Menu Content/Inhalt
Accueil

Identification






Mot de passe oublié ?
Agir pour soutenir le fondateur de WikiLeaks

Le 13 juin 2019, modifié le 19 novembre 2019

PROPOSITION DE COURRIEL À ENVOYER À VOS CONTACTS :
Vous pouvez reprendre cette proposition de courriel, avec le modèle de lettre destinée aux institutions, à votre convenance (pas de copyright).

LOGO de votre organisation

Adresse

Madame, Monsieur,

Nous vous adressons une demande urgente de soutien à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, dont la vie est aujourd'hui est gravement menacée.

Depuis 2010, les Etats-Unis, soutenus par d'autres gouvernements, dont le Royaume-Uni et la Suède, persécutent et poursuivent Julian Assange pour avoir publié sur WikiLeaks, et en partenariat avec de grands médias, des dizaines de milliers de documents classifiés, avec des preuves sur des crimes de guerre et de torture, commis par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak, dont la vidéo "Collateral Murder". Pour rappel, l'offensive armée des Etats-Unis et de leurs alliés britanniques en Irak, avait été déclarée "illégale" par Kofi Annan.

L'organisation indépendante Iraq Body Count (IBC), a dénombré entre 2003 et 2010, 122'000 morts parmi les civils irakiens (à noter que les chiffres de l'IBC se basent sur des décès reconnus officiellement).

Dès 2010, après que Julian Assange ait été innocenté par une enquête suédoise relative à une allégation de viol, la Suède réouvre ce dossier à maintes reprises, calomniant Julian Assange afin de le discréditer auprès de l'opinion publique, et essayant de l'extrader vers les Etats-Unis via la Suède.

Dès 2010, Julian Assange est privé de liberté à Londres, une semaine après avoir commencé à publier "Cablegate" qui fait référence à la publication par WikiLeaks (en 2010) de centaines de milliers de câbles diplomatiques américains, exposant les intrigues du gouvernement américain et de ses alliés dans le monde.

En 2012, Julian Assange se réfugie à l'Ambassade d'Equateur afin d'échapper à une extradition vers les Etats-Unis.

Le 11 avril 2019, l'actuel président de l'Equateur met illégalement fin à son asile politique. Julian Assange est alors arrêté par la police britannique dans l'enceinte de l'ambassade, puis immédiatement incarcéré dans une prison britannique de haute sécurité connue pour ses conditions brutales. C’est là que sont habituellement détenus les prisonniers condamnés pour les meurtres les plus graves et pour des infractions terroristes !

Le 23 mai 2019, les Etats-Unis inculpent Julian Assange pour espionnage, puis le 10 juin 2019 ils présentent officiellement une demande d'extradition au Royaume-Uni. Or, nous savons que si Julian Assange devait être extradé aux USA, il ne bénéficierait en aucun cas d'un procès équitable. La récente inculpation pour espionnage entraînerait un emprisonnement à vie, un risque de torture, voire la peine capitale.

A cet égard, la justice fédérale américaine autorise la peine de mort pour l'espionnage, selon le site spécialisé Death Penalty Information Center. https://www.lepoint.fr/monde/julian-assange-sera-extrade-vers-les-etats-unis-affirme-washington-21-07-2019-2325838_24.php
https://deathpenaltyinfo.org/

Selon la déclaration de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) : "Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, le gouvernement des Etats-Unis a porté des accusations criminelles en vertu de la Loi sur l’espionnage contre un éditeur pour la publication d’informations véridiques. C’est une attaque directe contre le Premier Amendement [à la Constitution des Etats-Unis, qui établit la liberté de la presse]. Ces accusations constituent une grave attaque de l’administration Trump contre le journalisme, établissant un dangereux précédent qui peut être utilisé pour cibler tous les organismes de presse qui exercent un contre-pouvoir au gouvernement."

Début juin 2019, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, a averti que Julian Assange pourrait mourir en prison si sa persécution ne cessait pas immédiatement. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/08/asfb-j08.html
Le 5 octobre, le père de Julian Assange, John Shipton, a déclaré que l'état de santé de son fils s'est détérioré au point où il risque de mourir. https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/05/ship-o05.html
Le 8 octobre, le WSWS nous informe que la vie de Julian Assange est en grand danger à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres où il continue de subir de graves sévices.
https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/08/pers-o08.html
Le 12 octobre, nous avons été constertés d'apprendre : Un journaliste de l'AFP a déclaré qu'Assange, qui s'est présenté hier à l'audience d'administration par liaison vidéo, "a donné son nom et son âge d'une voix haletante et légèrement grinçante tout en se balançant d'avant en arrière, les épaules affaissées. Assange a commencé à tirer sur les manches de son pull sur les jambes croisées tout en écoutant le juge passer quelques minutes à examiner l'affaire." https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/12/pers-o12.html

Suite à l'audience du 21 octobre, Craig Murray, ancien diplomate britannique et actuel défenseur des droits de l'homme a déclaré que «l'apparence physique d'Assange n'était pas aussi bouleversante que sa détérioration mentale. Lorsqu'on lui a demandé de donner son nom et sa date de naissance, il a visiblement eu de grandes difficultés pendant plusieurs secondes à s’en souvenir». Murray a écrit dans une sérieuse mise en garde : «Toutes les personnes présentes au tribunal hier ont constaté que l'un des plus grands journalistes et dissidents de notre époque fait l’objet de torture à mort aux mains de l'État, sous nos propres yeux https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/25/pers-o25.html

Compte tenu de ce qui précède, nous vous proposons d'envoyer des lettres de soutien à Julian Assange, destinées à votre gouvernement, au Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH), et au gouvernement britannique.

Voici le modèle de lettre que nous mettons à votre disposition :

Mesdames, Messieurs,

Nous vous écrivons pour vous demander instamment de protéger la vie du fondateur de WikiLeaks, M. Julian Assange.

Le 12 avril 2019, Dick Marty, ex-procureur général tessinois et ex-rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l'Europe déclarait : "Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale".

En publiant des faits qu'un gouvernement préférerait garder secrets, la presse d'investigation assume un rôle de contre-pouvoir et de préservation de la démocratie. Les citoyens doivent pouvoir accéder à des informations véridiques, c'est un droit fondamental dans nos démocraties. Or l'administration Trump, en décidant d'inculper Julian Assange pour espionnage, viole ce droit et met en danger la liberté de la presse d'investigation et les lanceurs d'alerte.

Par ailleurs, nous sommes très reconnaissants à WikiLeaks d'avoir révélé des documents issus des négociations secrètes sur les grands accords de libre-échange, tels le TISA, le TPP et le TTIP.

Le 16 avril 2019, le Parlement européen a adopté à une large majorité une nouvelle loi visant à renforcer la protection des lanceurs d'alerte et à les empêcher de subir des représailles et des conséquences telles que condamnations, exil forcé et procédures judiciaires sans fin. En particulier, et c'est très important, cette directive stipule que lorsqu'un journaliste ou un lanceur d'alerte découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, ils ne doivent pas être poursuivis pour leur acte de service public. La vérité doit être révélée dans tous les cas, et les lanceurs d'alerte qui la révèlent doivent être protégés. Nous pensons que c'est incontestablement le cas de M. Julian Assange, c'est pourquoi cette loi devrait être appliquée pour le protéger de toute mesure de rétorsion éventuelle à la suite de son travail sur la plateforme WikiLeaks.

Par conséquent, nous vous demandons de vous référer à cette nouvelle législation et vous prions instamment d'entreprendre toutes les démarches nécessaires pour une amélioration immédiate des conditions de détention illégales infligées à M. Julian Assange, et d'oeuvrer pour sa libération.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions de recevoir, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.


Nous vous remercions par avance de bien vouloir traiter notre demande dans les meilleurs délais.

Avec nos cordiales salutations,
Signatures


Liens importants
:



Lire la suite...
 
Acuerdo de Libre comercio Tisa
Ginebra, 2017
 Acuerdo sobre el Comercio Internacional de Servicios llamada en inglés "TISA"
(TISA es el acrónimo de Trade in Services Agreement)
 
Prefacio del informe sobre el TISA, escrito por Scott Sinclair, Centro Canadiense de Alternativas Políticas, y Hadrian Mertins-Kirkwood, Instituto de Economía Política, Universidad de Carleton, publicado por la Internacional de Servicios Publicos (ISP) :
 
Tratar a los servicios públicos como mercancías destinadas al comercio crea un error conceptual fundamental acerca de los servicios públicos. El Acuerdo sobre el Comercio de Servicios (en inglés, TISA), que se está negociando actualmente en secreto y fuera de las normas de la Organización Mundial del Comercio, es un intento deliberado por privilegiar los beneficios de las empresas y países más ricos del mundo por encima de los que tienen mayores necesidades.

