Menu Content/Inhalt
Accueil

Identification






Mot de passe oublié ?
Agir pour soutenir le fondateur de WikiLeaks

Le 13 juin 2019, modifié le 19 novembre 2019

PROPOSITION DE COURRIEL À ENVOYER À VOS CONTACTS :
Vous pouvez reprendre cette proposition de courriel, avec le modèle de lettre destinée aux institutions, à votre convenance (pas de copyright).

LOGO de votre organisation

Adresse

Madame, Monsieur,

Nous vous adressons une demande urgente de soutien à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, dont la vie est aujourd'hui est gravement menacée.

Depuis 2010, les Etats-Unis, soutenus par d'autres gouvernements, dont le Royaume-Uni et la Suède, persécutent et poursuivent Julian Assange pour avoir publié sur WikiLeaks, et en partenariat avec de grands médias, des dizaines de milliers de documents classifiés, avec des preuves sur des crimes de guerre et de torture, commis par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak, dont la vidéo "Collateral Murder". Pour rappel, l'offensive armée des Etats-Unis et de leurs alliés britanniques en Irak, avait été déclarée "illégale" par Kofi Annan.

L'organisation indépendante Iraq Body Count (IBC), a dénombré entre 2003 et 2010, 122'000 morts parmi les civils irakiens (à noter que les chiffres de l'IBC se basent sur des décès reconnus officiellement).

Dès 2010, après que Julian Assange ait été innocenté par une enquête suédoise relative à une allégation de viol, la Suède réouvre ce dossier à maintes reprises, calomniant Julian Assange afin de le discréditer auprès de l'opinion publique, et essayant de l'extrader vers les Etats-Unis via la Suède.

Dès 2010, Julian Assange est privé de liberté à Londres, une semaine après avoir commencé à publier "Cablegate" qui fait référence à la publication par WikiLeaks (en 2010) de centaines de milliers de câbles diplomatiques américains, exposant les intrigues du gouvernement américain et de ses alliés dans le monde.

En 2012, Julian Assange se réfugie à l'Ambassade d'Equateur afin d'échapper à une extradition vers les Etats-Unis.

Le 11 avril 2019, l'actuel président de l'Equateur met illégalement fin à son asile politique. Julian Assange est alors arrêté par la police britannique dans l'enceinte de l'ambassade, puis immédiatement incarcéré dans une prison britannique de haute sécurité connue pour ses conditions brutales. C’est là que sont habituellement détenus les prisonniers condamnés pour les meurtres les plus graves et pour des infractions terroristes !

Le 23 mai 2019, les Etats-Unis inculpent Julian Assange pour espionnage, puis le 10 juin 2019 ils présentent officiellement une demande d'extradition au Royaume-Uni. Or, nous savons que si Julian Assange devait être extradé aux USA, il ne bénéficierait en aucun cas d'un procès équitable. La récente inculpation pour espionnage entraînerait un emprisonnement à vie, un risque de torture, voire la peine capitale.

A cet égard, la justice fédérale américaine autorise la peine de mort pour l'espionnage, selon le site spécialisé Death Penalty Information Center. https://www.lepoint.fr/monde/julian-assange-sera-extrade-vers-les-etats-unis-affirme-washington-21-07-2019-2325838_24.php
https://deathpenaltyinfo.org/

Selon la déclaration de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) : "Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, le gouvernement des Etats-Unis a porté des accusations criminelles en vertu de la Loi sur l’espionnage contre un éditeur pour la publication d’informations véridiques. C’est une attaque directe contre le Premier Amendement [à la Constitution des Etats-Unis, qui établit la liberté de la presse]. Ces accusations constituent une grave attaque de l’administration Trump contre le journalisme, établissant un dangereux précédent qui peut être utilisé pour cibler tous les organismes de presse qui exercent un contre-pouvoir au gouvernement."

Début juin 2019, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, a averti que Julian Assange pourrait mourir en prison si sa persécution ne cessait pas immédiatement. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/08/asfb-j08.html
Le 5 octobre, le père de Julian Assange, John Shipton, a déclaré que l'état de santé de son fils s'est détérioré au point où il risque de mourir. https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/05/ship-o05.html
Le 8 octobre, le WSWS nous informe que la vie de Julian Assange est en grand danger à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres où il continue de subir de graves sévices.
https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/08/pers-o08.html
Le 12 octobre, nous avons été constertés d'apprendre : Un journaliste de l'AFP a déclaré qu'Assange, qui s'est présenté hier à l'audience d'administration par liaison vidéo, "a donné son nom et son âge d'une voix haletante et légèrement grinçante tout en se balançant d'avant en arrière, les épaules affaissées. Assange a commencé à tirer sur les manches de son pull sur les jambes croisées tout en écoutant le juge passer quelques minutes à examiner l'affaire." https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/12/pers-o12.html

