Menu Content/Inhalt
Accueil

Identification






Mot de passe oublié ?
Agir pour soutenir Julian Assange

Le 13 juin 2019 (modifié le 25 juin 2019)

PROPOSITION DE COURRIEL À ENVOYER À VOS CONTACTS :
Vous pouvez reprendre cette proposition de courriel, avec le modèle de lettre destinée aux institutions, à votre convenance (pas de copyright).

LOGO de votre organisation

Adresse

Madame, Monsieur,

Nous vous adressons une demande urgente de soutien à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, dont la vie est aujourd'hui gravement menacée.

Julian Assange, s'est réfugié à l'Ambassade d'Equateur en 2012 afin d'échapper à une extradition vers les Etats-Unis. L'actuel président de l'Equateur ayant illégalement mis fin à son asile politique, Julian Assange a été arrêté par la police britannique dans l'enceinte de l'ambassade le 11 avril 2019, puis incarcéré dans une prison britannique.

Depuis 2010, les Etats-Unis, soutenus par d'autres gouvernements, persécutent et poursuivent Julian Assange pour avoir publié sur WikiLeaks, et en partenariat avec de grands médias, des dizaines de milliers de documents classifiés, avec des preuves sur des crimes de guerre et de torture, commis par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak, dont la vidéo "Collateral Murder". Pour rappel, l'offensive armée des Etats-Unis et de leurs alliés britanniques en Irak (avec l'aide de l'Australie), avait été déclarée "illégale" par Kofi Annan.

L'organisation indépendante Iraq Body Count (IBC), a dénombré entre 2003 et 2010, 122'000 morts parmi les civils irakiens (à noter que les chiffres de l'IBC se basent sur des décès reconnus officiellement).

En 2010, après que Julian Assange ait été innocenté par une enquête préliminaire suédoise relative à une plainte pour "viol", la Suède a réouvert ce dossier à deux reprises, jouant un rôle important dans la diffamation de Julian Assange et dans une tentative répétée de l'extrader vers les Etats-Unis (via la Suède).

Le 23 mai 2019, les Etats-Unis ont inculpé Julian Assange pour espionnage, et le 10 juin 2019 ils ont présenté officiellement une demande d'extradition au Royaume-Uni. Or, nous savons que si Julian Assange devait être extradé aux USA, il ne bénéficierait en aucun cas d'un procès équitable. La récente inculpation pour espionnage entraînerait un emprisonnement à vie, et un risque de torture, voire la peine capitale.

Selon la déclaration de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) :

"Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, le gouvernement des Etats-Unis a porté des accusations criminelles en vertu de la Loi sur l’espionnage contre un éditeur pour la publication d’informations véridiques. C’est une attaque directe contre le Premier Amendement [à la Constitution des Etats-Unis, qui établit la liberté de la presse]. Ces accusations constituent une grave attaque de l’administration Trump contre le journalisme, établissant un dangereux précédent qui peut être utilisé pour cibler tous les organismes de presse qui exercent un contre-pouvoir au gouvernement."

Compte tenu de ce qui précède, nous vous proposons d'envoyer des lettres de soutien à Julian Assange, destinées à votre gouvernement, au Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH), et au gouvernement britannique, suite à l'initiative menée par le comité WikiJustice (cf. leur Déclaration ci-après).

Voici le modèle de lettre que nous mettons à votre disposition :

Mesdames, Messieurs,

Nous vous écrivons pour vous demander instamment de protéger la vie du fondateur de WikiLeaks, M. Julian Assange.

Le 12 avril 2019, Dick Marty, ex-procureur général tessinois et ex-rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l'Europe déclarait : "Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale".

En publiant des faits qu'un gouvernement préférerait garder secrets, la presse d'investigation assume un rôle de contre-pouvoir et de préservation de la démocratie. Les citoyens doivent pouvoir accéder à des informations véridiques, c'est un droit fondamental dans nos démocraties. Or l'administration Trump, en décidant d'inculper Julian Assange pour espionnage, viole ce droit et met en danger la liberté de la presse d'investigation et les lanceurs d'alerte.

Par ailleurs, nous sommes très reconnaissants à WikiLeaks d'avoir révélé des documents issus des négociations secrètes sur les grands accords de libre-échange, tels le TISA, le TPP et le TTIP.

Le 16 avril 2019, le Parlement européen a adopté à une large majorité une nouvelle loi visant à renforcer la protection des lanceurs d'alerte et à les empêcher de subir des représailles et des conséquences telles que condamnations, exil forcé et procédures judiciaires sans fin. En particulier, et c'est très important, cette directive stipule que lorsqu'un journaliste ou un lanceur d'alerte découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, ils ne doivent pas être poursuivis pour leur acte de service public. La vérité doit être révélée dans tous les cas, et les lanceurs d'alerte qui la révèlent doivent être protégés. Nous pensons que c'est incontestablement le cas de M. Julian Assange, c'est pourquoi cette loi devrait être appliquée pour le protéger de toute mesure de rétorsion éventuelle à la suite de son travail sur la plateforme WikiLeaks.

Par conséquent, nous vous demandons de vous référer à cette nouvelle législation et d'accorder à M. Julien Assange un permis humanitaire exceptionnel.

(ou) Nous vous demandons d'intervenir auprès du Royaume-Uni afin que M. Julian Assange ne soit pas extradé vers les Etats-Unis. 

Nous vous remercions de votre attention et vous prions de recevoir, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.


Nous vous remercions par avance de bien vouloir traiter notre demande dans les meilleurs délais.

Avec nos cordiales salutations,
Signatures

Liens importants :

 


Lire la suite...
 
Acuerdo de Libre comercio Tisa
Ginebra, 2017
 Acuerdo sobre el Comercio Internacional de Servicios llamada en inglés "TISA"
(TISA es el acrónimo de Trade in Services Agreement)
 
Prefacio del informe sobre el TISA, escrito por Scott Sinclair, Centro Canadiense de Alternativas Políticas, y Hadrian Mertins-Kirkwood, Instituto de Economía Política, Universidad de Carleton, publicado por la Internacional de Servicios Publicos (ISP) :
 
Tratar a los servicios públicos como mercancías destinadas al comercio crea un error conceptual fundamental acerca de los servicios públicos. El Acuerdo sobre el Comercio de Servicios (en inglés, TISA), que se está negociando actualmente en secreto y fuera de las normas de la Organización Mundial del Comercio, es un intento deliberado por privilegiar los beneficios de las empresas y países más ricos del mundo por encima de los que tienen mayores necesidades.

