Menu Content/Inhalt
Accueil

Identification






Mot de passe oublié ?
Un de nos membres du comité
Ivar Petterson nous a rejoint depuis 2013
Lire la suite...
 
Acuerdo de Libre comercio Tisa
Ginebra, 2017
 Acuerdo sobre el Comercio Internacional de Servicios llamada en inglés "TISA"
(TISA es el acrónimo de Trade in Services Agreement)
 
Prefacio del informe sobre el TISA, escrito por Scott Sinclair, Centro Canadiense de Alternativas Políticas, y Hadrian Mertins-Kirkwood, Instituto de Economía Política, Universidad de Carleton, publicado por la Internacional de Servicios Publicos (ISP) :
 
Tratar a los servicios públicos como mercancías destinadas al comercio crea un error conceptual fundamental acerca de los servicios públicos. El Acuerdo sobre el Comercio de Servicios (en inglés, TISA), que se está negociando actualmente en secreto y fuera de las normas de la Organización Mundial del Comercio, es un intento deliberado por privilegiar los beneficios de las empresas y países más ricos del mundo por encima de los que tienen mayores necesidades.

Los servicios públicos están diseñados para satisfacer las necesidades sociales y económicas vitales –tales como la atención de la salud y la educación– de una manera asequible, universal y en función de las necesidades. Los servicios públicos existen porque los mercados no producirán estos resultados. Además, los servicios públicos son fundamentales para garantizar una competencia leal para las empresas y una reglamentación eficaz para evitar los desastres medioambientales, sociales y económicos –tales como la crisis financiera mundial y el calentamiento del planeta. Los acuerdos comerciales promueven conscientemente la comercialización y definen los productos y servicios en términos de su capacidad de ser explotados con fines lucrativos por parte de las empresas mundiales. Incluso los más fervientes partidarios de los acuerdos comerciales admiten que hay ganadores y perdedores en este juego amañado.

Los ganadores son generalmente los países poderosos que son capaces de hacer valer su poder, las empresas multinacionales que son las que se encuentran en mejor situación para aprovechar el nuevo acceso a los mercados y los consumidores adinerados que pueden permitirse las importaciones extranjeras. Los perdedores tienden a ser los trabajadores que se enfrentan a la pérdida de empleo y a una presión a la baja sobre los salarios, los usuarios de los servicios públicos y las pequeñas empresas locales que no pueden competir con las empresas multinacionales.

El TISA se encuentra entre la alarmante nueva ola de acuerdos comerciales y de inversión basados en poderes jurídicamente vinculantes que institucionalizan los derechos de los inversores y prohíben las medidas gubernamentales en una amplia gama de ámbitos sólo incidentalmente relacionados con el comercio.

El TISA impedirá que los gobiernos puedan devolver los servicios públicos a manos públicas cuando las privatizaciones fracasen, restringirá las reglamentaciones nacionales relativas a la seguridad de los trabajadores, limitará las reglamentaciones en materia de medio ambiente y protección de los consumidores, así como la autoridad reguladora en ámbitos tales como la concesión de licencias para centros de cuidado de la salud, centrales eléctricas, instalaciones de eliminación de desechos y la acreditación universitaria y escolar.

Este acuerdo tratará a los trabajadores migrantes como mercancías y limitará la capacidad de los gobiernos de garantizar sus derechos. Las normas del trabajo deberían ser establecidas por la Organización Internacional del Trabajo (OIT), con su estructura tripartita, y no estar cubiertas por acuerdos comerciales.

Increíblemente, tras la crisis financiera mundial, el TISA también pretende desregular aún más los mercados financieros. Sabemos que los grandes intereses corporativos están fuertemente implicados en las negociaciones del TISA.

Sabemos que la última vez que se negoció un amplio acuerdo en materia de servicios (AGCS) – se desató una protesta pública mundial. Y sabemos que actualmente se están realizando grandes esfuerzos por mantener secretas las negociaciones del TISA.

Con unos riesgos tan importantes para las personas y para nuestro planeta, esto es un escándalo. Quién en un país democrático aceptará que su gobierno apruebe en secreto leyes que modifican el poder y la riqueza, comprometen a los futuros gobiernos y restringen la capacidad de su nación de responder a las necesidades de los ciudadanos de una manera tan fundamental ?

Los textos de negociación del Acuerdo sobre el Comercio de Servicios deben ser divulgados para su análisis y toma de decisiones públicos. El TISA no debe cubrir ningún servicio público ni restringir la capacidad de ningún gobierno para reglamentar en función del interés público. No debería realizarse ningún tipo de comercio con los servicios públicos.