Suite à l'audience du 21 octobre, Craig Murray, ancien diplomate britannique et actuel défenseur des droits de l'homme a déclaré que «l'apparence physique d'Assange n'était pas aussi bouleversante que sa détérioration mentale. Lorsqu'on lui a demandé de donner son nom et sa date de naissance, il a visiblement eu de grandes difficultés pendant plusieurs secondes à s’en souvenir». Murray a écrit dans une sérieuse mise en garde : «Toutes les personnes présentes au tribunal hier ont constaté que l'un des plus grands journalistes et dissidents de notre époque fait l’objet de torture à mort aux mains de l'État, sous nos propres yeux https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/25/pers-o25.html

Compte tenu de ce qui précède, nous vous proposons d'envoyer des lettres de soutien à Julian Assange, destinées à votre gouvernement, au Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH), et au gouvernement britannique.

Voici le modèle de lettre que nous mettons à votre disposition :

Mesdames, Messieurs,

Nous vous écrivons pour vous demander instamment de protéger la vie du fondateur de WikiLeaks, M. Julian Assange.

Le 12 avril 2019, Dick Marty, ex-procureur général tessinois et ex-rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l'Europe déclarait : "Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale".

En publiant des faits qu'un gouvernement préférerait garder secrets, la presse d'investigation assume un rôle de contre-pouvoir et de préservation de la démocratie. Les citoyens doivent pouvoir accéder à des informations véridiques, c'est un droit fondamental dans nos démocraties. Or l'administration Trump, en décidant d'inculper Julian Assange pour espionnage, viole ce droit et met en danger la liberté de la presse d'investigation et les lanceurs d'alerte.

Par ailleurs, nous sommes très reconnaissants à WikiLeaks d'avoir révélé des documents issus des négociations secrètes sur les grands accords de libre-échange, tels le TISA, le TPP et le TTIP.

Le 16 avril 2019, le Parlement européen a adopté à une large majorité une nouvelle loi visant à renforcer la protection des lanceurs d'alerte et à les empêcher de subir des représailles et des conséquences telles que condamnations, exil forcé et procédures judiciaires sans fin. En particulier, et c'est très important, cette directive stipule que lorsqu'un journaliste ou un lanceur d'alerte découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, ils ne doivent pas être poursuivis pour leur acte de service public. La vérité doit être révélée dans tous les cas, et les lanceurs d'alerte qui la révèlent doivent être protégés. Nous pensons que c'est incontestablement le cas de M. Julian Assange, c'est pourquoi cette loi devrait être appliquée pour le protéger de toute mesure de rétorsion éventuelle à la suite de son travail sur la plateforme WikiLeaks.

Par conséquent, nous vous demandons de vous référer à cette nouvelle législation et vous prions instamment d'entreprendre toutes les démarches nécessaires pour une amélioration immédiate des conditions de détention illégales infligées à M. Julian Assange, et d'oeuvrer pour sa libération.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions de recevoir, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.


Nous vous remercions par avance de bien vouloir traiter notre demande dans les meilleurs délais.

Avec nos cordiales salutations,
Signatures


Liens importants
:



Lire la suite...
 
Acuerdo de Libre comercio Tisa
Ginebra, 2017
 Acuerdo sobre el Comercio Internacional de Servicios llamada en inglés "TISA"
(TISA es el acrónimo de Trade in Services Agreement)
 
Prefacio del informe sobre el TISA, escrito por Scott Sinclair, Centro Canadiense de Alternativas Políticas, y Hadrian Mertins-Kirkwood, Instituto de Economía Política, Universidad de Carleton, publicado por la Internacional de Servicios Publicos (ISP) :
 
Tratar a los servicios públicos como mercancías destinadas al comercio crea un error conceptual fundamental acerca de los servicios públicos. El Acuerdo sobre el Comercio de Servicios (en inglés, TISA), que se está negociando actualmente en secreto y fuera de las normas de la Organización Mundial del Comercio, es un intento deliberado por privilegiar los beneficios de las empresas y países más ricos del mundo por encima de los que tienen mayores necesidades.

Los servicios públicos están diseñados para satisfacer las necesidades sociales y económicas vitales –tales como la atención de la salud y la educación– de una manera asequible, universal y en función de las necesidades. Los servicios públicos existen porque los mercados no producirán estos resultados. Además, los servicios públicos son fundamentales para garantizar una competencia leal para las empresas y una reglamentación eficaz para evitar los desastres medioambientales, sociales y económicos –tales como la crisis financiera mundial y el calentamiento del planeta. Los acuerdos comerciales promueven conscientemente la comercialización y definen los productos y servicios en términos de su capacidad de ser explotados con fines lucrativos por parte de las empresas mundiales. Incluso los más fervientes partidarios de los acuerdos comerciales admiten que hay ganadores y perdedores en este juego amañado.