Los servicios públicos están diseñados para satisfacer las necesidades sociales y económicas vitales –tales como la atención de la salud y la educación– de una manera asequible, universal y en función de las necesidades. Los servicios públicos existen porque los mercados no producirán estos resultados. Además, los servicios públicos son fundamentales para garantizar una competencia leal para las empresas y una reglamentación eficaz para evitar los desastres medioambientales, sociales y económicos –tales como la crisis financiera mundial y el calentamiento del planeta. Los acuerdos comerciales promueven conscientemente la comercialización y definen los productos y servicios en términos de su capacidad de ser explotados con fines lucrativos por parte de las empresas mundiales. Incluso los más fervientes partidarios de los acuerdos comerciales admiten que hay ganadores y perdedores en este juego amañado.

Los ganadores son generalmente los países poderosos que son capaces de hacer valer su poder, las empresas multinacionales que son las que se encuentran en mejor situación para aprovechar el nuevo acceso a los mercados y los consumidores adinerados que pueden permitirse las importaciones extranjeras. Los perdedores tienden a ser los trabajadores que se enfrentan a la pérdida de empleo y a una presión a la baja sobre los salarios, los usuarios de los servicios públicos y las pequeñas empresas locales que no pueden competir con las empresas multinacionales.

El TISA se encuentra entre la alarmante nueva ola de acuerdos comerciales y de inversión basados en poderes jurídicamente vinculantes que institucionalizan los derechos de los inversores y prohíben las medidas gubernamentales en una amplia gama de ámbitos sólo incidentalmente relacionados con el comercio.

El TISA impedirá que los gobiernos puedan devolver los servicios públicos a manos públicas cuando las privatizaciones fracasen, restringirá las reglamentaciones nacionales relativas a la seguridad de los trabajadores, limitará las reglamentaciones en materia de medio ambiente y protección de los consumidores, así como la autoridad reguladora en ámbitos tales como la concesión de licencias para centros de cuidado de la salud, centrales eléctricas, instalaciones de eliminación de desechos y la acreditación universitaria y escolar.

Este acuerdo tratará a los trabajadores migrantes como mercancías y limitará la capacidad de los gobiernos de garantizar sus derechos. Las normas del trabajo deberían ser establecidas por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), con su estructura tripartita, y no estar cubiertas por acuerdos comerciales.

Increíblemente, tras la crisis financiera mundial, el TISA también pretende desregular aún más los mercados financieros. Sabemos que los grandes intereses corporativos están fuertemente implicados en las negociaciones del TISA.

Sabemos que la última vez que se negoció un amplio acuerdo en materia de servicios (AGCS) – se desató una protesta pública mundial. Y sabemos que actualmente se están realizando grandes esfuerzos por mantener secretas las negociaciones del TISA.

Con unos riesgos tan importantes para las personas y para nuestro planeta, esto es un escándalo. Quién en un país democrático aceptará que su gobierno apruebe en secreto leyes que modifican el poder y la riqueza, comprometen a los futuros gobiernos y restringen la capacidad de su nación de responder a las necesidades de los ciudadanos de una manera tan fundamental ?

Los textos de negociación del Acuerdo sobre el Comercio de Servicios deben ser divulgados para su análisis y toma de decisiones públicos. El TISA no debe cubrir ningún servicio público ni restringir la capacidad de ningún gobierno para reglamentar en función del interés público. No debería realizarse ningún tipo de comercio con los servicios públicos.

Rosa Pavanelli,
Secretaria General
Internacional de Servicios Públicos


La Internacional de Servicios Públicos (ISP) es una federación sindical mundial que representa a 20 millones de trabajadores y trabajadoras que prestan servicios públicos esenciales en 154 países. La ISP defiende los derechos humanos, promueve la justicia social y el acceso universal a servicios públicos de calidad. La ISP trabaja con el sistema de las Naciones Unidas y en colaboración con entidades de la sociedad civil, sindicatos y otras organizaciones.

Public Services International, BP 9, F-01211 Ferney-Voltaire Cedex, France.
Tel: +33 (0)4 50 40 64 64 Fax: +33 (0)4 50 40 50 94

Diversos documentos sobre TISA : http://www.world-psi.org/fr/base-de-donnees-sur-tisa

 

   * * * * * * * *  

 
Lire la suite...
 
Les membres du comité

Pindaro Hugo GUARIN
Fondateur président de l’ADETRA

Association adetra

«J’ai un diplôme de l’ESAP, Ecole Supérieure d’Administration Publique, Bogotá ; un autre de l’IIAP, Institut International d’Administration Publique, Paris, et encore un de l’IUED – Université de Genève, en Etudes de Développement. Depuis 40 ans je me bats pour les conquêtes syndicales. Le moyen le plus effectif au niveau de la Suisse romande est l’intervention de l’ADETRA devant les tribunaux. En effet dans mes différentes universités j’ai privilégié la formation juridique, notamment en droit administratif et droit du travail. J’espère développer l’essor international de l’ADETRA pour organiser la résistance contre le libéralisme à outrance. Voici pour l’essentiel »
  

Barbara BIANCHI

Barbara Bianchi est cinéaste de formation. Sa préoccupation s'est toujours située dans le domaine social. A travers différentes associations de défense des droits humains, elle a passé plus de quinze ans à dénoncer activement les violations des droits fondamentaux subies par les peuples vivant sous les régimes dictatoriaux tortionnaires d'Amérique Latine principalement durant les années 80.