Rosa Pavanelli,
Secretaria General
Internacional de Servicios Públicos


La Internacional de Servicios Públicos (ISP) es una federación sindical mundial que representa a 20 millones de trabajadores y trabajadoras que prestan servicios públicos esenciales en 154 países. La ISP defiende los derechos humanos, promueve la justicia social y el acceso universal a servicios públicos de calidad. La ISP trabaja con el sistema de las Naciones Unidas y en colaboración con entidades de la sociedad civil, sindicatos y otras organizaciones.

Public Services International, BP 9, F-01211 Ferney-Voltaire Cedex, France.
Tel: +33 (0)4 50 40 64 64 Fax: +33 (0)4 50 40 50 94

Diversos documentos sobre TISA : http://www.world-psi.org/fr/base-de-donnees-sur-tisa

 

   * * * * * * * *  

 
Lire la suite...
 
Les membres du comité

Pindaro Hugo GUARIN
Fondateur président de l’ADETRA

Association adetra

«J’ai un diplôme de l’ESAP, Ecole Supérieure d’Administration Publique, Bogotá ; un autre de l’IIAP, Institut International d’Administration Publique, Paris, et encore un de l’IUED – Université de Genève, en Etudes de Développement. Depuis 40 ans je me bats pour les conquêtes syndicales. Le moyen le plus effectif au niveau de la Suisse romande est l’intervention de l’ADETRA devant les tribunaux. En effet dans mes différentes universités j’ai privilégié la formation juridique, notamment en droit administratif et droit du travail. J’espère développer l’essor international de l’ADETRA pour organiser la résistance contre le libéralisme à outrance. Voici pour l’essentiel »
  

Barbara BIANCHI

Barbara Bianchi est cinéaste de formation. Sa préoccupation s'est toujours située dans le domaine social. A travers différentes associations de défense des droits humains, elle a passé plus de quinze ans à dénoncer activement les violations des droits fondamentaux subies par les peuples vivant sous les régimes dictatoriaux tortionnaires d'Amérique Latine principalement durant les années 80.

Elle est membre du comité de l'ADETRA depuis ses débuts. Elle a désiré apporter son soutien à cette association syndicale pour deux raisons: d'une part, parce qu'elle connaissait son président et savait que ce qu'il proposait d'entreprendre était sérieux et nécessaire, à la hauteur de ses capacités; et d'autre part, parce qu'elle pensait important de pouvoir défendre les "petits gens", ceux qui ne sont pas écoutés, qui ne font partie d'aucun syndicat existant ou qui ne sont pas assez pris au sérieux, et qui ont besoin qu'on les aide pour mettre fin à l'exploitation et à l'injustice dont ils sont victimes 

 

Nadia MIGHALI

« Je suis sociable et sociale. Je m’intéresse aux problèmes de la population notamment au niveau de mon quartier. Lorsque j’ai connu l’ADETRA j’ai découvert une manière effective de lutter contre les inégalités notamment en assumant la défense des travailleuses et des travailleurs qui ne connaissent pas leurs droits. Mon activité est reconnue par mes collègues qui m’ont élue au comité. J’estime représenter le secteur de la restauration puisque j’y ai travaillé pendant une douzaine d’années »

 

Lire la suite...
 
TISA-TTIP-CETA, Glyphosate

L’Accord sur le Commerce des Services (ACS) appelé TISA est négocié depuis février 2012 à Genève, en dehors des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et dans une extrême opacité. Actuellement, les gouvernements de 22 Etats sont engagés dans ces négociations; USA, Canada, Australie, Japon, Suisse, Liechtenstein, Islande,  Norvège, Turquie, Israël, Maurice, Mexique, Panama, Colombie, Pérou, Chili, Costa Rica, Taipei chinois, Hong Kong (Chine), Nouvelle-Zélande, Pakistan, Corée du sud, ainsi que la Commission européenne (qui représente les 28 Etats membres de l'UE). L'Uruguay et le Paraguay se sont retirés des négociations.

Depuis 2012, les parlementaires européens et nationaux ne sont pas informés du contenu de ces négociations, ce qui est foncièrement antidémocratique ! Les citoyens, syndicats, ONG et autorités régionales doivent aussi être mis au courant et consultés sur cet accord qui les concerne directement.
Le 3 février 2016, le Parlement européen a voté une Résolution non contraignante demandant à la Commission européenne (organe exécutif de l'UE) de changer d'orientation, afin de protéger les droits des citoyens, des travailleurs et consommateurs. Le besoin de transparence est l'une des recommandations des parlementaires, en tant que principe démocratique fondamental dans la négociation d'accords commerciaux.