Los ganadores son generalmente los países poderosos que son capaces de hacer valer su poder, las empresas multinacionales que son las que se encuentran en mejor situación para aprovechar el nuevo acceso a los mercados y los consumidores adinerados que pueden permitirse las importaciones extranjeras. Los perdedores tienden a ser los trabajadores que se enfrentan a la pérdida de empleo y a una presión a la baja sobre los salarios, los usuarios de los servicios públicos y las pequeñas empresas locales que no pueden competir con las empresas multinacionales.

El TISA se encuentra entre la alarmante nueva ola de acuerdos comerciales y de inversión basados en poderes jurídicamente vinculantes que institucionalizan los derechos de los inversores y prohíben las medidas gubernamentales en una amplia gama de ámbitos sólo incidentalmente relacionados con el comercio.

El TISA impedirá que los gobiernos puedan devolver los servicios públicos a manos públicas cuando las privatizaciones fracasen, restringirá las reglamentaciones nacionales relativas a la seguridad de los trabajadores, limitará las reglamentaciones en materia de medio ambiente y protección de los consumidores, así como la autoridad reguladora en ámbitos tales como la concesión de licencias para centros de cuidado de la salud, centrales eléctricas, instalaciones de eliminación de desechos y la acreditación universitaria y escolar.

Este acuerdo tratará a los trabajadores migrantes como mercancías y limitará la capacidad de los gobiernos de garantizar sus derechos. Las normas del trabajo deberían ser establecidas por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), con su estructura tripartita, y no estar cubiertas por acuerdos comerciales.

Increíblemente, tras la crisis financiera mundial, el TISA también pretende desregular aún más los mercados financieros. Sabemos que los grandes intereses corporativos están fuertemente implicados en las negociaciones del TISA.

Sabemos que la última vez que se negoció un amplio acuerdo en materia de servicios (AGCS) – se desató una protesta pública mundial. Y sabemos que actualmente se están realizando grandes esfuerzos por mantener secretas las negociaciones del TISA.

Con unos riesgos tan importantes para las personas y para nuestro planeta, esto es un escándalo. Quién en un país democrático aceptará que su gobierno apruebe en secreto leyes que modifican el poder y la riqueza, comprometen a los futuros gobiernos y restringen la capacidad de su nación de responder a las necesidades de los ciudadanos de una manera tan fundamental ?

Los textos de negociación del Acuerdo sobre el Comercio de Servicios deben ser divulgados para su análisis y toma de decisiones públicos. El TISA no debe cubrir ningún servicio público ni restringir la capacidad de ningún gobierno para reglamentar en función del interés público. No debería realizarse ningún tipo de comercio con los servicios públicos.

Rosa Pavanelli,
Secretaria General
Internacional de Servicios Públicos


La Internacional de Servicios Públicos (ISP) es una federación sindical mundial que representa a 20 millones de trabajadores y trabajadoras que prestan servicios públicos esenciales en 154 países. La ISP defiende los derechos humanos, promueve la justicia social y el acceso universal a servicios públicos de calidad. La ISP trabaja con el sistema de las Naciones Unidas y en colaboración con entidades de la sociedad civil, sindicatos y otras organizaciones.

Public Services International, BP 9, F-01211 Ferney-Voltaire Cedex, France.
Tel: +33 (0)4 50 40 64 64 Fax: +33 (0)4 50 40 50 94

Diversos documentos sobre TISA : http://www.world-psi.org/fr/base-de-donnees-sur-tisa

 

   * * * * * * * *  

 
Lire la suite...
 
Les membres du comité

Pindaro Hugo GUARIN
Fondateur président de l’ADETRA

Association adetra

«J’ai un diplôme de l’ESAP, Ecole Supérieure d’Administration Publique, Bogotá ; un autre de l’IIAP, Institut International d’Administration Publique, Paris, et encore un de l’IUED – Université de Genève, en Etudes de Développement. Depuis 40 ans je me bats pour les conquêtes syndicales. Le moyen le plus effectif au niveau de la Suisse romande est l’intervention de l’ADETRA devant les tribunaux. En effet dans mes différentes universités j’ai privilégié la formation juridique, notamment en droit administratif et droit du travail. J’espère développer l’essor international de l’ADETRA pour organiser la résistance contre le libéralisme à outrance. Voici pour l’essentiel »
  

Barbara BIANCHI

Barbara Bianchi est cinéaste de formation. Sa préoccupation s'est toujours située dans le domaine social. A travers différentes associations de défense des droits humains, elle a passé plus de quinze ans à dénoncer activement les violations des droits fondamentaux subies par les peuples vivant sous les régimes dictatoriaux tortionnaires d'Amérique Latine principalement durant les années 80.