Elle est membre du comité de l'ADETRA depuis ses débuts. Elle a désiré apporter son soutien à cette association syndicale pour deux raisons: d'une part, parce qu'elle connaissait son président et savait que ce qu'il proposait d'entreprendre était sérieux et nécessaire, à la hauteur de ses capacités; et d'autre part, parce qu'elle pensait important de pouvoir défendre les "petits gens", ceux qui ne sont pas écoutés, qui ne font partie d'aucun syndicat existant ou qui ne sont pas assez pris au sérieux, et qui ont besoin qu'on les aide pour mettre fin à l'exploitation et à l'injustice dont ils sont victimes 

 

Nadia MIGHALI

« Je suis sociable et sociale. Je m’intéresse aux problèmes de la population notamment au niveau de mon quartier. Lorsque j’ai connu l’ADETRA j’ai découvert une manière effective de lutter contre les inégalités notamment en assumant la défense des travailleuses et des travailleurs qui ne connaissent pas leurs droits. Mon activité est reconnue par mes collègues qui m’ont élue au comité. J’estime représenter le secteur de la restauration puisque j’y ai travaillé pendant une douzaine d’années »

 

Ivar PETTERSON

J’ai travaillé comme artisan tapissier-décorateur, d’abord salarié, puis indépendant. Etant depuis 2012 à la retraite, je poursuis mon engagement dans diverses associations, dont l’Adetra. Ayant acquis la nationalité suisse à l’âge de 20 ans, après avoir vécu des discriminations en tant qu’étranger. C’est donc assez jeune, que j’ai été confronté aux questions de l’intégration et de la lutte contre les injustices.

Entre 1965 et 1969, durant les vacances d’été, j’ai travaillé comme volontaire dans le cadre d’un jumelage entre l’est vaudois et une commune algérienne, où j’ai découvert la problématique des luttes de libération et du socialisme autogestionnaire, complété par un voyage en Yougoslavie.

En Suisse, j’ai milité dans « l’Internationale des résistants à la guerre »et le « Comité Paix » contre le militarisme et l’allégeance aux nationalismes, pour un statut de service civil et un engagement dans des missions de post-conflits.

J’ai milité contre les interventions étasuniennes au Vietnam et en Amérique du sud et contre l’intervention soviétique en Afghanistan. Dans les années 80, j’étais l’un des animateurs du « Camp populaire autogéré », un espace ouvert aux réfugiés, en montagne, avec des activités culturelles et sportives.

J’étais aussi membre-fondateur de l’Association CAR (Coordination Accueil & Renseignements) qui, depuis 1974, accueille durant l’été des milliers de visiteurs de Genève, jeunes et moins jeunes dans notre CAR-bleu. J’ai repris la présidence depuis quelques années.

En 2000, j’ai organisé des marches avec les survivants du génocide de Srebrenica, transférées depuis 2005 en Bosnie-Herzégovine sous le nom de « Marche pour la Paix », avec une participation importante, locale et internationale.

 

 

Lire la suite...
 
TISA-TTIP-CETA, Pesticides

L’Accord sur le Commerce des Services (ACS) appelé TISA est négocié depuis février 2012 à Genève, en dehors des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et dans une extrême opacité. Actuellement, les gouvernements de 22 Etats sont engagés dans ces négociations; USA, Canada, Australie, Japon, Suisse, Liechtenstein, Islande,  Norvège, Turquie, Israël, Maurice, Mexique, Panama, Colombie, Pérou, Chili, Costa Rica, Taipei chinois, Hong Kong (Chine), Nouvelle-Zélande, Pakistan, Corée du sud, ainsi que la Commission européenne (qui représente les 28 Etats membres de l'UE). L'Uruguay et le Paraguay se sont retirés des négociations.

Depuis 2012, les parlementaires européens et nationaux ne sont pas informés du contenu de ces négociations, ce qui est foncièrement antidémocratique ! Les citoyens, syndicats, ONG et autorités régionales doivent aussi être mis au courant et consultés sur cet accord qui les concerne directement.
Le 3 février 2016, le Parlement européen a voté une Résolution non contraignante demandant à la Commission européenne (organe exécutif de l'UE) de changer d'orientation, afin de protéger les droits des citoyens, des travailleurs et consommateurs. Le besoin de transparence est l'une des recommandations des parlementaires, en tant que principe démocratique fondamental dans la négociation d'accords commerciaux.

TISA vise à « commercialiser » la quasi-intégralité de nos services publics, les Entreprises détenues par l'Etat, et certains services privés, en les mettant en concurrence avec les services fournis par les multinationales, lesquelles ont uniquement pour but de faire du profit. La fuite de Wikileaks du 15 septembre 2016 et le Rapport de la Commission européenne de la 21e ronde de négociation confirment que TISA devrait comprendre un mécanisme de règlement des différends Etat contre Etat.
https://wikileaks.org/tisa/document/201609_TiSA_Institutional-and-dispute-settlement-provisions/page-1/#pagination  http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf    

Dès septembre 2013, la fédération syndicale "Internationale des services publics (PSI-ISP)" et le réseau "Notre monde n’est pas à vendre (http://notforsale.mayfirst.org/fr)" ont dénoncé publiquement les négociations secrètes qui ont lieu à Genève sur TISA. 

Au niveau européen et mondial, des organismes faîtiers représentant la société civile se sont positionnés tels la Confédération syndicale internationale (CSI), la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC), le Comité des Régions de l’Union européenne (CdR). De plus, 341 organisations représentant des centaines de millions de personnes du monde entier ont appelé les gouvernements à abandonner les discussions sur TISA. (voir ci-après)

En Suisse, le Syndicat national des services publics, des ONGs, associations et syndicats, deux partis politiques (PS et Verts) et des élus de gauche et de droite ont clairement marqué leur opposition à TISA. Plusieurs Villes et communes se sont symboliquement déclarées "zone hors-TiSA". Le Parlement du canton de Genève s'est également positionné contre cet accord, à une large majorité, comme en Ville de Genève. Des parlementaires nationaux ont interpellé le gouvernement suisse.

Malgré les informations diffusées par la presse et les entités précitées, nous constatons, au fil des mois, que la population suisse est très peu au courant de l'existence des méga-traités commerciaux initiés dans les années 1990 (ALENA, CETA, TPP, TTIP, JEFTA/Japon-UE). Parmi eux, l'Accord sur le commerce des services (TISA) semble être le traité le moins connu. Il est par conséquent peu contesté par la population, malgré le danger qu'il représente. 