TISA vise à « commercialiser » la quasi-intégralité de nos services publics, les Entreprises détenues par l'Etat, et certains services privés, en les mettant en concurrence avec les services fournis par les multinationales, lesquelles ont uniquement pour but de faire du profit. La fuite de Wikileaks du 15 septembre 2016 et le Rapport de la Commission européenne de la 21e ronde de négociation confirment que TISA devrait comprendre un mécanisme de règlement des différends Etat contre Etat.
https://wikileaks.org/tisa/document/201609_TiSA_Institutional-and-dispute-settlement-provisions/page-1/#pagination  http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf    

Dès septembre 2013, la fédération syndicale "Internationale des services publics (PSI-ISP)" et le réseau "Notre monde n’est pas à vendre (http://notforsale.mayfirst.org/fr)" ont dénoncé publiquement les négociations secrètes qui ont lieu à Genève sur TISA. 

Au niveau européen et mondial, des organismes faîtiers représentant la société civile se sont positionnés tels la Confédération syndicale internationale (CSI), la Confédération européenne des syndicats (CES/ETUC), le Comité des Régions de l’Union européenne (CdR). De plus, 341 organisations représentant des centaines de millions de personnes du monde entier ont appelé les gouvernements à abandonner les discussions sur TISA. (voir ci-après)

En Suisse, le Syndicat national des services publics, des ONGs, associations et syndicats, deux partis politiques (PS et Verts) et des élus de gauche et de droite ont clairement marqué leur opposition à TISA. Plusieurs Villes et communes se sont symboliquement déclarées "zone hors-TiSA". Le Parlement du canton de Genève s'est également positionné contre cet accord, à une large majorité, comme en Ville de Genève. Des parlementaires nationaux ont interpellé le gouvernement suisse.

Malgré les informations diffusées par la presse et les entités précitées, nous constatons, au fil des mois, que la population suisse est très peu au courant de l'existence des méga-traités commerciaux initiés dans les années 1990 (ALENA, CETA, TPP, TTIP, JEFTA/Japon-UE). Parmi eux, l'Accord sur le commerce des services (TISA) semble être le traité le moins connu. Il est par conséquent peu contesté par la population, malgré le danger qu'il représente. 

Dès lors, chacun-e d'entre nous peut agir pour préserver notre environnement et nos acquis sociaux, en informant nos proches, et en interpellant nos autorités locales ! Voici une image très "parlante" de Stop Tafta : https://stoptafta.wordpress.com/2016/02/19/tafta-ceta-tisa-hors-tafta-ou-en-sont-nos-actions/

Page créée par l'Adetra le 25 février 2016, mise à jour le 14 mai 2018

  

* * * * * * *
 
 
RECENTES NOUVELLES
 
FRANCE :
 
Smile Le 13 mai 2018. Manifestation nationale contre E. Macron : «Un an de Macron, ça suffit !» https://paris.demosphere.eu/rv/59822

Manifestations suivantes: 14 mai: cheminots15 mai: santé22 mai: fonction publique26 mai: tous ensemble

 
Smile Le 5 mai 2018. FRANCE - STOP-MACRON !!! "On était 160 000 à Paris pour faire #LaFêteAMacron ! Merci à ceux qui sont venus, et à ceux qui n'ont pas pu venir. Merci à ceux qui luttent et à ceux qui les soutiennent."

Article paru dans POLITIS : https://www.politis.fr/articles/2018/05/le-pari-reussi-de-la-fete-a-macron-38796/

 
Smile Liste des grèves nationales du 3 mai au 28 juin 2018
http://www.cestlagreve.fr/lieu/nationale/



 
Yell Le 2 mai 2018, article paru dans le magazine Marianne : Lors de son entretien avec le magazine américain "Forbes", le président Macron développe longuement sa vision de l'économie française. La "disruption" et la libéralisation y sont jugées indispensables pour adapter le pays à la marche du monde. Aux critiques, Emmanuel Macron répond en 2018 comme Margaret Thatcher dans les années 1980 : "Il n'y a pas d'alternative". [...]