Elle est membre du comité de l'ADETRA depuis ses débuts. Elle a désiré apporter son soutien à cette association syndicale pour deux raisons: d'une part, parce qu'elle connaissait son président et savait que ce qu'il proposait d'entreprendre était sérieux et nécessaire, à la hauteur de ses capacités; et d'autre part, parce qu'elle pensait important de pouvoir défendre les "petits gens", ceux qui ne sont pas écoutés, qui ne font partie d'aucun syndicat existant ou qui ne sont pas assez pris au sérieux, et qui ont besoin qu'on les aide pour mettre fin à l'exploitation et à l'injustice dont ils sont victimes 

 

Nadia MIGHALI

« Je suis sociable et sociale. Je m’intéresse aux problèmes de la population notamment au niveau de mon quartier. Lorsque j’ai connu l’ADETRA j’ai découvert une manière effective de lutter contre les inégalités notamment en assumant la défense des travailleuses et des travailleurs qui ne connaissent pas leurs droits. Mon activité est reconnue par mes collègues qui m’ont élue au comité. J’estime représenter le secteur de la restauration puisque j’y ai travaillé pendant une douzaine d’années »

 

Ivar PETTERSON

J’ai travaillé comme artisan tapissier-décorateur, d’abord salarié, puis indépendant. Etant depuis 2012 à la retraite, je poursuis mon engagement dans diverses associations, dont l’Adetra. Ayant acquis la nationalité suisse à l’âge de 20 ans, après avoir vécu des discriminations en tant qu’étranger. C’est donc assez jeune, que j’ai été confronté aux questions de l’intégration et de la lutte contre les injustices.

Entre 1965 et 1969, durant les vacances d’été, j’ai travaillé comme volontaire dans le cadre d’un jumelage entre l’est vaudois et une commune algérienne, où j’ai découvert la problématique des luttes de libération et du socialisme autogestionnaire, complété par un voyage en Yougoslavie.

En Suisse, j’ai milité dans « l’Internationale des résistants à la guerre »et le « Comité Paix » contre le militarisme et l’allégeance aux nationalismes, pour un statut de service civil et un engagement dans des missions de post-conflits.

J’ai milité contre les interventions étasuniennes au Vietnam et en Amérique du sud et contre l’intervention soviétique en Afghanistan. Dans les années 80, j’étais l’un des animateurs du « Camp populaire autogéré », un espace ouvert aux réfugiés, en montagne, avec des activités culturelles et sportives.

J’étais aussi membre-fondateur de l’Association CAR (Coordination Accueil & Renseignements) qui, depuis 1974, accueille durant l’été des milliers de visiteurs de Genève, jeunes et moins jeunes dans notre CAR-bleu. J’ai repris la présidence depuis quelques années.

En 2000, j’ai organisé des marches avec les survivants du génocide de Srebrenica, transférées depuis 2005 en Bosnie-Herzégovine sous le nom de « Marche pour la Paix », avec une participation importante, locale et internationale.

 

 

Lire la suite...
 
Soutien à Julian Assange et à Chelsea Manning
 
Cette page a été créée par l'Adetra le 25 février 2016, avec initialement des publications régulières sur les grands accords de libre-échange, dont en particulier l'accord TISA sur lequel l'Adetra a travaillé entre 2014 et 2016. Des ONGs et faîtières syndicales nationales et internationales ont pu travailler sur TISA grâce aux documents secrets révélés par WikiLeaks sur ces accords de libre-échange qui nous concernent tous !
Depuis 2019, l'Adetra a décidé de soutenir Julian Assange et Chelsea Manning pour leur travail immensément courageux et remarquable, au service de l'Humanité !
 
Page mise à jour le 24 mai 2020

 

  Justice et Libération immédiate et inconditionnelle pour Julian Assange & Justice pour Chelsea Manning ! ♥ ♥  ♥  ♥   

Deux grands défenseurs des droits humains persécutés politiquement :
Julian Assange est emprisonné et torturé à mort !
Chelsea Manning, après avoir été emprisonnée et torturée,
a été récemment libérée et lourdement pénalisée !

  

Certes, peut-être pensez-vous, mais pourquoi dépenser autant d’énergie pour Assange, alors que d’innombrables personnes sont torturées partout dans le monde ?
Parce qu’il ne s’agit pas seulement de protéger Assange, mais d’empêcher un précédent susceptible de sceller le sort de la démocratie occidentale. Car lorsque dire la vérité est un crime alors que les puissants jouissent de l’impunité, il est trop tard pour corriger le tir. Nous aurons cédé notre voix à la censure et notre destin à la tyrannie incontrôlée.