Dès lors, chacun-e d'entre nous peut agir pour préserver notre environnement et nos acquis sociaux, en informant nos proches, et en interpellant nos autorités locales ! Voici une image très "parlante" de Stop Tafta : https://stoptafta.wordpress.com/2016/02/19/tafta-ceta-tisa-hors-tafta-ou-en-sont-nos-actions/

Page créée par l'Adetra le 25 février 2016, mise à jour le 23 juin 2019

 * * * * * * * *

 

RECENTES NOUVELLES 2019

JULIAN ASSANGE

Le 19 juin 2019, des membres du Parlement européen, certains d'entre eux ayant combattu l'accord TISA et/ou le TTIP, tels Emmanuel Maurel, Stelios Kouloglou et Patrick Le Hyaric, ou le JEFTA, tel Younous Omarjee, ont adressé une lettre ouverte au vice-président de la Commission européenne, Frank Timmermans : https://fr.scribd.com/document/413876992/Assange-Case-Letter-to-Timmermans-June-2019-2-Copia#fullscreen&from_embed

  
JULIAN ASSANGE

Le 14 juin 2019, la justice britannique a annoncé que l'audience consacrée à examiner la demande d'extradition vers les Etats-Unis de Julian Assange se déroulerait en février 2020. Entre-temps, une audience aura lieu fin octobre pour décider, entre autres, quel tribunal étudiera la demande américaine.

Documents incontournables :


D'autres soutiens à Julian Assange
:

  • Le 15 juin 2019. WSWS : L'Association des journalistes allemands (DJV) a appelé les autorités britanniques à libérer Assange: «On accuse le fondateur de WikiLeaks de quelque chose qui ne devrait pas être une infraction pénale : complicité de trahison par la publication.»
    Tina Grudge, cheffe du syndicat des journalistes allemands (DJU), a souligné «une intervention massive contre la liberté de la presse garantie par la Constitution» si Assange était extradé vers les USA, car il y aurait un effet «dissuasif sur d’éventuels lanceurs d’alerte», et «de graves conséquences pour le travail des médias».

  • Le 15 juin 2019. WSWS : En Australie, le Socialist Equality Party (SEP) organise une nouvelle série de rassemblements à Sydney, Melbourne et Brisbane. Il exige que le gouvernement australien remplisse ses obligations envers Assange en tant que citoyen en utilisant ses pouvoirs légaux et diplomatiques pour assurer son retour immédiat en Australie, avec une garantie contre l'extradition vers les États-Unis.

  • MEXIQUE, le 7 juin 2019. Le Club des journalistes du Mexique a célébré ce matin la cérémonie de remise des prix du XLVIIIe Concours national et international de journalisme avec une reconnaissance au journaliste Julian Assange et un appel pour empêcher que la vérité montrée par lui "ne soit le prétexte pour voler notre liberté, pour justifier la censure et le contrôle sur Internet".
    Celeste Sáenz de Miera, secrétaire générale du Club qui convoque le concours, a appelé à une lutte frontale contre les fausses nouvelles et a critiqué le fait qu'il est aujourd'hui "plus dangereux d'enquêter sur les massacres que de les commettre. Le nom de Julian Assange est devenu une référence mondiale dans le nouveau journalisme d'investigation et de dénonciation, dans la lutte contre la manipulation des données et la dissimulation des intérêts réels derrière les discours des médias", a-t-elle déclaré.
    (https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/12/assa-j12.html - https://vocesdelperiodista.mx/tag/celeste-saenz-de-miera/)


 
JULIAN ASSANGE

Yell Le ministre de l’intérieur du Royaume-Uni Sajid Javid a signé mercredi 12 juin 2019 la demande d’extradition vers les États-Unis de Julian Assange. "C’est maintenant aux tribunaux de décider", a-t-il ajouté. La première audition a lieu vendredi 14 juin 2019 à 10h à la Cour des magistrats de Westminster.

En ce jour des grèves des femmes en Suisse, nous souhaitons apporter des précisions concernant les démarches de la Suède menées contre de Julian Assange. Pour rappel, l'enquête préliminaire initiale suédoise de 2010 a été abandonnée après que le procureur général de Stockholm ait conclu qu'"aucun crime" n'avait été commis par Julian Assange. Veuillez vous référer aux articles de presse suivants :

Concernant la tentative d'extrader Julian Assange par la Suède, il faut en outre relever que "Si le gouvernement britannique extrade Julian Assange, il violera son droit national qui lui interdit d’extrader un individu risquant torture et peine de mort. Si le Royaume-Uni extrade Julian Assange, plus aucun citoyen britannique ne sera plus protégé par la loi de son pays." (cf. Déclaration Wikijustice).

 


 
JULIAN ASSANGE

Le 13 juin 2019. L'Adetra donne suite à l'initiative du 26 mai 2019 menée par le comité de soutien WikiJustice :
https://www.legrandsoir.info/wikijustice-julian-assange-declaration.html

et met à votre disposition un courriel que vous pourrez envoyer à vos contacts afin de soutenir Julian Assange :

http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=49&Itemid=35



JULIAN ASSANGE

YellYell Selon un article de presse du 10 juin, les États-Unis ont officiellement demandé au Royaume-Uni d’extrader Julian Assange (selon un responsable américain au courant). Ils avaient jusqu'à la mi-juin pour envoyer des documents d'extradition complets. https://www.kitv.com/story/40622687/us-submits-formal-assange-extradition-request



Poursuite de journalistes pour la publication d’informations classifiées comme secrets d’Etat

Le 7 juin 2019. Article de WSWS : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/07/pers-j07.html

Le 4 juin 2019. Reporters sans frontières (RSF) condamne avec la plus grande fermeté l’intrusion de policiers fédéraux au domicile d’une journaliste du groupe News Corp et dénonce une tentative d’intimidation qui fait peser de lourdes menaces sur l’indépendance des journalistes et le respect du secret des sources. https://rsf.org/fr/actualites/perquisition-de-la-police-australienne-au-domicile-de-la-journaliste-politique-annika-smethurst

Le 15 mai 2019. Livraison d'armes françaises à l'Arabie saoudite; trois journalistes français ont été convoqués pour "atteintes au secret de la défense nationale". Témoignage de Mathias Destal, journaliste et co-fondateur de Dislose, convoqué par la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). La section du Parquet de Paris qui mène l'enquête étant la section antiterroriste et atteinte à la sûreté de l'Etat ! https://www.youtube.com/watch?v=7zeeZcv7YbA


 
JULIAN ASSANGE

 

JULIAN ASSANGE

Une suite de très mauvaises nouvelles :

Yell Le 2 juin, 11h15, Pressé par la demande d'extradition du gouvernement américain pour Assange, le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt, l'un des politiciens conservateurs les plus en vue qui se disputent le poste de Premier ministre sortant Theresa May, n'a exprimé aucune sympathie pour Assange et a déclaré qu'il ne bloquerait pas une extradition si celui-ci était choisi pour diriger le gouvernement britannique.