La vision du président français consiste à présenter les réformes libérales, non pas comme des choix politiques, mais comme des étapes indispensables ne souffrant pas d'être discutées "La seule manière de procéder, selon moi, est d'expliquer au peuple français que nous mènerons ces réformes, sans aucun doute", martèle Macron, évoquant la réforme de la SNCF et toutes celles qui auront trait aux "services publics". https://www.marianne.net/politique/dans-forbes-un-macron-obsede-par-la-disruption-et-plus-thatcherien-que-jamais


Note de l'Adetra
: nous pensons que la réforme de la
SNCF représente pour E. Macron un test devant lui permettre de déterminer s'il lui sera possible, dans un second temps, de libéraliser une majorité des "services publics", notamment par l'accord TISA !

Nous pensons en effet que la France aura beaucoup de poids et d'influence dans la décision d'une éventuelle reprise des négociations de TISA, accord dont le contenu est gardé secret alors que les peuples sont les premiers concernés !

Nous considérons que ces négociations ne devraient pas pouvoir reprendre actuellement, face à un mouvement de contestation sociale devenu assez important en France. Dans le cas contraire, une nouvelle provocation de la part du gouvernement français pourrait bien mettre davantage le feu aux poudres !


Les fuites de Wikileaks sur TISA : https://wikileaks.org/tisa/releases/

 



 Smile 

Le 27 avril 2018. Victoire : l’UE interdit trois pesticides tueurs d’abeilles ! Les gouvernements européens se sont prononcés aujourd’hui à Bruxelles en faveur de l’interdiction de trois néonicotinoïdes particulièrement dangereux pour les abeilles : l’imidaclopride, le clothianidine et le thiamétoxame, fabriqués par les géants de l’agrochimie Bayer et Syngenta. https://www.greenpeace.fr/victoire-lue-interdit-trois-pesticides-tueurs-dabeille/

 



 

Smile Le 20 avril 2018. Facebook de Yannick Jadot, eurodéputé Europe écologie Les Verts : Philippe Lamberts était en direct.

"Suite au discours que j’adressais au Président français Emmanuel Macron cette semaine [au Parlement européen, voir ci-après], j'ai reçu de nombreux commentaires, questions et messages de soutien, j'ai privilégié le format du facebook live afin de répondre au plus grand nombre d'entre vous. Nous tâcherons de répondre à tous vos messages dans les jours à venir. Vous pouvez retrouver mes réponses à vos questions dans la vidéo ci-dessous. Merci pour votre soutien."

"Le premier point d'ancrage du discours que j'ai commencé à avoir en tête dès le mois de décembre, c'est : "Ces gens qui ne sont rien". Pour moi, dont la boussole politique est l'article 1 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, c'est-à-dire l'affirmation de l'égale dignité de tous les être humains présents et à venir, oser affirmer que des humains ne sont rien, c'est l'insulte absolue, c'est l'antinomie absolue avec mes valeurs politiques. Et cela, je savais que ce serait le point culminant du discours, d'emblée." https://www.youtube.com/watch?v=B-SBJjIjqYY

PS : désolé pour les petits problèmes d'orientation d'image; ne vous découragez pas ils sont corrigés dans les premières minutes du live.

https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1121556411319247/UzpfSTQ3MjU5OTY4OTUzMzMzMjoxNTUxMzQyNjExNjU5MDI5/

 

Voir aussi le discours de Philippe Lamberts à Charles Michel, Premier ministre de Belgique (chef du gouvernement fédéral du Royaume de Belgique) sur le futur de l'Europe : https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1128908897250665/

Le 3 mai. Réponse de Charles Michel à l'interpellation de Philippe Lamberts : https://www.facebook.com/philippelambertseurope/videos/1135817293226492/

 



   

Smile FRANCE - 130 manifestations ce 19 avril 2018 !
http://www.frontsyndical-classe.org/2018/04/130-manifestations-ce-19-avril.html

Paris : http://www.liberation.fr/france/2018/04/19/manif-a-paris-cette-mobilisation-me-donne-du-courage_1644433

Marseille. Cheminots, organisations syndicales, fonctionnaires, et étudiants sont à nouveau mobilisés dans la rue ce 19 avril contre la politique du gouvernement Macron-Philippe. Vidéos. http://www.lamarseillaise.fr/marseille/societe/69479-direct-suivez-la-manifestation-du-19-avril-a-marseille

 

 

Smile Au Parlement européen, le porte-parole des eurodéputés écologistes critique la politique menée par Emmanuel Macron et son gouvernement

Le 17 avril 2018. Formidable intervention de l'eurodéputé écologiste Philippe Lamberts, co-Président du groupe des Verts/ALE : "Dans votre France, l'État de droit, garant de nos libertés, s'éloigne jour après jour." http://www.philippelamberts.eu/debat-avec-emmanuel-macron/