Los servicios públicos están diseñados para satisfacer las necesidades sociales y económicas vitales –tales como la atención de la salud y la educación– de una manera asequible, universal y en función de las necesidades. Los servicios públicos existen porque los mercados no producirán estos resultados. Además, los servicios públicos son fundamentales para garantizar una competencia leal para las empresas y una reglamentación eficaz para evitar los desastres medioambientales, sociales y económicos –tales como la crisis financiera mundial y el calentamiento del planeta. Los acuerdos comerciales promueven conscientemente la comercialización y definen los productos y servicios en términos de su capacidad de ser explotados con fines lucrativos por parte de las empresas mundiales. Incluso los más fervientes partidarios de los acuerdos comerciales admiten que hay ganadores y perdedores en este juego amañado.

Los ganadores son generalmente los países poderosos que son capaces de hacer valer su poder, las empresas multinacionales que son las que se encuentran en mejor situación para aprovechar el nuevo acceso a los mercados y los consumidores adinerados que pueden permitirse las importaciones extranjeras. Los perdedores tienden a ser los trabajadores que se enfrentan a la pérdida de empleo y a una presión a la baja sobre los salarios, los usuarios de los servicios públicos y las pequeñas empresas locales que no pueden competir con las empresas multinacionales.

El TISA se encuentra entre la alarmante nueva ola de acuerdos comerciales y de inversión basados en poderes jurídicamente vinculantes que institucionalizan los derechos de los inversores y prohíben las medidas gubernamentales en una amplia gama de ámbitos sólo incidentalmente relacionados con el comercio.

El TISA impedirá que los gobiernos puedan devolver los servicios públicos a manos públicas cuando las privatizaciones fracasen, restringirá las reglamentaciones nacionales relativas a la seguridad de los trabajadores, limitará las reglamentaciones en materia de medio ambiente y protección de los consumidores, así como la autoridad reguladora en ámbitos tales como la concesión de licencias para centros de cuidado de la salud, centrales eléctricas, instalaciones de eliminación de desechos y la acreditación universitaria y escolar.

Este acuerdo tratará a los trabajadores migrantes como mercancías y limitará la capacidad de los gobiernos de garantizar sus derechos. Las normas del trabajo deberían ser establecidas por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), con su estructura tripartita, y no estar cubiertas por acuerdos comerciales.

Increíblemente, tras la crisis financiera mundial, el TISA también pretende desregular aún más los mercados financieros. Sabemos que los grandes intereses corporativos están fuertemente implicados en las negociaciones del TISA.

Sabemos que la última vez que se negoció un amplio acuerdo en materia de servicios (AGCS) – se desató una protesta pública mundial. Y sabemos que actualmente se están realizando grandes esfuerzos por mantener secretas las negociaciones del TISA.

Con unos riesgos tan importantes para las personas y para nuestro planeta, esto es un escándalo. Quién en un país democrático aceptará que su gobierno apruebe en secreto leyes que modifican el poder y la riqueza, comprometen a los futuros gobiernos y restringen la capacidad de su nación de responder a las necesidades de los ciudadanos de una manera tan fundamental ?

Los textos de negociación del Acuerdo sobre el Comercio de Servicios deben ser divulgados para su análisis y toma de decisiones públicos. El TISA no debe cubrir ningún servicio público ni restringir la capacidad de ningún gobierno para reglamentar en función del interés público. No debería realizarse ningún tipo de comercio con los servicios públicos.

Rosa Pavanelli,
Secretaria General
Internacional de Servicios Públicos


La Internacional de Servicios Públicos (ISP) es una federación sindical mundial que representa a 20 millones de trabajadores y trabajadoras que prestan servicios públicos esenciales en 154 países. La ISP defiende los derechos humanos, promueve la justicia social y el acceso universal a servicios públicos de calidad. La ISP trabaja con el sistema de las Naciones Unidas y en colaboración con entidades de la sociedad civil, sindicatos y otras organizaciones.

Public Services International, BP 9, F-01211 Ferney-Voltaire Cedex, France.
Tel: +33 (0)4 50 40 64 64 Fax: +33 (0)4 50 40 50 94

Diversos documentos sobre TISA : http://www.world-psi.org/fr/base-de-donnees-sur-tisa

 

   * * * * * * * *  

 
Lire la suite...
 
Les membres du comité

Pindaro Hugo GUARIN
Fondateur président de l’ADETRA

Association adetra

«J’ai un diplôme de l’ESAP, Ecole Supérieure d’Administration Publique, Bogotá ; un autre de l’IIAP, Institut International d’Administration Publique, Paris, et encore un de l’IUED – Université de Genève, en Etudes de Développement. Depuis 40 ans je me bats pour les conquêtes syndicales. Le moyen le plus effectif au niveau de la Suisse romande est l’intervention de l’ADETRA devant les tribunaux. En effet dans mes différentes universités j’ai privilégié la formation juridique, notamment en droit administratif et droit du travail. J’espère développer l’essor international de l’ADETRA pour organiser la résistance contre le libéralisme à outrance. Voici pour l’essentiel »
  

Barbara BIANCHI

Barbara Bianchi est cinéaste de formation. Sa préoccupation s'est toujours située dans le domaine social. A travers différentes associations de défense des droits humains, elle a passé plus de quinze ans à dénoncer activement les violations des droits fondamentaux subies par les peuples vivant sous les régimes dictatoriaux tortionnaires d'Amérique Latine principalement durant les années 80.

Elle est membre du comité de l'ADETRA depuis ses débuts. Elle a désiré apporter son soutien à cette association syndicale pour deux raisons: d'une part, parce qu'elle connaissait son président et savait que ce qu'il proposait d'entreprendre était sérieux et nécessaire, à la hauteur de ses capacités; et d'autre part, parce qu'elle pensait important de pouvoir défendre les "petits gens", ceux qui ne sont pas écoutés, qui ne font partie d'aucun syndicat existant ou qui ne sont pas assez pris au sérieux, et qui ont besoin qu'on les aide pour mettre fin à l'exploitation et à l'injustice dont ils sont victimes 

 

Nadia MIGHALI

« Je suis sociable et sociale. Je m’intéresse aux problèmes de la population notamment au niveau de mon quartier. Lorsque j’ai connu l’ADETRA j’ai découvert une manière effective de lutter contre les inégalités notamment en assumant la défense des travailleuses et des travailleurs qui ne connaissent pas leurs droits. Mon activité est reconnue par mes collègues qui m’ont élue au comité. J’estime représenter le secteur de la restauration puisque j’y ai travaillé pendant une douzaine d’années »

 

Ivar PETTERSON

J’ai travaillé comme artisan tapissier-décorateur, d’abord salarié, puis indépendant. Etant depuis 2012 à la retraite, je poursuis mon engagement dans diverses associations, dont l’Adetra. Ayant acquis la nationalité suisse à l’âge de 20 ans, après avoir vécu des discriminations en tant qu’étranger. C’est donc assez jeune, que j’ai été confronté aux questions de l’intégration et de la lutte contre les injustices.

Entre 1965 et 1969, durant les vacances d’été, j’ai travaillé comme volontaire dans le cadre d’un jumelage entre l’est vaudois et une commune algérienne, où j’ai découvert la problématique des luttes de libération et du socialisme autogestionnaire, complété par un voyage en Yougoslavie.

En Suisse, j’ai milité dans « l’Internationale des résistants à la guerre »et le « Comité Paix » contre le militarisme et l’allégeance aux nationalismes, pour un statut de service civil et un engagement dans des missions de post-conflits.

J’ai milité contre les interventions étasuniennes au Vietnam et en Amérique du sud et contre l’intervention soviétique en Afghanistan. Dans les années 80, j’étais l’un des animateurs du « Camp populaire autogéré », un espace ouvert aux réfugiés, en montagne, avec des activités culturelles et sportives.

J’étais aussi membre-fondateur de l’Association CAR (Coordination Accueil & Renseignements) qui, depuis 1974, accueille durant l’été des milliers de visiteurs de Genève, jeunes et moins jeunes dans notre CAR-bleu. J’ai repris la présidence depuis quelques années.

En 2000, j’ai organisé des marches avec les survivants du génocide de Srebrenica, transférées depuis 2005 en Bosnie-Herzégovine sous le nom de « Marche pour la Paix », avec une participation importante, locale et internationale.

 

 

Lire la suite...
 
Soutien à Julian Assange et à Chelsea Manning

Cette page a été créée par l'Adetra le 25 février 2016, avec initialement des publications régulières sur les grands accords de libre-échange, dont en particulier l'accord TISA sur lequel l'Adetra a travaillé entre 2014 et 2016. Des ONGs et faîtières syndicales nationales et internationales ont pu travailler sur TISA grâce aux documents secrets révélés par WikiLeaks sur ces accords de libre-échange qui nous concernent tous !
Depuis 2019, l'Adetra a décidé de soutenir Julian Assange et Chelsea Manning pour leur travail immensément courageux et remarquable, au service de l'Humanité !
 