Interrogé sur les inquiétudes soulevées par les responsables des Nations Unies au sujet de l'emprisonnement d'Assange et de son extradition éventuelle, Hunt a déclaré que ce qui est arrivé au fondateur de Wikileaks ces dernières semaines est la "bonne chose".

"Julian Assange est quelqu'un qui est accusé d'avoir commis des crimes très graves, qui auraient entraîné la mort de personnes", a-t-il ajouté. "Et il est donc tout à fait juste qu'il fasse face à la justice, et il n'a pas plus de raisons d'échapper à la justice que quiconque qui est accusé d'avoir commis des crimes."

https://www.cbsnews.com/news/jeremy-hunt-on-face-the-nation-british-foreign-minister-says-he-would-not-stand-in-the-way-of-julian-assange-extradition/


 
JULIAN ASSANGE

Le 31 mai 2019. Déclaration de Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture :
"La ‘persécution collective’ de Julian Assange doit cesser maintenant." https://news.un.org/fr/story/2019/05/1044741


 
JULIAN ASSANGE

SealedYell Le 30 mai 2019. Article d'Oscar Grenfell, WSWS : Malgré la mauvaise santé d'Assange, le tribunal suédois rejette un report de l'audience

"Un tribunal de district suédois a rejeté cette semaine une demande des avocats de Julian Assange visant à retarder l’audience du 3 juin sur de fausses allégations d’inconduite sexuelle. Le tribunal a rendu la décision en dépit du fait que le fondateur de WikiLeaks est trop malade pour consulter ses avocats. En outre, il n’a pas reçu de traduction en anglais du mandat d’arrêt ou d’éléments de preuve à l’appui contre lui. L’audience doit décider si la Suède détiendra officiellement Assange in absentia. [...]

...la tentative d'extradition de la Suède vise elle, à noircir le nom d'Assange et à trouver un autre itinéraire pour l'expédier dans une prison américaine. [...]

Le rejet de la demande de report de l’audition en Suède jette aussi une lumière supplémentaire sur la vendetta juridique internationale à laquelle Assange est soumis. […]

La persécution d'Assange vise à créer un précédent pour la suppression de l’opposition populaire croissante à la guerre, à l’inégalité et à l’autoritarisme." https://www.wsws.org/fr/articles/2019/05/30/assu-m30.html

 
Selon un autre article de WSWS du 25 mai : "Les accusations sont passibles en tout jusqu’à 170 ans de prison. Toutefois, rien n'empêche les autorités américaines de déposer des accusations supplémentaires passibles de la peine de mort s'il est extradé aux États-Unis depuis son emprisonnement actuel au Royaume-Uni." https://www.wsws.org/fr/articles/2019/05/25/pers-m25.html

 

Le 31 mai 2019. Déclaration de Nils Melzer, rapporteur spécial de l'Onu sur la torture : «Julian Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes graves de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits autrement que comme de la torture psychologique» «La persécution collective de Julian Assange doit finir maintenant !». https://www.24heures.ch/monde/Assange-a-ete-torture-psychologiquement-/story/24177231

Le 31 mai 2019. Communiqué de l'ONU. https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=24665&LangID=E

 


  
Genève. Notre syndicat Adetra a organisé deux rassemblements de soutien à Julian Assange, les 13 avril et 28 mai 2019

  

Note de l'Adetra :
Le 28 mai, nous étions une vingtaine de manifestants devant la poste du Mt-blanc et avons distribué le tract demandant la non-extradition de Julian Assange vers les USA. Certains passants ont déclaré appouver entièrement les révélations de WikiLeaks, et ont salué la tenue de ce rassemblement.

Nota bene, l'Adetra n'a aucune part au négationnisme, à l'antisémitisme ou au confusionnisme.




La guerre lancée par les USA en Irak :

Avril 2003. Article d'Ignacio Ramonet : "En lançant, le jeudi 20 mars à l’aube, une « guerre préventive » contre l’Irak et en envahissant ce pays sans mandat de l’ONU, les Etats-Unis et leurs alliés britanniques ont donc violé la légalité internationale, se sont essuyé les pieds sur les principes fondamentaux des Nations unies et clairement comportés en agresseurs". https://www.monde-diplomatique.fr/2003/04/RAMONET/9963

Septembre 2004. Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan avait qualifié d'«illégale» la guerre lancée par les Etats-Unis en Irak. http://www1.rfi.fr/actufr/articles/057/article_30522.asp

 


  
JULIAN ASSANGE


YellYell Le 23 mai 2019, le ministère de la Justice des Etats-Unis a inculpé le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour espionnage !

Ce jeudi 23 mai 2019, le ministère américain de la Justice a inculpé Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, pour plusieurs violations de la loi sur l’espionnage de 1917, en raison de son rôle dans la publication de dizaines de milliers de documents militaires et diplomatiques confidentiels en 2010 [...]
Les nouveaux chefs d’inculpation du ministère américain de la Justice portent sur la réception et la publication de documents confidentiels produits par une source au sein de l’appareil d’État. C’est ce que font sans cesse les journalistes – pour les Pentagon Papers et pour d’innombrables autres affaires dont la révélation était d’intérêt public, quand bien même les sources avaient enfreint la loi.
https://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-linculpation-de-julian-assange-menace-toute-la-presse-libre

  • Pour rappel, le 12 avril 2019, Mme Gabi Zimmer, présidente de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique et eurodéputée, déclarait : Lorsqu'un journaliste ou un dénonciateur découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, il ne devrait pas être poursuivi pour son acte de service public. Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, avait dénoncé les atrocités commises par les Etats-Unis en Irak. Mais au moment où Assange fait face au système judiciaire britannique et à la menace d'extradition vers les États-Unis, les individus qui ont commis les crimes de guerre qu'Assange a exposés n'ont jamais été jugés. https://www.guengl.eu/statement-on-julian-assanges-arrest-by-uk-authorities/