 
SmileParlement européen, le 17 avril 2018, 3 eurodéputés sans langue de bois face à Macron : Younous Omarjee, membre de la France Insoumise, Patrick Le Hyaric, membre du PCF, président & directeur du groupe L'Humanité, et Philippe Lamberts, membre du parti écologiste. https://www.youtube.com/watch?v=WHB4DWInxCM

 
Parlement européen, le 17 avril 2018. Débat intégral entre Emmanuel Macron et les eurodéputés sur l'avenir de l'Europe (3h20') https://www.youtube.com/watch?v=TX4N53KEPhc

 
Smile Le 17 avril 2018. Vidéo de l'Humanité. Après le passage du président français devant le Parlement européen, trois eurodéputé.e.s réagissent. Avec Michèle Rivasi ( Verts-ALE ), Marie-Pierre Vieu ( GUE-GVN ), et Jean-Paul Denanot ( S et D.) Débat animé par Jean-Jacques Régibier, journaliste. Que valent les discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe ?
https://www.youtube.com/watch?v=T-TblXNJzn8

 


 
FRANCE - UNE LUTTE CAPITALE :

Smile Samedi 14 avril 2018, Manifestation à Marseille

LIBERATION : "Il fallait faire un exemple et c’est Marseille qui, ce samedi, a joué les laboratoires de la convergence des luttes. Près de 50'000 personnes, selon les organisateurs, ont répondu à l’appel d’une quinzaine d’organisations syndicales, associations et partis politiques - CGT, Sud-Solidaire, FSU, Unef, France Insoumise, Parti communiste, NPA, etc. pour dire : Stop à Macron". http://www.liberation.fr/france/2018/04/14/a-marseille-une-manif-laboratoire-de-la-convergence-des-luttes_1643438

Vidéo : https://actu.orange.fr/france/video-manifestation-a-marseille-jean-luc-melenchon-appelle-a-l-unite-contre-emmanuel-macron-CNT0000011qq3x.html

Le 14 avril, 2018, François Ruffin était l'invité de l'émission "On n'est pas couché".
Dès 41:30, voir les 2 témoignages d'un cheminot à la SNCF, membre de la CGT, et d'une employée et déléguée syndicale chez Carrefour. https://www.youtube.com/watch?v=gGL6NET6M14

 

Communiqué de l'Adetra : nous sommes très reconnaissants à tous celles et ceux qui s'engagent dans cette lutte si importante pour les droits sociaux et humains en France, lutte qui devrait entraîner des répercussions beaucoup plus larges.

En cas de victoire, cette mobilisation devrait donner un signal fort au gouvernement français, lui indiquant que le peuple n'accepte pas l'accord TISA, qui vise notamment à libéraliser les secteurs rentables de la majorité des services publics.

Les négociations de TISA sont suspendues depuis décembre 2016. A présent, les USA prévoient de prendre une décision quant à leur éventuelle reprise, dont on peut craindre, si elle était effective, qu'elle ne soit suivie d'une rapide signature et mise en application.

L'accord TISA, pouvant être considéré comme une sorte de constitution supranationale, rendrait dès lors toute opposition citoyenne beaucoup plus difficile qu'elle ne l'est aujourd'hui.

L'accord TISA n'ayant pas de chapitre sur l'investissement, on ne peut exclure qu'il soit considéré, au moment de son éventuelle signature, comme un « accord non-mixte », ne relevant que de la seule compétence de l’UE ! Dans ce cas, il ne serait alors pas soumis à la ratification des 38 Parlements nationaux et régionaux compétents des Etats membres de l'Union européenne !
(quant au CETA, il s'agit d'un accord "mixte" impliquant une longue procédure de ratification).

L'accord TiSA devrait comporter un système de règlement des différends Etat contre Etat, selon une procédure d’arbitrage «diplomatique» entre pays : http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2016/november/tradoc_155095.pdf

Voici aussi le lien correspondant à la dernière fuite sur ce mécanisme, révélée en septembre 2016 par Wikileaks, avec une analyse de Jane Kelsey, professeur de droit : https://wikileaks.org/tisa/analysis/201609_TiSA_Analysis-on-Dispute-Settlement/

Concernant les spécificités des accords "mixtes", veuillez vous référer à la décision rendue le 16 mai 2017 par la Cour de justice de l’Union européenne : "Au final, ce n’est que pour deux volets de l’accord [de libre-échange avec Singapour] que l’Union n’est pas dotée, selon la Cour, d’une compétence exclusive, à savoir le domaine des investissements étrangers autres que directs (investissements « de portefeuille » opérés sans intention d’influer sur la gestion et le contrôle d’une entreprise) et le régime de règlement des différends entre investisseurs et États." https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2017-05/cp170052fr.pdf