Nils Melzer
Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture

 

Sites importants en soutien à Julian Assange :

 

RECENTES NOUVELLES 2020
 

Coronavirus - Le médicament Hydroxychloroquine

Gouvernement français, le 23 mai 2020. Le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé samedi au Haut conseil de la santé publique (HCSP) de proposer « sous 48 heures une révision des règles dérogatoires de prescription » de divers traitements comme l’hydroxychloroquine, après la parution d’une étude pointant son inefficacité et ses risques pour les malades du Covid-19 https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200523.OBS29227/hydroxychloroquine-olivier-veran-demande-une-revision-des-regles-de-prescription.html

Philippe Douste-Blazy est médecin et homme politique français. Membre de l'UDF puis de l'UMP, il est député et maire de Lourdes puis de Toulouse. Quatre fois ministre (Culture, Santé, Affaires étrangères), il est de 2008 à 2017 secrétaire général adjoint des Nations unies et conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies, chargé des sources novatrices de financement du développement. Il est professeur à la Medical School de Harvard depuis 2016.

Le 19 mai 2020, l'ex-ministre français de la Santé, Philippe Douste-Blazy, déclare concernant la Chloroquine : «On est devenus fous [...] brutalement, en l'espace de deux mois, on dirait que c'est un poison terrible» https://twitter.com/CNEWS/status/1262780231695454215

Le 23 mai 2020, Philippe Douste-Blazy remet en cause l'étude de l'une des revues médicales les plus réputées, The Lancet, concernant l'hydroxychloroquine https://www.facebook.com/philippe.douste.blazy/videos/pourquoi-je-remets-en-cause-l%C3%A9tude-du-lancet/178358676844307/?__so__=permalink&__rv__=related_videos

Le Chatham House ou Royal Institute of International Affairs, fondé en 1920 et basé à Londres, est l'un des think tanks les plus influents du monde. https://weekend.lesechos.fr/business-story/enquetes/0600890113902-chatham-house-le-club-de-lelite-anti-brexit-2252648.php


Gilead Sciences est un laboratoire pharmaceutique américain.


En complément : Recherches et carrière du Professeur Didier Raoult : https://www.amessi.org/recherches-et-carriere-du-pfr-didier-raoult


* * * * *

 
Julian Assange - Position de deux députés australiens 

Le 15 mai 2020. Les députés australiens Andrew Wilkie et George Christensen, co-présidents du groupe parlementaire australien Bring Julian Assange Home, sont profondément déçus de la réponse insatisfaisante du très honorable Robert Buckland QC, Lord Chancelier et Secrétaire d’État à la Justice du gouvernement du Royaume-Uni, qui a indiqué que Julian Assange ne se verrait pas accorder une libération compassionnelle de prison au motif qu’il ne remplit pas les critères* et qu’il présente également un risque de fuite.

"Le fait que Julian Assange soit en prison est totalement absurde", a déclaré M. Wilkie.
"Tout ce qu’il a fait, c’est exposer des preuves solides de crimes de guerre américains, de corruption et du traitement inhumain des prisonniers à Guantanamo Bay. Il devrait être salué comme un héros, mais au lieu de cela, le gouvernement britannique s’entête et s’incline devant l’administration Trump".
https://www.legrandsoir.info/le-gouvernement-britannique-ne-fait-pas-preuve-de-bon-sens-a-propos-de-julian-assange.html

Communiqué en anglais : https://andrewwilkie.org/uk-government-blind-to-common-sense-over-julian-assange/


*Pour rappel : Le 5 avril 2020, le secrétaire à la Justice britannique, Robert Buckland, avait annoncé que Julian Assange, qui est en détention provisoire à la prison de Belmarsh, ne purge pas de peine privative de liberté et n'est donc pas éligible à une libération provisoire de prison en raison du coronavirus !! SurprisedTongue out
https://www.braidwoodtimes.com.au/story/6711654/uk-govt-wont-release-assange-amid-virus/

Traduction google : https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.braidwoodtimes.com.au/story/6711654/uk-govt-wont-release-assange-amid-virus/&prev=search



Julian Assange - Commission des droits de l'homme du Bundestag allemand

@NilsMelzer
13 mai - twitt en traduction google : Je remercie la commission des droits de l'homme du Bundestag allemand à Berlin de m'avoir invité à participer à l'audition d'aujourd'hui sur l'affaire Assange et ses implications systémiques pour la démocratie, la gouvernance mondiale et l'État de droit. La voix de l'Allemagne compte ! https://twitter.com/NilsMelzer/status/1260660684523634688