Page mise à jour le 14 décembre 2019

 

Certes, peut-être pensez-vous, mais pourquoi dépenser autant d’énergie pour Assange, alors que d’innombrables personnes sont torturées partout dans le monde ?
Parce qu’il ne s’agit pas seulement de protéger Assange, mais d’empêcher un précédent susceptible de sceller le sort de la démocratie occidentale. Car lorsque dire la vérité est un crime alors que les puissants jouissent de l’impunité, il est trop tard pour corriger le tir. Nous aurons cédé notre voix à la censure et notre destin à la tyrannie incontrôlée.

Nils Melzer
Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture



RECENTES NOUVELLES 2019

 
Julian Assange - Rassemblement à Genève

L'association Solidarités sans frontières organise un rassemblement de soutien à Julian Assange qui aura lieu à Genève,

jeudi 19 décembre à 12h00, à la Place des Nations devant l'ONU.

Leur Appel exige la libération immédiate de Julian Assange, et demande que la Suisse lui accorde l'asile politique : https://www.facebook.com/events/2558148767608500/
Diverses organisations, le parti socialiste section Ville de Genève sont signataires de cet Appel.
Nous vous invitons également à co-signer cet Appel et à contacter Solidarités sans frontières, Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir , 031/311.07.70

 

Appels pour Julian Assange

Traduction google : http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=76&Itemid=35&mosmsg=Publication+sauvegard%E9e+avec+succ%E8s.
Traduction google : http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=77&Itemid=35&mosmsg=Publication+sauvegard%E9e+avec+succ%E8s.

 

Ce Noël, Campagne Cartes pour Julian Assange

Envoyez les vôtres maintenant ! Inondons le Home Office britannique avec des cartes postales et des e-mails. Commandez des copies papier et/ou récupérez l'image par e-mail : https://dontextraditeassange.com/christmas-card/
Imprimez la vôtre : https://twitter.com/SomersetBean/status/1202310868849057793

 

Julian Assange
@NilsMelzer

1/2 : Not a plausible denial by MFA @AuswaertigesAmt:
On 26.11.19, I expressly informed them of my concerns re: serious & systematic due process violations against #Assange & referred to my relevant official communications to the involved Govts, publicly accessible at these links : https://twitter.com/NilsMelzer/status/1201599381796986881

Traduction google : 1/2 : Ce n'est pas un déni plausible de la part de MFA AuswaertigesAmt [Office des Affaires étrangères Allemagne] : Le 26.11.19, je leur ai expressément informés de mes préoccupations concernant les violations graves et systématiques de l'application régulière de la loi contre #Assange et j'ai renvoyé à mes communications officielles pertinentes aux gouvernements concernés, accessibles au public sur ces liens (cf. Twitter de M. Melzer)

 
Genève. Célébration de la Journée internationale des Droits de l'Homme et du 35ème anniversaire de l'adoption de la Convention des Nations Unies
contre la torture

Une conférence internationale sur les interrogatoires et la torture aura lieu avec un panel d'experts - comprenant Mark Fallon et Nils Melzer - le 10 décembre entre 16h15 et 20h00 à Uni Mail à Genève.
https://www.unige.ch/droit/actus/2019/interrogation-torture/
https://twitter.com/unige_en/status/1201801619094020096
Twitter de Nils Melzer : https://twitter.com/NilsMelzer/status/1201620056049893376

 
Un scandale énorme : comment Assange, ses médecins, ses avocats et ses visiteurs ont tous été espionnés pour les États-Unis – Par Stefania Maurizi

Le 18 novembre 2019, article paru dans La Repubblica, Stefania Maurizi : Julian Assange, les journalistes de WikiLeaks et tous les avocats, journalistes, politiciens, artistes et médecins qui ont rendu visite au fondateur de WikiLeaks à l’ambassade équatorienne au cours des sept dernières années ont été victimes d’espionnage systématique. Les réunions et les conversations ont été enregistrées et filmées, et toutes ces informations ont été transmises aux services de renseignements américains. https://www.les-crises.fr/un-scandale-enorme-comment-assange-ses-medecins-ses-avocats-et-ses-visiteurs-ont-tous-ete-espionnes-pour-les-etats-unis-par-stefania-maurizi/


Interview du Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, et de l'ancien ministre équatorien des Affaires étrangères de Rafael Correa, Guillaume Long

Interview réalisé le 30 novembre 2019 par RT (en anglais) : https://www.youtube.com/watch?v=V8RU5MJb1m8

Nils Melzer : "Ce que nous voyons ici, c'est une personne dont les droits à une procédure régulière ont été violés pendant 10 ans sévèrement et systématiquement, à toutes les étapes de la procédure et dans toutes les juridictions. C'est quelque chose qui est très difficile à comprendre que cela soit possible dans des États démocratiques comme la Suède, le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Équateur, où vous ne pouvez compter sur aucune autorité pour protéger vos droits".

"Les raisons pour lesquelles les Etats-Unis veulent l'extrader sont un cas classique d'infraction politique. Or, le droit britannique interdit l'extradition pour les infractions politiques (...) L'ensemble de cette détention n'a actuellement aucune base légale".
 

Le 28 novembre à Londres : WISE Up Action - Une action de solidarité pour Manning et Assange

WISE Up est un réseau gallois, irlandais, écossais, et anglais de solidarité de base pour Chelsea/Bradley Manning et Julian Assange

Le 28 novembre 2019, l'événement "Free The Truth" a réuni un panel incroyable d'orateurs pour la défense de Julian Assange, éditeur de WikiLeaks, avec la participation d'un artiste. L'événement a été organisé par Deepa Driver et Ian Munro, et soutenu par le "Committee to Defend Julian Assange" avec ses nombreux bénévoles qui ont contribué financièrement, en temps et en efforts pour en faire un succès. Profitez des photos et des vidéos de l'événement : https://wiseupaction.info/2019/12/01/freethetruth-event-in-support-of-julian-assange-photos-and-videos-28-11-2019/

Nota bene : pour les non-anglophones, vous pourrez mettre les sous-titres en français et d'autres langues dans la plupart des vidéos !

Article du WSWS : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/12/02/jamt-d02.html
La persécution d’Assange, a dit Nils Melzer, vise à «donner l’exemple, à effrayer d’autres journalistes, à terroriser et à empêcher les autres de suivre l’exemple de Julian Assange et de WikiLeaks, et montrer au monde ce qui se passe lorsque l’on expose la mauvaise conduite d’un État».
Melzer avait écrit au Royaume-Uni, à la Suède, aux États-Unis et à l’Équateur pour présenter ses conclusions et leur demander de prendre des mesures urgentes pour alléger la pression sur Julian Assange et protéger ses droits. Tous ont refusé «S’ils ne s’engagent plus avec les institutions qu’ils ont créées pour signaler leur respect des droits de l’homme, alors je ne vois qu’un avenir très sombre pour nous et nos droits, et pour ceux de nos enfants».


Le 1er décembre : Appel à l'Archevêque de Canterbury pour la libération d'Assange

Une lettre signée par 60 intellectuels de 15 pays a été remise au Palais de Lambeth appelant Sa Grâce, Justin Welby, Archevêque de Canterbury, à user de son influence morale pour mettre fin à l'emprisonnement injustifié de Julian Assange à la prison de Belmarsh.
Parmi les signataires figurent, entre autres, la lauréate du prix Nobel de la paix Mairead Maguire, Noam Chomsky, Daniel Ellsberg, le cinéaste Oliver Stone, le défenseur des droits de l'homme Francis Boyle, l'ancien président de la Commission des droits de l'homme de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe Dick Marty, le compositeur grec Mikis Theodorakis, Sahra Wagenknecht, députée allemande populaire, Alain Gresh, ancien éditeur du Monde Diplomatique, William R. Polk, descendant du 11ème Président des Etats-Unis et ancien Président de l'Institut Adlai Stevenson des Affaires Internationales, Manolis Glezos, nommé par Charles de Gaulle "le premier Résistant en Europe". https://www.globalresearch.ca/appeal-archbishop-canterbury-liberation-julian-assange/5696379?fbclid=IwAR25iEjiFMErFwmADci4jJI73lDT1QkdwxWy0Bf1nQacZwTE6toJSqFbPxY


Le 8 novembre à Genève. Prise de parole de John Shipton, père de Julian Assange, à l'Association pour le Patrimoine Industriel (API)

Dans le cadre de son exposition PRESSE (Censure), l'API présente une vidéo avec John Shipton (en anglais) : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php?article466

La Télévision suisse romande présente une vidéo avec John Shipton, sous-titrée en français : https://www.rts.ch/play/tv/lactu-en-video/video/pere-assange?id=10850722&fbclid=IwAR2cB-wegEejwlBglyenXXSVGfBXmFjbEgM9xRrow_5a5CDLFnPGL8KZh_o

Note de l'Adetra : John Shipton a rencontré des parlementaires suisses.