 



Cool Paris. Le 6 avril 2018 : P
remière «auto-conférence» de presse des étudiants grévistes de l'Université Tolbiac à Paris, avec l'aimable participation de Guevara http://www.leparisien.fr/societe/universite-a-tolbiac-la-conference-de-presse-surrealiste-d-etudiants-grevistes-06-04-2018-7650705.php
 
 

SmilePARIS, le 3 avril 2018, Manifestation des cheminots

"Est-ce que le pays est prêt à défendre ses services publics, ou pas ? C'est l'enjeu de cette lutte".

"On ne pourra pas gagner tous seuls. Si il y a une convergence des luttes, on peut gagner, on peut faire reculer ce gouvernement qui est au service des riches." 

 
Le 4 avril 2018. Interview du député Adrien Quatennens (FI) : https://www.youtube.com/watch?v=KPA4mwXZMb0


 

Excellente nouvelle. Décision de la Cour de justice de l'Union européenne sur l'ISDS

Le 6 mars 2018. Twitt de Mathilde Dupré (Institut Veblen) :

La Cour de justice de l'UE déclare la clause d'arbitrage d'investissement ISDS entre les Pays Bas et la Slovaquie incompatible avec le droit européen. Cette décision est cruciale aussi pour la saisine CJUE de la Belgique sur l'ICS dans le CETA ! https://twitter.com/mathilde_dupre_?lang=fr

 

Article de lalibre.be : http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/le-ceta-pourrait-etre-incompatible-avec-le-droit-de-l-ue-5a9e7a32cd7063d567131671

Communiqué de l'Institut Veblen : https://www.veblen-institute.org/Bientot-la-fin-de-l-ISDS-en-Europe.html

Article de CNCD 11.11.11 : https://www.cncd.be/Pour-la-Cour-de-justice-de-l-UE-la

Décision de la CJUE - N° 26/2018 : https://curia.europa.eu/jcms/jcms/Jo2_16799/fr/?annee=2018

 


 
March 22, 2018 - TISA
Information diffusée par Uni Global Union et l'OWINFS (Our world is not for sale)
https://insidetrade.com/daily-news/lighthizer-work-new-trade-agreements-begin-next-week-tisa-decision-soon

Inside U.S. Trade - Lighthizer: Work on new trade agreements to begin next week; TISA decision soon

... "Pressed by Sen. Tom Carper (D-DE) on the administration’s position on TISA, Lighthizer said the agreement was still being studied – with the core question being whether it offers the most expeditious path to getting a deal sealed on the issues central to the agreement.

“The TISA agreement is something that we are studying,” Lighthizer said, adding that “the issue is whether you take all those items, and you’re more likely to make progress in a shorter period of time with TISA or you’re more likely to deal with them in specific groups of like-minded people who actually have the desire to move forward in that area and not take hostages in agriculture and all kinds of other stuff.”

The TISA talks have been stalled since President Trump won the White House in 2016. Before that, TISA members had hoped to conclude the negotiations in December 2016.

“It’s something that we’re still looking at. We now have our deputies on board as of this week, so we’re at kind of a crucial time and it probably makes sense for us to sit down and talk about it,” Lighthizer added. –" Jack Caporal ( Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir )

 

USA. Voir aussi la vidéo suivante à 1:55:00 : https://www.c-span.org/video/?442748-1/us-trade-representative-lighthizer-testifies-steel-aluminum-tariffs

    

 
FRANCE. Mars 2018, article de Serge Halimi paru dans Le monde diplomatique :

Un ancien ministre de l’économie socialiste qui, plus tard, créera un parti libéral à son image a un jour détaillé l’art et la manière d’enfanter une société de marché : « N’essayez pas d’avancer pas à pas. Définissez clairement vos objectifs et approchez-vous en par bonds en avant qualitatifs afin que les intérêts catégoriels n’aient pas le temps de se mobiliser et de vous embourber. La vitesse est essentielle, vous n’irez jamais trop vite. Une fois que l’application du programme de réformes commence, ne vous arrêtez plus avant qu’il soit terminé : le feu de vos adversaires perd en précision quand il doit viser une cible qui bouge sans arrêt. » M. Emmanuel Macron ? Non, M. Roger Douglas, en novembre 1989, en Nouvelle-Zélande. Il livrait alors les recettes de la contre-révolution libérale que son pays venait d’expérimenter.