    Note de l'Adetra : nous avons reçu en Suisse le même avis juridique que celui avancé par Mme Zimmer

 
Le 25 mai 2019. Article de Caitlin JOHNSTONE. https://www.legrandsoir.info/combien-de-fois-faut-il-que-julian-assange-ait-raison-avant-qu-on-ne-commence-a-l-ecouter.html


Le 24 mai 2019, tweet de
Bernie Sanders : https://twitter.com/SenSanders/status/1132021213717512193


Site du Fonds de défense WikiLeaks
qui soutient les activités médiatiques et publiques de défense de Julian Assange et d'autres journalistes de WikiLeaks : http://defend.wikileaks.org

  • Après que la Justice américaine ait accusé Julian Assange d'avoir violé la loi sur l'espionnage, WikiLeaks a répondu à cet acte d'accusation : il s'agit d'une attaque sans précédent contre la presse libre.
    L'acte d'accusation a de sérieuses implications pour les partenaires de l'Edition de WikiLeaks, au nombre de plus d'une centaine à travers le monde, dont The New York Times, The Telegraph et The Guardian, qui ont collaboré à ces publications et pourraient désormais devoir faire face à des accusations de co-accusés.
    La décision finale concernant l'extradition d'Assange revient au ministre britannique de l'Intérieur, qui subit actuellement d'énormes pressions pour protéger les droits de la presse libre au Royaume-Uni et ailleurs. Les défenseurs des droits de la presse ont unanimement soutenu que les poursuites engagées contre Assange en vertu de la loi sur l'espionnage sont incompatibles avec les principes démocratiques fondamentaux. C'est la plus grave atteinte à la liberté de la presse du siècle !
  • Selon le Comité pour la protection des journalistes, c’est la première fois que le gouvernement américain utilise la loi sur l’espionnage pour poursuivre un éditeur.

  • Gregory Joseph Barns est avocat, auteur, commentateur politique, directeur de société, et ancien candidat politique australien.
    "L'Australie a un rôle à jouer à cet égard et nous estimons que le gouvernement australien doit intervenir ", a-t-il déclaré à Guardian Australia.
    "Il ne s'agit pas d'un processus juridique, mais d'un processus politique qui a des répercussions sur la liberté d'expression, non seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier ".
    "Nous savons que le gouvernement Obama n'a pas porté d'accusations d'espionnage pour une très bonne raison, c'est parce qu'en fin de compte, le premier amendement et les questions de liberté d'expression l'ont dépassé".
    "Le danger que cela représente n'est pas seulement pour les dénonciateurs ou les journalistes aux États-Unis, c'est toute personne qui publie des informations que les États-Unis considèrent comme classifiées* partout dans le monde. En d'autres termes, c'est la portée extraterritoriale des accusations représente une menace directe à la liberté d'expression, non seulement aux États-Unis, mais partout dans le monde."
    *ndlr : couverts par le secret de la défense nationale
    https://twitter.com/barnsgreg

 

En complément : Le 23 mai 2019. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la protection de la vie privée, Joseph Cannataci, s’est dit jeudi très préoccupé par les informations selon lesquelles le gouvernement équatorien envisage de remettre aux États-Unis les effets personnels de Julian Assange. https://news.un.org/fr/story/2019/05/1044201

 

Atteinte à la liberté d'informer les citoyens en France, en l’espace de quelques semaines, huit journalistes et le président du directoire du "Monde" qui travaillent pour le Monde, l’émission Quotidien, le site d’investigation Disclose et Radio France ont été convoqués par les services de renseignement français pour la vente d’armes à l'Arabie Saoudite et l’affaire Benalla. Des journalistes qui n’ont fait que leur travail : porter à la connaissance des citoyens des informations d’intérêt public. https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/23/vague-de-protestations-apres-de-nouvelles-convocations-de-journalistes-par-la-dgsi_5466004_3224.html



JULIAN ASSANGE


CHELSEA MANNING

Le 20 mai 2019. Déterminée à défendre ses "principes", l'ancienne analyste militaire américaine Chelsea Manning est retournée en prison jeudi pour la troisième fois après avoir de nouveau refusé de témoigner contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. https://www.rtbf.be/info/monde/detail_chelsea-manning-refuse-de-temoigner-contre-julian-assange-et-retourne-en-prison?id=10222913


 
JULIAN ASSANGE

La justice suédoise a relancé le 13 mai les poursuites pour viol contre Julian Assange.

Le 14 mai 2019. Le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a dénoncé des pressions politiques orchestrées selon lui par Londres et Washington. «Tout ce qui concerne Julian Assange est politisé aujourd'hui. Il n’est pas difficile de constater qu’il n’a aucune chance d'obtenir un procès équitable en Suède, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. Tout cela est fait pour l’extrader aux Etats-Unis afin de le juger pour avoir publié la vérité», a-t-il déploré. https://francais.rt.com/international/62040-pour-redacteur-chef-wikileaks-julian-assange-poursuivi-pour-avoir-publie-la-verite

 
Autres soutiens à Julian Assange, après son arrestation :

Alfred de Zayas est juriste, historien et professeur de droit international et relations internationales depuis sa retraite de l'ONU en 2003. Son intervention du 14 avril 2019. https://dezayasalfred.wordpress.com/2019/04/14/un-torture-expert-warns-over-julian-assange-extradition-to-u-s/


Le 13 avril 2019. Article paru dans WSWS : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/04/13/jass-a13.html
 
Le 17 avril 2019, intervention d'Eva Joly, EELV, au Parlement européen : https://europeecologie.eu/thematique/julian-assange


 
Le fichier secret de MONSANTO


JULIAN ASSANGE - Baltasar Garz
ón

Baltasar Garzón est avocat, coordinateur international de l’équipe juridique de M. Assange.