      JULIAN ASSANGE EST AUJOURD'HUI EN DANGER DE MORT !  

  • Le 5 novembre 2019, article d'Oscar Grenfell paru dans le WSWS : Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a lancé un avertissement glaçant: Si l'éditeur Julian Assange de WikiLeaks n'est pas libéré de toute urgence pour recevoir les soins médicaux dont il a besoin, il pourrait mourir en prison en Grande-Bretagne : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/11/05/pers-n05.html


JULIAN ASSANGE

Pour rappel, en avril 2010, Julian Assange publiait la vidéo « Collateral murder » qui montrait le massacre de plusieurs civils, dont deux employés de Reuters, et les graves blessures de plusieurs enfants par des soldats états-uniens en Irak.
Dès le lendemain et jusqu'à ce jour, Julian Assange a été menacé de mort, persécuté politiquement et
systématiquement calomnié.

Depuis 2010, le gouvernement américain et divers Etats complices ont cherché à détruire Julian Assange et à anéantir la confiance du public en WikiLeaks. Cette sombre machination commence enfin à s'effondrer, notamment grâce à des engagements et témoignages remarquables.

 
En 2011, le FBI a essayé de faire de l’Islande un allié complice dans l’arrestation de Julian Assange !

En 2011, le FBI a essayé de faire de l’Islande un allié complice dans l’arrestation de Julian Assange !

  • Le 15 juin 2019. Entretien avec l'ancien ministre de l'Intérieur d'Islande Ögmundur Jónasson sur la façon dont il a mis à la porte une équipe d'enquêteurs du FBI d'Islande qui essayaient de piéger Julian Assange, fondateur de Wikileaks : https://www.youtube.com/watch?v=CmPQY7cXOIg
 

La machination suédoise s'effondre !!

  • Le 25 novembre 2019, le rapporteur spécial de l'ONU révèle le coup monté organisé par la Suède envers Assange : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/11/25/asan-n25.html
    Une lettre officielle adressée au gouvernement suédois par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, décrit en détail la campagne menée depuis neuf ans par la justice et l'État suédois pour diffamer Julian Assange, l'éditeur de WikiLeaks, et le dépeindre comme un délinquant sexuel et le priver de ses droits juridiques et démocratiques fondamentaux.

 

Les calomnies à l'encontre de Julian Assange s'estompent alors que les témoins de WikiLeaks admettent qu'il n'était pas imprudent, qu'il protégeait les informateurs !

  • Extrait de l'interview de l'avocat suisse Andreas Noll du 19 novembre 2019 : On lui a aussi reproché [à Julian Assange] d’avoir pris le risque de publier des documents diplomatiques sans prendre le temps d’en expurger les noms. Ce qui aurait mis des informateurs en danger. Cela fait partie de la même campagne de diffamation. La vérité est bien différente : la publication des Afghan War Logs (Journal de guerre afghan) en 2010 était une collaboration entre le Guardian, le New York Times et Der Spiegel, d’une part, et Julian Assange, de l’autre. Le témoignage du journaliste d’investigation Mark Davis, qui a accompagné Assange dans le bunker du Guardian, est clair. Assange souhaitait reporter la date de publication. Ce qui a été refusé par le journal. Il est le seul des journalistes impliqués à avoir exprimé son inquiétude à propos des personnes nommées. Bien que le Guardian et le New York Times disposent de ressources abondantes, Assange n'a reçu aucune aide de leur part pour anonymiser les quelque 90'000 documents. Malgré cela, il a réussi à occulter quelque 10'000 noms en moins de trois jours de travail nocturne. Les forces américaines et australiennes ont elles-mêmes admis que la publication de ces documents n’avait eu aucune conséquence dramatique. https://reporterre.net/Si-Julian-Assange-n-est-pas-protege-cela-marquera-la-fin-des-libertes-individuelles

https://www.facebook.com/MediaLensUK/posts/2350174355019707?comment_id=2351848471518962&comment_tracking=%7B%22tn%22%3A%22R%22%7D

  • Le 22 août 2019. Déclaration de Mark Davis:
    J'en suis venu à la conclusion, d'après les observations faites au bunker et ailleurs à l'époque, que les organes de presse étaient prêts à laisser Julian être un "bouc émissaire" et à se retirer de toute responsabilité dans la publication du matériel. Je reconnais que les faits sont complexes et que d'autres personnes impliquées ont des opinions très divergentes à ce sujet, mais c'est mon opinion. Malgré nos divergences persistantes, Nick Davies et moi sommes furieux d'être d'accord sur un point : la tentative d'entraîner Julian Assange dans les griffes d'un service de renseignement étranger n'est pas seulement un abus du processus d'extradition, mais aussi une menace fondamentale pour le journalisme. Nous avons publié une déclaration commune à cet effet. https://www.michaelwest.com.au/julian-assange-smears-fade-as-wikileaks-witnesses-concede-he-was-not-reckless-did-protect-informants/

    Le 22 août 2019. Déclaration conjointe de Mark Davis et Nick Davies :
    Depuis qu'il a lancé Wikileaks il y a 13 ans, Julian Assange a travaillé avec un engagement et une bravoure extraordinaires pour forcer les activités les plus sombres des gouvernements à se manifester. Il a dénoncé l'assassinat, la torture et le meurtre collatéral
    [? en anglais : casual] de civils.

     

En complément :
  • AUSTRALIE. Le 26 novembre 2019, article paru dans le SMH : Kevin Michael Rudd est un homme d'État australien qui a été Représentant à la Chambre des représentants de 1998 à 2013, chef du Parti travailliste australien entre 2006 et 2013, et Premier ministre d'Australie à deux reprises (chef du gouvernement).
    Kevin Rudd dit que Julian Assange paierait un prix " inacceptable " et " disproportionné " s'il était extradé vers les Etats-Unis.
    Lors d'une intervention importante dans la lutte pour l'extradition de M. Assange, Kevin Rudd a déclaré que les procureurs américains n'avaient pas fait d'allégations spécifiques selon lesquelles des personnes auraient été gravement blessées à la suite de la publication en 2010 de documents hautement confidentiels concernant les guerres en Irak et en Afghanistan.
    Dans une lettre adressée au Bring Julian Assange Home Queensland Network, vue par The Age et The Sydney Morning Herald, M. Rudd a déclaré qu'il ne voyait pas la différence entre M. Assange et les éditeurs de nombreux médias américains qui ont rapporté des informations qui leur avait été fournies.
    "Si [les procureurs américains] estiment que M. Assange a enfreint la loi en obtenant et en divulguant des informations secrètes, alors je me demande ce qui le distingue de tout journaliste qui sollicite, obtient et publie de telles informations". En d'autres termes, pourquoi M. Assange devrait-il être jugé, condamné et incarcéré alors que ceux qui ont rendu publiques ces informations bénéficient d'une protection en vertu des dispositions de la Constitution américaine concernant la liberté de la presse ?" https://www.smh.com.au/politics/federal/rudd-says-assange-faces-unacceptable-and-disproportionate-punishment-20191125-p53duj.html
  • Le 1er août 2010. Inside WikiLeaks As Julian Assange released his latest secret documents, Mark Davis filmed every step in the unfolding drama.

 
Juillet et novembre 2019. "Grave conflit d'intérêts" visant la magistrate en chef de Westminster, Lady Arbuthnot, qui supervise l’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les États-Unis !

Lien original : https://www.dailymaverick.co.za/article/2019-11-14-julian-assanges-judge-and-her-husbands-links-to-the-british-military-establishment-exposed-by-wikileaks/amp/?fbclid=IwAR0OB8KFfODIuY_Nc-JMNI-zzG83zDWx00B7c2tMgmPEf3JZrvpc3zCn9K8&__twitter_impression=tru

Mark Curtis
est écrivain, historien britannique et journaliste; spécialisé dans les documentaires d'investigation. Il a écrit plusieurs livres, au sujet de la politique extérieure du Royaume-Uni et des États-Unis, tout au long du XXᵉ siècle.

Matthew Kennard
, également connu sous le nom de Matt Kennard, est un écrivain et journaliste britannique indépendant, auteur de Irregular Army & The Racket.

L'ex-ambassadeur de Grande-Bretagne, Craig Murray, a été profondément ébranlé par les événements survenus lors de l'audience du 21 octobre au tribunal de première instance de Westminster !

 



Madrid 29 novembre 2019. EL PAIS. Le système judiciaire britannique a finalement accepté de laisser un juge espagnol interroger le fondateur de WikiLeaks. Le juge José de la Mata de la Haute Cour d'Espagne, l'Audiencia Nacional, interviewera  Julian Assange par liaison vidéo le 20 décembre.