@FrankSchwabe
5 févr. - twitt en traduction google : Julian Assange est peut-être une personnalité éblouissante et étrange. Mais les dénonciateurs sont une bénédiction pour la démocratie et les droits de l'homme. Ils doivent être protégés et non punis. Julian Assange est en danger de mort. Il doit être libéré. https://twitter.com/FrankSchwabe/status/1225139452613480448

 

Le 24 février 2020. Communiqué du Groupe de l'Etat fédéré d'Allemagne NRW (Rhénanie du Nord-Westphalie) au sein du groupe parlementaire social-démocrate SPD au Bundestag (traduction google) :

 Aucune nouvelle détention de Julian Assange

Le processus d'extradition du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, commence aujourd'hui, décidant de son extradition vers les États-Unis. Son état de santé est inquiétant. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a noté qu'Assange était mentalement malade. Frank Schwabe, porte-parole de la politique des droits de l'homme du groupe parlementaire social-démocrate d'Allemagne (SPD), déclare :

"Avec ses publications, Julian Assange a mis les États-Unis sous une forte pression de légitimité politique et a dû en payer le prix fort. L'état de santé très inquiétant de Julian Assange est dû à l'isolement et à la torture psychologique, selon le rapporteur spécial des Nations Unies Nils Melzer. Quelqu'un qui a des maladies aussi graves devrait être à l'hôpital, pas dans une prison. Il ne doit plus y avoir de détention ni d'extradition pour des raisons politiques. Nous avons besoin d'une protection complète pour les dénonciateurs à tous les niveaux. La dénonciation n'est pas un crime, mais une condition fondamentale du fonctionnement d'une démocratie." http://www.nrwspd-landesgruppe.de/2020/02/24/keine-weitere-inhaftierung-von-julian-assange/

Traduction google : https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=de&u=http://www.nrwspd-landesgruppe.de/2020/02/24/keine-weitere-inhaftierung-von-julian-assange/&prev=search

 

* * * * *

                                                                                           - INFO - 

Nous vous prions de bien vouloir prendre en lecture le lien ci-après qui vient de nous être communiqué de Haute-Savoie par l'association Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui (CRHA) qui devient désormais le Conseil National de la Nouvelle Résistance (CNNR): https://www.youtube.com/watch?v=Gh_RFwLAreA&t=17s

Vidéo d'annonce de la création du Conseil National de la Nouvelle Résistance par les cinq membres de son secrétariat : Gérard Mordillat (cinéaste, écrivain), Gilles Perret (réalisateur, co-fondateur de Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui), Denis Robert (journaliste, écrivain), Florent Massot (éditeur), Katell Gouëllo (Le Média TV), Bertrand Rothé (agrégé d’économie, professeur d’université). N'hésitez pas à partager pour qu'adviennent Les Jours Heureux !
 * * * * *

 
Julian Assange - World Socialist Web Site

Le discours suivant a été prononcé par Thomas Scripps, un membre éminent du Socialist Equality Party (Grande-Bretagne), au Rallye international en ligne du 1er mai 2020 organisé par le World Socialist Web Site et le Comité international de la Quatrième Internationale le 2 mai. Scripps a écrit abondamment sur la persécution continue de l'État contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Article original en anglais : https://www.wsws.org/en/articles/2020/05/08/thom-m08.html

Traduction google en français : https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.wsws.org/en/articles/2020/05/08/thom-m08.html&prev=search

* * * * *


Pendant le confinement, revoir le film britannique de science-fiction sorti en 1966 - Fahrenheit 451 - réalisé par le cinéaste François Truffaut. Adaptation du roman de Ray Bradbury, il s'agit du seul film de Truffaut tourné uniquement en anglais (Feu le livre) https://www.youtube.com/watch?v=UlQ1C54coaY  


* * * * *


Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture Nils Melzer

L’expert suisse en droit international Nils Melzer est depuis novembre 2016 Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture; il est donc expert des dites Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisme. Antérieurement, Nils Melzer a travaillé pendant douze ans pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans différentes régions en crise, en tant que délégué, vice-chef de mission et conseiller juridique. Il a ensuite été conseiller en politique de sécurité au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Outre son mandat à l’ONU, il est titulaire d’une chaire en droit international humanitaire à l’Université de Glasgow et enseigne également à l’Académie pour le droit international humanitaire et les droits de l’homme de Genève.