Article du 23 janvier 2019 : https://www.legrandsoir.info/les-avocats-d-assange-tentent-d-obliger-l-administration-trump-a-reveler-les-charges-secretes-portees-contre-leur-client.html

Article du 17 avril 2019 : https://www.pressenza.com/fr/2019/04/baltasar-garzon-nous-ferons-tout-ce-qui-est-necessaire-pour-defendre-les-droits-de-julian-assange/


 
JULIAN ASSANGE - Lorsqu'un journaliste ou un dénonciateur découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, il ne devrait pas être poursuivi pour son acte de service public

Le 29 avril 2019. Demande d'intervention publique du PCF en faveur de Julian Assange. http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2019/04/demande-d-intervention-publique-du-pcf-en-faveur-de-julian-assange-25.04.2019-mise-a-jour-du-texte-du-13-avril.html

  • Le 12 avril 2019. Déclaration de Gabi Zimmer, présidente de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique. Lorsqu'un journaliste ou un dénonciateur découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, il ne devrait pas être poursuivi pour son acte de service public. Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, avait dénoncé les atrocités commises par les Etats-Unis en Irak. Mais au moment où Assange fait face au système judiciaire britannique et à la menace d'extradition vers les États-Unis, les individus qui ont commis les crimes de guerre qu'Assange a exposés n'ont jamais été jugés. Je déplore la décision des autorités équatoriennes de révoquer la protection d'Assange en matière d'asile, car elle va à l'encontre des demandes de la Commission interaméricaine des droits de l'homme et de l'ONU de respecter le droit d'Assange de conserver son statut d'asile. J'attends du système judiciaire britannique qu'il reste impartial et qu'il ne cède pas aux pressions extérieures du gouvernement américain. De même, les autres crimes qu'Assange aurait prétendument commis doivent être jugés séparément et équitablement - comme pour toute autre personne. L'intégrité et la liberté de Julian Assange doivent être respectées. https://www.guengl.eu/statement-on-julian-assanges-arrest-by-uk-authorities/

  • Le 13 avril 2019. Communiqué de John Pilger, journaliste qui a reçu en 2009 le Prix Sydney de la Paix. http://johnpilger.com/articles/the-assange-arrest-is-a-warning-from-history


Le 2 mai 2019. NON A L'EXTRADITION DE JULIAN ASSANGE !
https://twitter.com/CassandraRules

Le 19 décembre 2018. John Kiriakou : Julian Assange n’aura jamais un procès équitable aux États-Unis https://www.youtube.com/watch?v=dqaYa2ILkWw
John Kiriakou est un ancien agent antiterroriste de la CIA et un ancien enquêteur principal du Comité sénatorial des relations étrangères. Il est devenu le sixième lanceur d’alerte inculpé par le gouvernement Obama en vertu de la loi sur l’espionnage, loi conçue pour punir les espions. Il a passé 23 mois en prison pour avoir tenté de s’opposer au programme de torture de l’administration Bush.
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-n-aura-jamais-un-proces-equitable-aux-etats-unis.html

En complément, intervention de John Kiriakou du 7 avril 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=Y_C92BT8Fzk

Et une excellente nouvelle :

Suisse. Le 2 mai 2019, 22 juristes de renom, principalement zurichois, mais aussi le conseiller national genevois Carlo Sommaruga, demandent au Conseil fédéral d'accorder l'asile à Julian Assange.
Le fondateur de Wikileaks a été condamné à 50 semaines de prison en Grande-Bretagne. Il est menacé d'extradition vers les Etats-Unis. https://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/des-juristes-suisses-de-renom-veulent-que-la-suisse-accordent-l-asile-a-julian-assange-fondateur-de-wikileaks-837798


 
ASSANGE, autres soutiens

  • Le 20 avril 2019. Parti Communiste Suisse.  Après l'arrestation de Julian Assange à Londres, les communistes suisses invitent le conseiller fédéral tessinois Ignazio Cassis à offrir l'asile à Julian Assange. Ils soulignent la forte pression exercée par le gouvernement américain sur les pays impliqués dans l'affaire, au mépris non seulement de leur souveraineté, mais aussi de celui du droit d'asile. La lettre signée par le secrétaire politique Massimiliano Ay à Ignazio Cassis cite la déclaration de l'ancien procureur tessinois Dick Marty : "Assange n'a fait que dire la vérité en découvrant des actes criminels et en éveillant la conscience internationale". Le Parti Communiste Suisse prévient qu'une éventuelle extradition d'Assange vers les Etats-Unis comporte également le risque d'une peine de mort.
    "Par la présente, nous demandons au gouvernement Suisse, par l'intermédiaire de son département, de présenter une note de protestation au gouvernement de Washington et que, conformément à la tradition humanitaire, démocratique et neutre de la Confédération, l'asile politique soit accordé au dissident Julian Assange, injustement persécuté pour avoir révélé de nombreuses atrocités dans le cadre de la politique interventionniste américaine". https://www.ticinolibero.ch/politica/politica/1364020/il-pc-assange-potrebbe-rischiare-la-pena-capitale-diamogli-asilo-politico

 


 
France. Restauration de Notre-Dame


 
FRANCE. Le 27 avril 2019 à Paris, convergence des luttes : la CGT rejoint la marche des Gilets jaunes


 
CHELSEA MANNING

Article de presse de Niles Niemuth paru le 23 avril 2019 : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/04/24/ucoc-a24.html

En anglais : https://www.wsws.org/en/articles/2019/04/23/mann-a23.html


 
 JULIAN ASSANGE 

Le 16 avril 2019. Parlement européen. Discours très percutant et émouvant de Mairead Corrigan Maguire, prix Nobel de la paix en 1976, qui a accepté de la part de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, le prix pour "Journalistes, dénonciateurs et défenseurs du droit à l'information", au nom de Julian Assange.


