la plus antidémocratique (avec une "compétence exclusive" de l'UE). Cet accord, entré en application provisoire le 21 septembre 2017, doit entre autres permettre à l'Union européenne d'importer plus facilement des produits agricoles du Canada, produits de façon intensive dans d'immenses exploitations agricoles (viande traitée aux antibiotiques, céréales et légumineuses contenant des traces de glyphosate, des OGM). (1)

La hausse du prix des carburants devant toucher de plein fouet le monde rural, dont les agriculteurs, elle pourrait entraîner un affaiblissement de la production agricole française - dont il faut souligner la traçabilité et la qualité -, au bénéfice de produits importés !
(2)

Par cette taxe, le gouvernement français a annoncé vouloir opérer
"une transformation écologique, avec des objectifs sur le climat". (3)

Dans tous les cas, on peut craindre qu'une augmentation des importations de produits agricoles, telle que prévue par le CETA, n'ait
de graves conséquences sur le plan sanitaire, et un impact dramatique sur l'environnement et le climat (notamment par des transports outre-Atlantique polluants, et la multiplication de poids lourds).

https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/hausse-prix-carburants-agriculteurs-demandent-aide-region-645248.html

 


Pour poursuivre la réflexion sur le CETA :
Le 20 septembre 2018 -
Le CETA un an après : un bilan inquiétant - par Mathilde Dupré, de l'Institut Veblen.
"La Fondation pour la Nature et l’Homme et l’Institut Veblen appellent le gouvernement français à suspendre le CETA dont les premiers mois d’application démontrent le caractère nocif pour l’environnement et la capacité des États de réguler dans l’intérêt général". https://www.veblen-institute.org/Le-CETA-un-an-apres-un-bilan-inquietant.html

 




Le 6 novembre 2018. Greenpeace. Echec des négociations concernant la création d’une vaste réserve marine dans l’océan Antarctique https://www.greenpeace.fr/ocean-antarctique-echec-des-negociations/?utm_medium=181107_PushInfo&utm_source=email&utm_campaign=Oceans-Antarctique

Le 9 octobre 2018 https://www.greenpeace.fr/deux-millions-de-voix-protection-de-lantarctique/

Le 10 juillet 2018. Des industriels de la pêche au krill appelaient à la création d’un sanctuaire marin en Antarctique https://www.greenpeace.fr/espace-presse/industriels-de-peche-krill-appellent-a-creation-dun-sanctuaire-marin-antarctique/

 


 

FRANCE. Dossier politique. Sur la base de deux dénonciations, le Parquet - autorité judiciaire directement soumise au Ministère de la justice, donc à l'exécutif - a ouvert deux enquêtes préliminaires, déclenchant 17 perquisitions, et la saisie d'une quantité de données politiques impressionnante de deux forces d'opposition; celles de la France insoumise et du Parti de gauche !

 Le 17 octobre 2018. Entretien avec Younous Omarjee, député européen La France Insoumise. "Le Pouvoir a aspiré l'ensemble des données politiques d'une formation d'opposition […]
Il n'y a pas d'information judiciaire ouverte. Nous sommes dans le cas d'une enquête préliminaire. Donc c'est le Parquet, qui est dépendant du pouvoir politique, qui est à la manœuvre. Et il n'est pas sain dans une démocratie, que l'ensemble des données politiques, tous les agendas de Jean-Luc Mélenchon et des dirigeants de la France insoumise, depuis des années et des années, ont été aspirés, toutes les notes politiques, tous les noms des personnes qui sont membres de notre Mouvement, et tant et tant de données; cela n'est pas sain. Et chacun constatera également le traitement disproportionné, ainsi que le traitement inégalitaire, car vous n'avez pas eu, concernant les amis du Président, un tel traitement […] J'étais au siège de la France insoumise, et je dois dire que cette perquisition s'est opérée dans des conditions totalement surréalistes, avec des violations de règles de procédure; ils sont partis avec des éléments sans qu'aucun procès-verbal n'ait été signé. La perquisition s'est également faite sans que les personnes, qui par la loi doivent pouvoir être présentes, n'aient pu accéder au lieu où les enquêteurs procédaient aux investigations, aux opérations qu'ils devaient fairehttps://www.youtube.com/watch?v=cWdwB1QL4Rc