 
Deux twitts de Nils Melzer en traduction google
:

@NilsMelzer
"Dans une démocratie, le pouvoir n'appartient pas au gouvernement, mais au peuple.
Mais le peuple doit le revendiquer.
Le secret prive le peuple de son pouvoir parce qu'il l'empêche d'exercer un contrôle démocratique.
C'est précisément pourquoi les gouvernements veulent le secret !"
https://twitter.com/NilsMelzer/status/1256011740619378692


@NilsMelzer
"Jusqu'où avons-nous coulé...
- lorsque nous poursuivons des personnes pour avoir exposé des crimes de guerre ?
- lorsque nous ne poursuivons plus les criminels de guerre parce que nous nous identifions davantage à eux qu'à leurs victimes et à leurs révélateurs ?
- quand dire la vérité devient un crime ?
Qu'est-ce que cela signifie pour nous et nos gouvernements ?"
https://twitter.com/NilsMelzer/status/1255995565827149827


* * * * *

Coronavirus - Fête du 1er mai à Paris !

 * * * * *

Julian Assange
Avocat James C. Goodale - Journaliste Kevin Gosztola - Juge John Koeltl

Traduction google https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://accuracy.org/release/goodale-on-assange-case-wake-up-american-press/&prev=search

Traduction google https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.ch&sl=en&sp=nmt4&u=https://shadowproof.com/2020/02/23/interview-with-james-goodale-stunning-how-few-in-us-care-about-threat-posed-by-assanges-case/&usg=ALkJrhgx96SlCRmbHZIX7MDRBoBOee13JQ.

 

Julian Assange - Lettre de Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, adressée au gouvernement britannique

POUR RAPPEL :

Le 31 décembre 2019, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, publiait sur son compte Twitter: "Ma lettre du 29 octobre 2019 au gouvernement britannique, détaillant les graves violations des procédures, exprimant mon inquiétude concernant les conditions de détention et la santé de Julian Assange, réitérant mes questions et appelant à sa libération rapide." https://twitter.com/NilsMelzer/status/1211812961737740289

Lien direct vers la lettre adressée par Nils Melzer au gouvernement britannique (restée sans réponse au 31 décembre 2019) : http://bit.ly/2ZCygWA

Traduction française par Dom Lore :
https://www.facebook.com/notes/toute-la-avec-assange-french-action-4-assange/mandat-de-nils-melzer-au-gouvernement-britannique-29-octobre-2019/2485678531530869/
 
 
* * * * * 

Coronavirus

* * * * *

 
J'accuse…! Un réquisitoire par Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

 

Le cas de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, illustre bien la chute contemporaine de l’État de droit !

Un simulacre de procès moderne

"Le cas de Julian Assange n’est rien d’autre qu’un procès spectacle moderne mettant en scène des procureurs aux motivations politiques, un déni de justice, des preuves manipulées, des juges partiaux, une surveillance illégale, un déni des droits de la défense et des conditions de détention abusives. Ce qui semble être un exemple classique d’arbitraire dictatorial est en fait un précédent réel qui se produit au milieu de l’Europe, berceau des droits de l’homme. […]

Ce qui m’effraie, c’est la nonchalance et l’autosatisfaction avec lesquelles des États comme la Suède et le Royaume-Uni réagissent à mes rapports et refusent catégoriquement de répondre à mes questions, ainsi que l’indifférence avec laquelle l’affaire Assange a été longtemps passée sous silence dans l’opinion publique, la presse et la politique.

 

En réalité, cette affaire révèle des dysfonctionnements systémiques qui font passer nos États constitutionnels occidentaux pour des ’démocraties équitables’, où la protection de la loi ne peut être invoquée que tant que les machinations des puissants ne sont pas fondamentalement remises en question. Dans les quatre États concernés - la Suède, la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’Équateur - le système judiciaire s’est révélé incapable, pendant dix ans, de prévenir ou de corriger les graves abus commis par l’État et d’offrir à Julian Assange ne serait-ce qu’un semblant de procès équitable. L’affaire Assange doit enfin être reconnue pour ce qu’elle est : une attaque totalitaire contre l’État de droit et la liberté de la presse, sans laquelle une démocratie saine n’est pas possible. Si nous ne voulons pas nous réveiller bientôt dans une dictature mondiale, nous ferions mieux d’ouvrir les yeux !" https://www.legrandsoir.info/j-accuse-36032.html

  
* * * * *

Note complémentaire de l'Adetra du 23 avril concernant les révélations de l'avocate Stella Morris :
Si les révélations de l'avocate Stella Morris devaient toutefois s'avérer exactes, à savoir, que Julian Assange aurait conçu secrètement avec elle deux enfants au sein de l'ambassade de l'Equateur, avec projet de l'épouser et de fonder une famille, pour quelle raison n'a-t-elle pas donné d'information circonstanciée sur le lien actuel d'Assange avec sa famille française ? Cela nous semble être une grave omission pouvant porter (un nouveau) préjudice à l'honneur et à la réputation de Julian Assange
! https://news-24.fr/le-patron-de-wikileaks-julian-assange-a-engendre-deux-enfants-a-linterieur-de-lambassade-equatorienne-avec-un-avocat/