Pour rappel, des documents et des séquences vidéo révélés en juillet 2019 par EL PAÍS montrent que UC Global, SL a espionné les conversations d'Assange avec ses avocats lors de réunions où ils élaboraient sa stratégie de défense pour éviter une extradition vers les États-Unis. Morales aurait entre autres livré ces conversations aux services de renseignements américains. https://elpais.com/elpais/2019/11/29/inenglish/1575044449_760169.html


 
Une Fédération internationale et des syndicats de journalistes prennent position pour soutenir JULIAN ASSANGE

Lors de la réunion qui a eu lieu au Parlement européen le 14 novembre, organisée par le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL), le secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes FIJ, Anthony Bellanger, a pris la parole : "L'arrestation de Julian Assange constitue une attaque à la liberté de la presse, au droit international et au droit d'asile car il n'a fait que divulguer la vérité. La diffusion de documents ou d’informations d’intérêt public ne peut être considérée comme un délit." https://twitter.com/IFJGlobal/status/1194913542815834114

Dans la foulée, le 27 novembre, une Lettre ouverte a été envoyée à Emmanuel Macron, par 3 syndicats français membres de la Fédération internationale des journalistes : https://snjcgt.fr/2019/11/27/julian-assange-lettre-ouverte-a-emmanuel-macron/
•    Le syndicat national des journalistes SNJ
•    Le syndicat national des journalistes SNJ-CGT
•    L'Union syndicale des journalistes CFDT

 
En complément et pour rappel :

Le 12 avril 2019, Mme Gabi Zimmer, présidente de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique et eurodéputée, déclarait : Lorsqu'un journaliste ou un dénonciateur découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, il ne devrait pas être poursuivi pour son acte de service public. Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, avait dénoncé les atrocités commises par les Etats-Unis en Irak. Mais au moment où Assange fait face au système judiciaire britannique et à la menace d'extradition vers les États-Unis, les individus qui ont commis les crimes de guerre qu'Assange a exposés n'ont jamais été jugés. https://www.guengl.eu/statement-on-julian-assanges-arrest-by-uk-authorities/

Le 19 juin 2019, des membres du Parlement européen, certains d'entre eux ayant combattu l'accord TISA et/ou le TTIP et/ou le CETA, tels Emmanuel Maurel, Stelios Kouloglou et Patrick Le Hyaric, ou le JEFTA, tel Younous Omarjee, ont adressé une lettre ouverte au vice-président de la Commission européenne, Frank Timmermans : https://fr.scribd.com/document/413876992/Assange-Case-Letter-to-Timmermans-June-2019-2-Copia#fullscreen&from_embed


 
JULIAN ASSANGE

BERLIN
Nils Melzer
@NilsMelzer

Ma déclaration publique du 27 novembre (Eng/Ger) à la porte de Brandebourg à Berlin à l'occasion du dévoilement de l'impressionnante sculpture "Rien à dire ?" dédiée à
#Assange #Snowden et #Manning par @davide_dormino

  • Une sculpture de Julian Assange, cofondateur de Wikileaks, d'Edward Snowden et de Chelsea Manning, dénonciateurs, est retournée à Berlin mercredi 27 novembre alors que le Bundestag allemand tenait une audience publique sur l'extradition britannique d'Assange. L'événement était organisé par le parti politique allemand Die Linke (La Gauche). C'est la deuxième fois que l'œuvre d'art, intitulée "Anything to Say ?" a été exposée dans la capitale allemande. La sculpture a été créée par l'artiste italien Davide Dormino qui était présent au rassemblement : https://www.youtube.com/watch?v=EkxQdU15T6w

  
JULIAN ASSANGE

AUSTRALIE. Le 25 novembre 2010, un groupe de députés australiens, dont Andrew Wilkie et Dawson George Christensen du parti national libéral et coprésident du Bring Julian Assange Home (groupe parlementaire) ont eu leur première réunion qui a traité notamment de la détérioration de l'état de santé de Julian Assange, de l'injustice de son extradition potentielle vers les Etats-Unis, et de la manière dont son traitement constitue une attaque directe contre les journalistes et le droit du public à l'information.
Le Groupe est unanimement et fermement d'avis que la demande d'extradition américaine de M. Assange doit être annulée et qu'il doit être autorisé à retourner en Australie. Le Groupe est convenu que M. Wilkie et M. Christensen écriront à l'Ambassadeur des Etats-Unis en Australie et au Haut Commissaire britannique en Australie pour tenter de les rencontrer afin de discuter de la manière dont M. Assange pourrait être ramené en Australie aussi rapidement que possible.



 JULIAN ASSANGE

Smile Le 19 novembre 2019, message du Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, M. Nils Melzer : https://twitter.com/NilsMelzer/
L'échec de l'enquête suédoise #Assange était inévitable. Compte tenu de son caractère tout à fait arbitraire, il doit maintenant y avoir une enquête complète, ainsi qu'une reddition de comptes et une indemnisation pour le préjudice infligé à #JulianAssange.

 
Voir l'article du WSWS du 20 novembre : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/11/21/pers-n21.html
En anglais : https://www.wsws.org/en/articles/2019/11/20/pers-n20.html



JULIAN ASSANGE & CHELSEA MANNING

GENEVE. Nouvelles vidéos de l'Association pour le Patrimoine Industriel (API) qui présente, du 8 novembre au 7 décembre 2019 des expositions, ateliers, tables rondes, conférence et projection autour de la censure dans la presse : http://www.darksite.ch/alachaine/spip/spip.php?article468

Vous pourrez entre autres voir la vidéo de la Table ronde du jeudi 14 novembre sur le thème de La Guerre contre la vérité, avec les intervenants suivants :

·        Nils MELZER, Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la Torture

·        Maître Philip STOLKIN, avocat à Zürich, co-initiateur d’un appel à l’Asile en Suisse pour Julian ASSANGE

·        Maître Annemie SCHAUS, avocate au barreau de Bruxelles, membre de l’Advisory Board de l’European Center for Constitutional and Human Rights, et co-défendeuse de Julian ASSANGE

·        M. Guy METTAN, député genevois, ancien directeur du Club de la Presse de Genève.

Prochaine TABLE RONDE : jeudi 28 novembre à 18h
Voici le programme de cet événement : https://www.patrimoineindustriel.ch/2019/10/27/presse-censure/


 
JULIAN ASSANGE

Le 16 novembre 2019. Nouvelles concernant Lady Emma Arbuthnot, la juge présidant la procédure d'extradition de Julian Assange (traduction google) : http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=72&Itemid=35&mosmsg=Publication+sauvegard%E9e+avec+succ%E8s.

Le 14 novembre 2019. Article de 2 journalistes britanniques Mark Curtis et Matthew Kennard : https://www.legrandsoir.info/la-juge-de-julian-assange-et-les-liens-de-son-mari-avec-l-armee-britannique-reveles-par-wikileaks-daily-maverick.html


  
Une conférence au Parlement européen défend Julian Assange

Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) est un groupe politique du Parlement européen qui regroupe divers partis de gauche.

Le 14 novembre 2019, GUE/NGL a organisé une réunion au Parlement européen à Bruxelles.
Le cas de Julian Assange soulève des préoccupations profondes et urgentes concernant les libertés de la presse et d'expression, et leurs implications pour la société civile et l'exercice des libertés démocratiques en Europe.

Avec la participation de :

  • Bob Carr - Ancien ministre australien des Affaires étrangères,
  • David Greene - Directeur de la Fondation Electronic Frontier,
  • Guillaume Long - Ancien ministre équatorien des Affaires étrangères,
  • Nils Melzer - Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture

https://web-guengl.streamovations.be/index.php/event/stream/journalism-is-not-a-crime-the-assange-extradition-case#/panel1

La réunion suivante a été traduite en 6 langues

Autre lien pour cette conférence : https://www.youtube.com/watch?v=nj9y6x8ymTk

 

Merci de faire suivre cette information à vos contacts




JULIAN ASSANGE & CHELSEA MANNING
- Un mois d’agitation créative proposé à Genève

GENEVE. Le 8 novembre 2019. Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange sera au cœur de l'événement «Presse (censure)», qui aura lieu du 8 novembre au 7 décembre 2019 au Musée "Association Patrimoine Industriel".
Voici l
e programme de cet événement : https://www.patrimoineindustriel.ch/2019/10/27/presse-censure/

En prélude de cet événement, Le Courrier a rencontré Andreas Noll, l'un des 22 juristes qui ont demandé au Conseil fédéral (gouvernement suisse) d'accorder l'asile à Julian Assange en mai 2019 : https://lecourrier.ch/2019/11/07/a-travers-assange-cest-le-journalisme-quon-veut-domestiquer/

https://www.bluewin.ch/fr/infos/suisse/appel-pour-accueillir-assange-en-suisse-245191.html