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/03/HALIMI/58473

 

Le démantèlement de la SNCF
:



 
FRANCE. Le 26 février 2018, Blog de Jean-Luc Mélenchon :
Détruire les services publics, c’est détruire l’État
https://melenchon.fr/2018/02/26/detruire-les-services-publics-cest-detruire-letat/

 

Le 28 avril 2014, Rosa Pavanelli, secrétaire générale de l'Internationale des services publics, communiquait dans sa préface du Rapport spécial de Scott Sinclair et Hadrian Mertins-Kirkwood "l'ACS [TISA] contre les services publics" :
"Les services publics ont pour objectif de fournir des services économiques et sociaux essentiels
, tels que les soins de santé ou encore l’éducation, et ce, de façon abordable, universelle, et en réponse à un besoin.
Si les services publics existent, c’est parce que les marchés ne délivreront pas ces résultats.
De plus, les services publics représentent un maillon déterminant pour garantir une concurrence juste en affaires, et une réglementation efficace nous permettra en outre d’éviter les catastrophes environnementales, sociales et économiques, telles que le réchauffement de la planète."

 


 
TiSA
  - parution de 2 nouveaux rapport (en anglais)

Février 2018. "TiSA : Pas notre avenir ! Quand tout est un service, un accord sur le commerce des services affecte tout le monde" par le professeur Jane Kelsey de l'Université d'Auckland. Ce rapport dévoile la portée du coup de force des grandes entreprises en examinant de près l'impact potentiel de TISA sur les travailleurs de tous les secteurs de l'Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (IUF-UITA), ainsi que les conséquences plus larges de TISA sur le mouvement ouvrier, la société et la gouvernance démocratique. Le soutien à ce rapport a été apporté par la Fondation Friedrich-Ebert (Friedrich-Ebert-Stiftung). http://www.iuf.org/w/?q=node/6049


Janvier 2018, une autre étude sur TISA, axée sur l'UE, a été commandée par la Chambre autrichienne du travail : "ASSESS-TiSA : Évaluation des avantages allégués de l'accord sur le commerce des services". Les auteurs sont : Werner Raza, Bernhard Tröster et Rudi von Arnim.
http://www.akeuropa.eu/en/publication-full.html?doc_id=492&vID=37

Those who won’t have the time to read through it, may find the key results here:
In German:
http://www.akeuropa.eu/de/news-full.html?cmp_id=7&news_id=3457&vID=37
And in English:
http://www.akeuropa.eu/en/news-full.html?cmp_id=7&news_id=3457&vID=37 

  



CETA

FRANCE. Interventions de 3 députés de La France Insoumise :

Le 17 janvier 2018. La Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française auditionne le Commissaire européen Pierre Moscovici.
  • Clémentine Autain demande à Pierre Moscovici : "Si un pays refuse de signer le CETA [ratification finale par les Parlements nationaux de l'UE et certains Parlements régionaux], que se passe-t-il concrètement ?"

    Réponse de Pierre Moscovici : "Je pense en effet qu'il faudra qu'à l'avenir, on soit encore plus sérieux sur la qualité des accords commerciaux; on ne peut pas aujourd'hui faire des accords commerciaux qui se passent sans transparence sur toute (une série) de sujets et sans contrôle démocratique [Innocentndlr]
    Que se passe-t-il si le CETA n'était pas ratifié par un Etat membre [de l'UE] ? Vous savez qu'il est en Application provisoire,
    s'il n'y a pas de ratification : l'Application provisoire perdure. C'est ce qui s'est passé pour d'autres accords. Mais c'est une donnée technique que j'évoque ici !". Et Marielle de Sarnez de corroborer : "Purement technique !". Et Pierre Moscovici d'ajouter : "Purement technique".

    Jean-Luc Mélenchon prend la parole : "Les français ont l'habitude de se penser peuple souverain et vous venez de nous dire Monsieur le Commissaire […] que si un peuple, par exemple le mien, la France et ses institutions, décide qu'il ne veut pas du CETA […] vous nous avez bien dit: alors la conséquence c'est que le CETA continuera à s'appliquer, en tout cas tel que c'est le cas déjà aujourd'hui, à l'exception des tribunaux d'arbitrage. Et bien permettez-moi de vous dire […] qu'il y a un désaccord total d'un certain nombre de forces politiques, pas de toutes - il y en a qui sont prêtes à renoncer à la souveraineté de leur pays -, mais pas tout le monde".