Julian Assange

LIVE ONLINE SAMEDI 18 AVRIL 2020
Des défenseurs impliqués de Julian Assange de Nouvelle-Zélande, Australie, Allemagne, Italie, Suisse, Royaume-Uni, Mexique, Etats-Unis et France participent à ce webinaire en faveur de Julian Assange dont la vie est plus que jamais menacée du fait de la pandémie mondiale. Parmi eux : John Shipton, le député écologiste genevois Jean Rossiaud (à 50:00), la vice-présidente de la Ligue des droits de l'homme France et de la Fédération internationale pour les Droits humains Maryse Artiguelong (à 2:12:12), le sculpteur italien Davide Dormino, l'activiste et violoniste Alex Hills et bien d'autres.. https://www.youtube.com/watch?v=K9NZCdfO8P4&fbclid=IwAR0MmFlvwHhlOgOw2q_bj_8wKcmUh0zZqabIyvKX3zW5d12BYSI45e9yuz0

Note de l'Adetra des 21 et 22 avril 2020 : Nous relevons que le père de Julian Assange, John Shipton, indique dans ce LIVE à 38:20 "Julian has a french family" ! Il ne mentionne par contre pas l'existence de la famille révélée le 12 avril par Sara Gonzalez Devant, portant aussi le nom de Stella Moris-Smith Robertson, alias Stella Morris. Il nous est d'ailleurs difficile de comprendre ce qui pourrait légitimer, de la part d'une avocate membre de l'équipe juridique de Julian Assange ayant fréquenté l'ambassade de l'Equateur, le fait de cacher son identité.

En outre, nous sommes très surpris que Stella Morris ne se soit pas manifestée publiquement quelques mois plus tôt pour soutenir et protéger la vie de celui qu'elle déclare être son 'partenaire', compte tenu des mauvais traitements et de la torture qui ont été infligés à Julian Assange dès son entrée à la prison de Belmarsh et qui ont entraîné, au fil des mois, une importante et manifeste dégradation de son état de santé.

A cet égard, on ne pourra jamais oublier le compte-rendu d'audience du 21 octobre 2019 de l'ex-ambassadeur de Grande-Bretagne Craig Murray, dont voici un extrait : "Mais son apparence physique n’était pas aussi choquante que sa détérioration mentale. Lorsqu’on lui a demandé de donner son nom et sa date de naissance, il a visiblement lutté pendant plusieurs secondes pour se les rappeler. Je reviendrai sur le contenu important de sa déclaration finale, mais la difficulté qu’il a eue pour s’exprimer était très évidente ; il a eu beaucoup de mal à articuler les mots et à se concentrer sur son raisonnement". https://www.legrandsoir.info/assange-au-tribunal-21-octobre-2019.html

Il faut également considérer le rapport terrifiant du 24 juin 2019 de Karen U. Kwiatkowski. Cet ex-lieutenant colonel de l’US Air Force, ex-membre de la NSA et ex-analyste au Pentagone, a relaté que des employés du gouvernement américain du Département de la Défense, du FBI et de la CIA ont interrogé et "traité" Assange avec de la drogue BZ à la prison de Belmarsh. (cf. Horizons et débats). Le BZ est une substance toxicologique non létale officiellement interdite au niveau international par la Convention sur les armes chimiques. https://www.zeit-fragen.ch/fr/archives/2019/n-14-24-juin-2019/avec-son-procede-de-traitement-contre-julian-assange-lamerique-creuse-sa-propre-tombe.html

De plus, dès novembre 2019, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, un groupe de médecins, ainsi que John Shipton, ont exprimé leur grave préoccupation face à la détérioration continue de l'état de santé de Julian Assange, redoutant qu'il puisse mourir en prison.

Concernant la situation de Julian Assange à l'ambassade de l'Equateur dès mai 2017 :
Dès son arrivée au pouvoir en mai 2017, le nouveau président équatorien, Lenin Moreno, a cherché à mettre fin à l'asile de Julian Assange. Dans cette optique, en décembre 2017, puis en mars 2018, David Morales, le directeur de l'entreprise de sécurité espagnole UC GLOBAL, a remplacé les caméras de surveillance en place en installant un système sophistiqué avec caméras, appareils audio, filtres sonores et microphones laser permettant d'espionner systématiquement et illégalement tous les faits et gestes de Julian Assange pour le compte des services de renseignement américains. Julian Assange était conscient d'être espionné, ce qui a contribué à sa torture. Une situation qui a gravement porté atteinte à la confidentialité avec ses avocats, ainsi qu'au respect de ses droits fondamentaux, dont sa vie privée.
https://www.wsws.org/fr/articles/2020/01/23/acia-j23.html