VEUILLEZ SIGNER L'APPEL EN SOUTIEN A JULIAN ASSANGE : www.asylassange.ch


 

Une bonne nouvelle : JULIAN ASSANGE reçoit à nouveau les courriers qui lui sont adressés à la prison de Belmarsh !

https://www.change.org/p/rob-davis-belmarsh-prison-give-julian-assange-his-mail-51bb12aa-ceb3-43c7-b9c4-64ce6589d28e/u/25333168?cs_tk=Agm0yLrqu1fdHX1LzF0AAXicyyvNyQEABF8BvM6ccb4iJ7Kxv9gzULtYs34%3D&utm_campaign=82555ddb2bd14947864fc5310e214850&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs


 
Le 6 novembre 2019, Le processus d’extradition de Julian Assange est « une mascarade » (The Real News), Interview de John Pilger : https://www.legrandsoir.info/le-processus-d-extradition-de-julian-assange-est-une-mascarade-the-real-news.html

 



JULIAN ASSANGE

World Socialist Web Site - WSWS
Articles en lien avec Julian Assange et Chelsea Manning :

 
Le 30 octobre 2019, article du WSWS : Des parlementaires australiens forment un groupe multipartite pour la défense de Julian Assange (traduction google) : Andrew Wilkie, un ancien officier du renseignement militaire qui a démissionné en mars 2003 afin de condamner publiquement l'invasion illégale imminente de l'Irak menée par les États-Unis, a déclaré que s'il était extradé vers les États-Unis, Assange "serait exposé à de graves violations des droits humains, dont la torture et un procès douteux". Le député indépendant a déclaré qu'Assange était poursuivi pour avoir dénoncé des crimes de guerre, et a déclaré : "Cela a de graves implications pour la liberté d'expression et la liberté de la presse ici en Australie, car si nous permettons à un pays étranger d'inculper un citoyen australien pour avoir révélé des crimes de guerre, alors aucun journaliste ou éditeur australien ne pourra jamais être sûr que la même chose ne lui arrivera pas". https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/30/assa-o30.html
 
Le 26 juin 2019, SEP National Secretary Chris Marsden speaks at "Free Julian Assange and Chelsea Manning" meeting in Paris (avec sous-titres en français) : https://www.youtube.com/watch?v=EAMWxp6gzMg
 
Autre site francophone de soutien à Julian Assange 4JFR : https://twitter.com/FrancaisUnity4



JULIAN ASSANGE

John Pilger est journaliste, cinéaste, et administrateur de la Courage Foundation qui recueille des fonds pour la défense juridique des lanceurs d'alerte, journalistes et publications persécutés comme Assange et WikiLeaks. Il a pris la parole lors de rassemblements du Parti de l'égalité socialiste SEP, en défense d'Assange.

Le 23 octobre 2019. Le média RT s'est entretenu avec John Pilger au sujet de la dernière audience 'd'extradition' de Julian Assange du 21 octobre, présidée par la juge Vanessa Baraitser. Il dénonce entre autres l'illégitimité de la juge Arbuthnot. https://www.youtube.com/watch?v=GLXzudMCyM4 (pour les non-anglophones, vous pouvez mettre les sous-titres en français)


Pétition à signer : https://www.change.org/p/free-julian-assange-before-it-s-too-late-stop-usa-extradition?cs_tk=Al61Cr00u1fdHamcvF0AAXicyyvNyQEABF8BvH7IGGnAGgwYG_AEjEH4Ma4%3D&utm_campaign=b26fea0ddd2c44f1937e71e2ececc09e&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs


 
JULIAN ASSANGE - 2 bonnes nouvelles

AUSTRALIE. Le Groupe parlementaire 'Assange' a été officiellement créé le 23 octobre 2019, suite à la demande de députés australiens de discuter du rapatriement de Julian Assange. Le président du Sénat et le président de la Chambre des représentants australiens ont officiellement approuvé le groupe le 22 octobre 2019. Le député Andrew Wilkie a annoncé cette bonne nouvelle en espérant que cela incitera le pouvoir en place à concrétiser la chose. https://twitter.com/FrancaisUnity4

 
CANDLES4ASSANGE

Les manifestations aident à briser le blackout des médias [ndlr : aussi en Suisse]. Candles4Assange encourage les actions de solidarité mondiale pour renforcer et soutenir ceux du Comité pour la Défense de Julian Assange à Londres.

Liste globale des événements de soutien à Julian Assange : https://www.candles4assange.com/activism?fbclid=IwAR2UNR7eNsM31esyGs0w249JMINMpn_U75U9sIC8BoFdSQO6qtg6Ly7P61M

N.B. Concernant les événements à Berne, nous vous informons que l'Adetra n'a pas trouvé d'information complémentaire sur l'organisation et l'heure de ces rassemblements.

Information vue sur le Facebook de https://www.facebook.com/Free-Julian-Assange-112794885456369/

5 NOVEMBRE 2019 #MillionMaskMarch -#IAmJulianAssange : Venez à MillionMaskMarch (maintenant dans 42 villes) pour aider à informer les gens sur la guerre contre le journalisme actuellement en cours dans le monde.


 
JULIAN ASSANGE

 Yell Le 21 octobre 2919, la juge Vanessa Baraitser refuse à Assange un délai supplémentaire pour préparer sa défense dans la procédure d'extradition vers les Etats-Unis !!! YellYell  

Craig Murray, ex-ambassadeur de Grande-Bretagne : La campagne de diabolisation et de déshumanisation contre Julian Assange, basée sur les mensonges, les uns après les autres, du gouvernement et des médias, a conduit à une situation où Assange peut être lentement tué sous les yeux du public, et accusé de publier la vérité sur les méfaits du gouvernement, sans recevoir aucune aide de la société "libérale" !

  • Voici un rapport extrêmement inquiétant de Craig Murray, ex-ambassadeur de Grande-Bretagne, concernant l'audience qui s'est tenue le 21 octobre 2019 au Tribunal de première instance de Westminster  : https://www.legrandsoir.info/assange-au-tribunal-21-octobre-2019.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    Le but de l’audience d’hier était de déterminer le calendrier de la procédure d’extradition. Les principaux points en litige étaient que la défense de Julian demandait plus de temps pour préparer son dossier et que les infractions politiques étaient expressément exclues du traité d’extradition. Il devrait donc y avoir, selon eux, une audience préliminaire pour déterminer si le traité d’extradition pouvait s’appliquer. [ndlr : le traité bilatéral entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis interdit l'extradition si les infractions sont politiques, or ce dossier est éminemment politique].

    …À ce stade, il n’était pas clair pourquoi nous assistions à une telle farce. Le gouvernement US dictait ses instructions [dans la salle d'audience] au procureur James Lewis [agissant au nom de l'accusation], qui les relayait à la juge Vanessa Baraitser qui les transformait en décision juridique. La mascarade aurait tout aussi bien pu être interrompue et le gouvernement US s’asseoir sur le banc et contrôler directement l’ensemble du processus. Personne présent dans la salle ne pouvait croire qu’il s’agissait d’un véritable processus judiciaire ou que la juge Baraitser prenait, ne serait-ce qu’un moment, pour examiner les arguments de la défense. Les rares fois où elle a regardé la défense, ses expressions faciales allaient du mépris au sarcasme, en passant par l’ennui. Quand elle regardait Lewis, elle était attentive, ouverte et chaleureuse.


    Article original en anglais : https://www.craigmurray.org.uk/archives/2019/10/assange-in-court/
    Vu sur le twitter de Unity4JFrançais : https://twitter.com/FrancaisUnity4
  • Madrid, le 23 octobre 2019, article de presse d'EL PAIS :
    Le système judiciaire britannique bloque la demande d'un juge espagnol d'interroger Julian Assange à Londres en tant que témoin - par vidéoconférence -, dans une affaire explorant les allégations selon lesquelles la société de sécurité espagnole Undercover Global S.L. aurait espionné le fondateur de WikiLeaks alors qu'il vivait à l'ambassade de l'Équateur à Londres.

    Traduction google : http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=71&Itemid=35&mosmsg=Publication+sauvegard%E9e+avec+succ%E8s.


Autres excellents articles :

https://www.legrandsoir.info/seuls-les-laches-et-les-sadiques-soutiennent-la-persecution-d-assange.html

https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/25/pers-o25.html

https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/24/assa-o24.html



 
Julian Assange

Un important événement "Imperialism on trial - Free Julian Assange" a eu lieu le 13 octobre 2019 à Derry, en Irlande du nord, Royaume-Uni, avec plusieurs personnalités, dont Clare Daly, Mick Wallace, et l'ex-ministre islandais de l'Intérieur Ögmundur Jónasson : https://www.youtube.com/watch?v=wvrPR0MUCSE&fbclid=IwAR2brS8RrVAaQ__ph98DM6SvVDR15o5ro4haCggNCIwbaEksuvtfDan-WKo
Un grand merci à RT UK !