 
 JULIAN ASSANGE 

  • Le 15 avril 2019, à 10h47. Prison de Belmarsh à Londres. Smile Déclaration de deux députées du groupe Die Linke au Bundestag allemand : Sevim Dağdelen et Heike Hänsel, ainsi que de l'eurodéputée espagnole du groupe des Verts au Parlement européen Ana Miranda devant la prison Belmarsh où Assange est emprisonné. https://www.youtube.com/watch?v=BN2I2LuV1-o
https://www.pressenza.com/de/2019/04/heike-haensel-und-sevim-dagdelen-mdb-protestieren-in-london-gegen-die-verhaftung-von-julian-assange/

Extraits de cette Déclaration
(traduction google) : "Nous condamnons avec la plus grande fermeté le comportement du Gouvernement équatorien la semaine dernière, qui constitue une violation flagrante du droit international, en privant Assange de son statut de réfugié et de sa citoyenneté équatorienne afin de permettre son arrestation. […] Notre objectif ultime en tant que membres du Bundestag allemand et du Parlement européen est désormais d'empêcher l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Il s'agit d'une obligation qui incombe à tous les démocrates des États membres de l'UE qui ont signé des conventions internationales, notamment la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies et la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, qui interdit l'utilisation de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants.
Assange 'doit être puni' pour avoir publié des milliers de documents gouvernementaux et divulgué de graves crimes de guerre américains. Les accusations sont assimilables à une vengeance et visent à dissuader les imitateurs. Ce n'est pas la divulgation des crimes de guerre qui doit être punie, mais les responsables de ces crimes de guerre qui doivent être traduits en justice.

Nous soulignons que les actions des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Équateur répondent à tous les critères d'une attaque planifiée conjointement contre Julian Assange et WikiLeaks. […] Nous notons avec beaucoup d'inquiétude que, dans le cas de M. Assange, les États-Unis étendent leurs poursuites au territoire européen et à l'Amérique latine. Cette persécution extraterritoriale est contraire au droit international et doit être condamnée et rejetée par les Etats européens. Cela est d'autant plus vrai que Julian Assange est accusé aux États-Unis non seulement de conspiration, mais aussi de lois sur l'espionnage, ce qui peut entraîner une longue peine de prison ou même la peine capitale."

  • Le 14 avril 2019. Manifestation. Arborant des banderoles «Free Assange», les partisans de Julian Assange se sont rassemblés ce 14 avril devant la prison de Belmarsh à Londres pour exprimer leur soutien au fondateur de Wikileaks qui y est détenu jusqu'au 2 mai. https://www.youtube.com/watch?v=CkYyF9_U7ko


Parlement européen :
 
En complément :
  • Site du Fonds de défense WikiLeaks qui soutient les activités médiatiques et publiques de défense de Julian Assange et d'autres journalistes de WikiLeaks : http://defend.wikileaks.org
 
A signer :


JULIAN ASSANGE

  • SmileSmile Le 15 avril 2019. Le Réseau mondial contre l’impunité des transnationales condamne l’arrestation de Julian Assange.
    "La Campagne mondiale pour revendiquer la souveraineté des peuples, démanteler le pouvoir des transnationales et mettre fin à l’impunité exprime sa plus vive préoccupation face à l’arrestation de Julian Assange le 11 avril 2019 à l’ambassade de l’Équateur à Londres et appelle le gouvernement britannique à assurer sa liberté et sa non-extradition aux États-Unis."

    "La Campagne mondiale, en tant que réseau international de plus de 200 mouvements, syndicats, organisations sociales et communautés touchés par les sociétés transnationales,
    nous reconnaissons la grande valeur du travail accompli par Wikileaks." https://www.stopcorporateimpunity.org/reseau-mondial-contre-limpunite-des-entreprises-condamne-larrestation-de-julian-assange/?lang=fr

- Liste des signataires de Global campaign : https://www.stopcorporateimpunity.org/appel-a-laction-internationale/?lang=fr

- Le mandat du Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. https://www.ohchr.org/FR/Issues/Executions/Pages/SRExecutionsIndex.aspx

- Article du 15 avril 2019 de "American Civil Liberties Union (ACLU)" : https://www.aclu.org/blog/free-speech/freedom-press/assange-indictment-and-press-freedoms

- Le 15 avril 2019. Amnesty International condamne fermement l'extradition de Julian Assange, arrêté le 11 avril, vers les Etats-Unis : https://www.amnesty.ch/fr/pays/ameriques/etats-unis/docs/2019/julian-assange-ne-doit-pas-etre-extrade-vers-les-etats-unis

Embarassed Le 7 avril 2019. Lettre ouverte adressée à Kumi Naidoo, secrétaire général d'Amnesty International : https://www.legrandsoir.info/manning-assange-lettre-ouverte-a-kumi-naidoo-secretaire-general-d-amnesty-international.html


In English :

- List of signatories of Global campaign https://www.stopcorporateimpunity.org/call-to-international-action/

 
En complément, articles de presse :

 

CHELSEA MANNING

- Twitter de Chelsea Manning : https://twitter.com/xychelsea

- Twitter de WikiLeaks : https://twitter.com/wikileaks



France. Le 16 avril 2019. Article de Laurent Mauduit, paru dans Mediapart. Toulouse: la privatisation de l’aéroport annulée. La cour administrative d’appel de Paris a rendu mardi 16 avril un arrêt qui annule la privatisation de la société de gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Un camouflet pour Emmanuel Macron, qui s’est personnellement impliqué dans cette opération sulfureuse. La controverse autour de la cession d’Aéroports de Paris va prendre encore plus d’ampleur. http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article1681

Article de Laurent Mauduit du 16 juin 2016 : http://democratie-reelle-nimes.over-blog.com/2016/06/aeroport-de-toulouse-macron-rattrape-par-son-mensonge.html



Londres, le jeudi 11 avril 2019 en matinée. Une terrible nouvelle : Julian Assange a été arrêté par la police britannique dans l'ambassade de l'Equateur à Londres :
https://www.ouest-france.fr/monde/julian-assange/julian-assange-arrete-londres-s-opposera-la-demande-d-extradition-americaine-annonce-son-avocate-6305871

Pour la libération immédiate de l'éditeur Julian Assange, et de l'ex-soldat Chelsea (Bradley) Manning, analyste militaire de l'armée des États-Unis et informateur de Wikileaks, à nouveau emprisonnée pour la contraindre de témoigner contre WikiLeaks

Le 6 avril 2019. Wikileaks : L’ancien président de l’Équateur affirme que l'actuel Président Lenin Moreno est «désespéré» et qu'il attaque l’asile d’Assange pour détourner l’attention du scandale des fonds offshore de l’INA Papers.

  • Twitter de Mme Christine Assange, mère de Julian Assange qui est détenu depuis 8 ans sans inculpation pour avoir dénoncé la corruption de haut niveau : https://twitter.com/AssangeMrs

Articles de presse sur Assange et Manning :