 
Pour rappel, cet événement avait déjà eu lieu précédemment, mercredi 12 juin 2019 à Londres, et avait réuni un groupe de remarquables orateurs représentant un large éventail de voix à travers les médias indépendants, la politique et l'activisme, se concentrant sur la question de la liberté de la presse, et le sort de Julian Assange et de son organisation WikiLeaks.
Pour accéder à cet événement, faites un copié-collé du lien suivant :
https://www.youtube.com/playlist?list=PLto_hqqiYC2D-AeiNlSh8JdT4iI-6ASJ-
ou par ce lien :
https://www.pinterest.ch/unity4j/imperialism-on-trial-12-jun-2019/


 
Julian Assange

Le 21 octobre, jour du procès de Julian Assange, Jennifer Robinson, avocate londonienne de l'équipe juridique de Julian Assange a fait paraître un article de presse dans le Sydney Morning Herald (Australie) https://www.smh.com.au/national/press-freedom-under-threat-from-national-security-law-spree-20191020-p532f8.html

Or, cet article fait l'éloge de 'l'avocate des droits de l'homme', Amal Clooney, qui avait été nommée "envoyée spéciale" par Jeremy Hunt, ministre des Affaires étrangères britannique ayant présidé à l'arrestation d'Assange en avril 2019, pour la "Conférence mondiale pour la liberté des médias" [sic], qui s'est tenue à Londres les 10 et 11 juillet 2019 : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/07/15/pers-j15.html
L'Adetra considère cet Evénement comme une manipulation scandaleuse !

De plus, peu auparavant, le 26 juin 2019, Nils Melzer, Rapporteur de l'ONU sur la torture, avait écrit une tribune libre intitulée "Démasquer la torture de Julian Assange". Il l'avait notamment présentée à : The Guardian (UK), The Times (UK), le Financial Times (UK), le Sydney Morning Herald (Australie), l'Australian, le Canberra Times (Australie), le Telegraph (UK), le New York Times (USA), le Washington Post (USA), le Newsweek (USA) et la Fondation Thomson Reuters (Réseau mondial d’information). Tous ont refusé de la publier. Les avis de fin de non-recevoir ne font que confirmer l’opposition unie et continue des médias grand public privés et d’États contre un éditeur qui a dévoilé des preuves de crimes de guerre commis par les États-Unis en Irak et en Afghanistan. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/07/02/nmel-j02.html

Note de l'Adetra du 21 octobre 2019 : Nous avons d'importants doutes sur les motivations de Me Jennifer Robinson à défendre pleinement Julian Assange si l'on considère son article du 21 octobre. 

 
Documents complémentaires

  • Londres. Les 10 et 11 juillet 2019, les gouvernements du Royaume-Uni et du Canada ont organisé une "Conférence mondiale pour la liberté des médias" [sic], qui s'est tenue à environ 11 kilomètres de la prison de Belmarsh ! Avec les interventions d'Amal Clooney qui a fait une seule référence à Assange (à 6:50'), mais n'a rien dit sur le rôle du gouvernement britannique dans la persécution de Julian Assange. https://www.youtube.com/watch?v=EjxRepa-HtM


 
JULIAN ASSANGE

Importante audience du lundi 21 octobre 2019, prévue à 9h00 :

  • Le fondateur et journaliste de WikiLeaks, Julian Assange, comparaîtra en personne devant le tribunal de première instance de Westminster lundi 21 octobre. L'équipe juridique d'Assange devrait présenter les arguments initiaux contre la demande d'extradition américaine qui comprend 17 actes d'accusation en vertu de l'Espionage Act. https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/19/cour-o19.html

    Plus d'une centaine de personnes sont parties de Paris pour manifester à Londres !
  • Le média Ruptly sera en direct à l'extérieur de la Cour des magistrats de Westminster à Londres : https://twitter.com/FrancaisUnity4

New York, mardi 15 octobre, défense de Julian Assange et Chelsea Manning : 

  • Au Forum de New York, les principales organisations de défense de la liberté de la presse, avec Nils Melzer, ont parrainé un débat d’experts intitulé «Liberté de la presse, sécurité nationale et lanceurs d’alerte». L’événement a eu lieu à l’Université Columbia à New York. La réunion a mis à nu le caractère illégal et vindicatif de la détention et la torture de Julian Assange à la prison Belmarsh de Londres. Elle a aussi établi le lien entre son emprisonnement et les crimes de guerre commis par les gouvernements américains successifs. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/18/cmja-o18.html
  • Yell Les médias américains ont boycotté une conférence de presse qui a eu lieu au siège des Nations Unies à New York le 15 octobre. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a réaffirmé que l'éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, a fait l'objet d'une campagne de persécution sans précédent qui revient à de la "torture". Les avertissements de Melzer ont le poids et l'autorité d'un fonctionnaire de l'ONU et d'un expert juridique de renommée internationale. Elles concernent Assange, le journaliste persécuté le plus célèbre du monde, qui a fait plus que tout autre éditeur pour exposer les réalités brutales de la guerre impérialiste, les intrigues diplomatiques et la surveillance omniprésente de la CIA. https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/18/melz-o18.html

 
Pour rappel, Le journal britannique Guardian, porte-parole des agences du Renseignement, article du WSWS du 22 juin 2019 en anglais : https://www.wsws.org/en/articles/2019/06/22/guar-j22.html
 
 
JULIAN ASSANGE

Le 16 octobre 2019. Lettre de l'Adetra à la Mission du Royaume-Uni de Genève, et lettre au gouvernement suisse :

http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=33&Itemid=35&mosmsg=Publication+sauvegard%E9e+avec+succ%E8s.

 


 
L'état de santé extrêmement inquiétant de JULIAN ASSANGE

  • Début juin 2019, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzer, a averti que Julian Assange pourrait mourir en prison si sa persécution ne cessait pas immédiatement. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/06/08/asfb-j08.html

  • Le 5 octobre, le père d'Assange, John Shipton, a déclaré que l'état de santé de son fils s'est détérioré au point où il risque de mourir. https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/05/ship-o05.html

  • Le 8 octobre 2019, le WSWS nous informe que la vie de Julian Assange est en grand danger à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres où il continue de subir de graves sévices. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/10/08/pers-o08.html

  • Le 12 octobre 2019, nous apprenons avec consternation, par le WSWS, ce qui suit : Un journaliste de l'AFP a déclaré qu'Assange, qui s'est présenté hier à l'audience d'administration par liaison vidéo, "a donné son nom et son âge d'une voix haletante et légèrement grinçante tout en se balançant d'avant en arrière, les épaules affaissées. Assange a commencé à tirer sur les manches de son pull lilas sur les jambes croisées tout en écoutant le juge passer quelques minutes à examiner l'affaire." https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/12/pers-o12.html
Extraits de l'article du 12 octobre du WSWS (traduction google) :

Yell Lors d'une audience administrative tenue hier [le 11 octobre], un juge britannique a décrété que Julian Assange resterait indéfiniment derrière les barreaux pour "risque de fuite" ... [ceci malgré le fait que sa peine d’emprisonnement pour s’être «soustrait à la justice» expire le 22 septembre].
En d'autres termes, le fondateur de WikiLeaks est explicitement détenu comme prisonnier politique. Tous les motifs pseudo-légaux de son maintien en détention ont été supprimés. Il est emprisonné par la Grande-Bretagne à la demande du gouvernement américain, qui cherche à l'extrader pour qu'il puisse faire l'objet d'un procès simulé et le condamner à une peine d'emprisonnement à vie pouvant aller jusqu'à 175 ans pour le "crime" d'avoir publié la vérité
[selon Nils Melzer, Assange risque aussi la peine de mort aux  USA].
Alors qu'Assange est soumis à ce qui équivaut à de la torture dans une prison britannique, les criminels de guerre qu'il a tant fait pour dénoncer, sont en liberté.
Dans un tweet la semaine dernière, et dans son discours de campagne fasciste d'hier, le président américain Donald Trump a reconnu que les guerres américaines au Moyen-Orient au cours des deux dernières décennies ont été basées sur des mensonges et ont fait des millions de morts.
Pourtant, les seules personnes emprisonnées en Grande-Bretagne et aux États-Unis pour les crimes de guerres commis en Irak et en Afghanistan sont celles qui ont fait plus que quiconque pour les révéler : Julian Assange et la courageuse dénonciatrice Chelsea Manning.

 

YellD'autre part, voici la récente réponse de la Mission UK de Genève au Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, M. Nils Melzer, avec une proposition d'action

Twitter de Nils Melzer : https://twitter.com/NilsMelzer

Twitter Unity 4 en français : https://twitter.com/FrancaisUnity4



JULIAN ASSANGE

Clare Daly, eurodéputée irlandaise, parlera le 11 octobre aux côtés d'un autre eurodéputé irlandais actif pour Assange Mick Wallace et avec le père de Julian Assange, John Shipton, au New Theatre Temple Bar à Dublin. https://www.facebook.com/ClareDalyMEP/?ref=search&__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARB0DKP0lVSVyR5wjpXymaSKfYDHnxfsJ_i7S1LVFZlHwSM-3SM4T2C41_2n4-8oKe06tp16Mqh8V6k7

Un événement important "Imperialism on trial - Free Julian Assange" aura lieu le 13 octobre en Irlande du nord, Royaume-Uni, avec plusieurs personnalités, dont Clare Daly, Mick Wallace, et l'ex-ministre islandais de l'Intérieur Ögmundur Jónasson : https://www.eventbrite.co.uk/e/imperialism-on-trial-free-julian-assange-tickets-75139384923

Pour rappel, cet événement avait déjà eu lieu précédemment, mercredi 12 juin 2019 à Londres, et avait réuni un groupe de remarquables orateurs représentant un large éventail de voix à travers les médias indépendants, la politique et l'activisme, se concentrant sur la question de la liberté de la presse, et le sort de Julian Assange et de son organisation WikiLeaks.
Pour accéder à cet événement, faites un copié-collé du lien suivant : https://www.youtube.com/playlist?list=PLto_hqqiYC2D-AeiNlSh8JdT4iI-6ASJ-
ou par ce lien : https://www.pinterest.ch/unity4j/imperialism-on-trial-12-jun-2019/


 
JULIAN ASSANGE

  

JULIAN ASSANGE

World Socialist Web Site - WSWS
Articles en lien avec Julian Assange et Chelsea Manning :

- Autre site francophone de soutien à Julian Assange 4JFR : https://twitter.com/FrancaisUnity4
Avec l'importante intervention de Stefania Maurizi du 22 aout 2019 : "Il est temps d'agir : Ils tuent Julian #Assange lentement". https://www.twitlonger.com/show/n_1sr06pq?new_post=true




JULIAN ASSANGE

GENEVE. Mercredi 18 septembre 2019, un Rassemblement a eu lieu à la Place des Nations Unies, entre 17h00 - 19h00.
Les poursuites contre Julien Assange constituent une grave menace pour la liberté de la presse dans le monde.
Organisateurs : Fondation COURAGE, AIPAZCOMUN, DIDEPU, Comité International LULA LIVRE-Genève, BREAK FREE.



JULIAN ASSANGE

YellYell Le 16 septembre 2019. Article d'Oscar Grenfell paru dans WSWS : Une juge britannique condamne Assange à la prison indéfiniment, en dépit de la fin de sa peine de prison. https://www.wsws.org/fr/articles/2019/09/16/assa-s16.html

 



JULIAN ASSANGE

Le 4 septembre 2019. Signez la pétition pour Julian Assange avant qu'il ne soit trop tard ! Participons à stopper sa possible extradition vers les États-Unis !
Vidéo avec John Pilger (journaliste australien), Gabriel Shipton (le frère de Julian), et Roger Waters (leader des Pink Floyd's) qui a interprété le 2 septembre : 'Wish You Wer Here', en soutien à Julian Assange devant le département de l'Intérieur du Royaume-Uni.

Julian Assange a dit à John Pilger: "Dis-leur que je ne suis pas le seul concerné, c'est beaucoup plus large, il s'agit de nous tous; tous les journalistes et éditeurs qui font leur travail sont en danger".

https://www.change.org/p/free-julian-assange-before-it-s-too-late-stop-usa-extradition/u/25030225?cs_tk=AhWZFNtAu1fdHZc1dF0AAXicyyvNyQEABF8BvP-GZOltJ2BCFtPw3Z-nYJY%3D&utm_campaign=847f7b70241b4f1b85301c53086d11ab&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

  •  Le 3 septembre 2019. Article paru dans WSWS : https://www.wsws.org/fr/articles/2019/09/03/pers-s03.html
    Une place particulièrement importante sur la plate-forme de la honte doit être réservée aux organisations de la classe moyenne aisée, qui se donnent des airs de «gauche» mais fonctionnent comme des bras auxiliaires des élites dirigeantes.



JULIAN ASSANGE

Le 15 mai 2019. Le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM), avec le Réseau mondial contre l’impunité des transnationales, condamne l’arrestation de Julian Assange. https://www.cetim.ch/la-campagne-mondiale-condamne-larrestation-de-julian-assange/


 
JULIAN ASSANGE & CHELSEA MANNING

Le 23 avril 2019. Article d'Elizabeth VOS paru dans "Consortium News", traduit en langue française par les lecteurs du site  "Les Crises" : Les Révélations de WikiLeaks – N°1 – La vidéo qui a placé Assange dans le collimateur des États-Unis. https://www.les-crises.fr/les-revelations-de-wikileaks-n1-la-video-qui-a-place-assange-dans-le-collimateur-des-etats-unis/


 
JULIAN ASSANGE

@johnpilger  Le 7 août 2019. "Do not forget Julian #Assange. Or you will lose him. I saw him in Belmarsh prison and his health has deteriorated. Treated worse than a murderer, he is isolated, medicated and denied the tools to fight the bogus charges of a US extradition. I now fear for him. Do not forget him".
https://www.wsws.org/en/articles/2019/08/09/pilg-a09.html

N'oubliez pas Julian #Assange. Ou vous allez le perdre. Je l'ai vu à la prison de Belmarsh et son état de santé s'est détérioré. Traité plus mal qu'un meurtrier, il est isolé, sous traitement médicamenteux, et privé des outils nécessaires pour lutter contre les fausses accusations faisant l'objet d'une demande d'extradition par les États-Unis. Je crains maintenant pour lui. Ne l'oubliez pas.

Le 9 août 2019. Me Jennifer Robinson, membre éminent de l'équipe juridique d'Assange, s'entretient avec le WSWS (article en anglais) : https://www.wsws.org/en/articles/2019/08/09/jenr-a09.html



JULIAN ASSANGE - WIKILEAKS



Smile Nils Melzer‏ @NilsMelzer 28 juil.

Direct links to #SRTorture letters in #Assange investigation:

- UK27.05.2019: http://bit.ly/2YrnEvM 

- ECU28.05.2019: http://bit.ly/2Opnhhk 

- USA28.05.2019: http://bit.ly/30SV8ka 

- SWE28.05.2019: http://bit.ly/2YtIGcX 

- SWE12.07.2019: http://bit.ly/32Sp165 


Note Adetra
: veuillez trouver une traduction google de ce dernier document sur :
http://www.adetra.org/index.php?option=com_content&task=view&id=68&Itemid=35&mosmsg=Merci+pour+votre+proposition.+Votre+proposition+sera+v%E9rifi%E9e++avant+d%27%EAtre+publi%E9e+sur+le+site.


 
EVENEMENT : Mercredi 12 juin 2019, à Londres : 'L'impérialisme en procès - Libérez Julian Assange'

Cet important événement est un procès de l'impérialisme, avec un groupe de remarquables orateurs représentant un large éventail de voix à travers les médias indépendants, la politique et l'activisme, se concentrant sur la question de la liberté de la presse et le sort de Julian Assange et de son organisation WikiLeaks.

Editeur primé, Julian Assange a reçu le prix 2009 d'Amnesty international UK Media Award for New Media, et a remporté de nombreux prix de ce type en reconnaissance du rôle central de WikiLeaks dans la dénonciation de crimes de guerre et de violations des droits de l'homme.

Tous ceux qui participent aux événements reconnaissent la situation désastreuse à laquelle Julian Assange est confronté et ressentent avec tant de passion pour lui, sur le plan humain, que l'extradition vers les Etats-Unis pourrait conduire à une peine de prison de 175 ans au total, pour avoir pratiqué le journalisme. https://21stcenturywire.com/2019/06/10/event-wednesday-june-12th-imperialism-on-trial-free-julian-assange/

Animé par George Galloway, ancien député, maintenant radiodiffuseur, télédiffuseur et conférencier.

Toutes les interventions :
https://www.youtube.com/playlist?list=PLto_hqqiYC2D-AeiNlSh8JdT4iI-6ASJ-

  • Alexander Mercouris (Le Duran) écrivain spécialisé dans les affaires internationales et basé à Londres. Il s'intéresse particulièrement à la Russie et au droit. Il a beaucoup écrit sur les aspects juridiques de l'espionnage par la NSA et des événements en Ukraine sur les plans des droits de l'homme, de la constitutionnalité et du droit international. Il a travaillé pendant 12 ans au sein de la Cour royale de justice de Londres en tant qu’avocat, spécialisé dans les droits de l’homme et le droit constitutionnel

  • Clare Daly, députée au Dail Eireann, chambre basse du parlement irlandais, députée européenne dès juillet 2019
  • Ogmundur Jonasson, ancien ministre de l'Intérieur d'Islande