    Pierre Moscovici répond à Jean-Luc Mélenchon et à Clémentine Autain (à qui il s'adresse en l'appelant Madame Le Pen) : "…Mais imaginons qu'un Parlement refuse de le ratifier - ce qui à mon avis n'est pas souhaitable pour le Parlement français [Surprisedndlr] mais c'est vous qui en déciderez - dans ce cas là, on entre dans un territoire inconnu - parce que cela n'est jamais arrivé - et qui est juridiquement extrêmement complexe, d'où ma réponse trop rapide, vous m'en pardonnerez, mais les choses sont prévues […] Il y a une déclaration du Conseil [européen] sur ce sujet, annexée à la décision de signer le CETA qui explique comment les choses se passeraient dans ce cas de figure qui ne s'est jamais produit : il faut d'abord qu'un Etat membre notifie son incapacité de façon permanente et définitive à ratifier le CETA. Par exemple à cet Etat de gérer sa procédure parlementaire, il peut y avoir plusieurs votes, et c'est la responsabilité de chaque Etat membre de décider de cela […] Si un Etat membre […] considère qu'il est dans l'impossibilité permanente et définitive de ratifier un accord commercial, en particulier le CETA, il faut alors qu'il le notifie au Conseil [européen], et dans ce cas de figure, oui, l'accord provisoire tombe." https://www.youtube.com/watch?v=AAfOCAbcT4s 

 

Le 1er février 2018. Interventions à l'Assemblée nationale :

  • Clémentine Autain rappelle que "Le candidat Emmanuel Macron s'était engagé à aller renégocier le CETA en cas de risque avéré [de cet accord]. Elu président, il a en effet mis en place une commission qui a remis un rapport, le rapport Schubert, dont les conclusions sont pourtant claires, elles énoncent les dangers du CETA, notamment sur le climat. Et pourtant, le 21 septembre 2017, quelques jours après la remise du rapport, le CETA est tranquillement entré en "application provisoire" et près de 90 % des mesures contenues dans le CETA sont d'ores et déjà appliquées, sans que les français n'en aient entendu parler, et sans l'aval des parlements nationaux [des Etats membres de l'UE]. Mais jusqu'ici, tout va bien ! A tel point que le déni impressionnant de démocratie ne semble pas déranger les artisans de ce genre de traité. Auditionné en commission à l'Assemblée, qu'a répondu le commissaire européen Pierre Moscovici quand je lui ai demandé ce qu'il se passerait si un Parlement, si un pays, ne votait pas pour le CETA [ne ratifiait in fine pas cet accord]. Sans fard, il nous a dit que le CETA continuerait à s'appliquer, oui l'"application provisoire" serait de mise en dépit de ce refus. Alors faut-il comprendre qu'un rejet de la part de la France ne permettrait pas à notre pays de remettre en cause l'application de ce traité ? […] Comment pouvons-nous accepter un tel déni de démocratie, et pour tout dire un coup d'état démocratique ? Mais jusqu'ici, tout va bien ! Mais demain avec le CETA, notre capacité même à légiférer serait compromise par la mise en place des fameux tribunaux d'arbitrage. Ces tribunaux qui existent déjà à travers le monde permettent à des entreprises de poursuivre des Etats si elles s'estiment lésées par une décision politique. Oui, une multinationale peut, avec le CETA, contester des politiques publiques." https://www.youtube.com/watch?v=NGQ7IfDGsTg

 

Le 24 mai 2017. Position de Raoul Marc Jennar, expert des accords de libre-échange : "… pour entrer en vigueur un traité comme le CETA devra être ratifié par chacun des Etats et par les régions lorsqu’elles ont une compétence en la matière (comme la Wallonie, par exemple). Dès lors, le refus d’un seul parlement national ou régional suffira à faire échouer le CETA puisque l’unanimité est requise." Voir les commentaires 18 à 21 : http://www.jennar.fr/2017/05/09/les-appareils-politiques-doivent-se-soumettre-au-peuple/comment-page-1/#comment-288913

   



Smile AGENDA –  Initiative pour des multinationales responsables

L‘initiative pour des multinationales responsables est portée par une vaste coalition : 89 organisations des domaines de l’entraide, des droits humains, des droits des femmes, de la protection de l’environnement, des Eglises, mais aussi des syndicats et des unions d’actionnariat en font partie. http://konzern-initiative.ch/la-coalition/?lang=fr

Genève - le CETIM vous invite à la soirée de projection et discussion autour de l'initiative pour des multinationales responsables qui aura lieu le mercredi 21 février 2018 à partir de 18 h 30. Lieu : Genève, UNI-Mail, salle MR070, Boulevard du Pont d'Arve 40. flyer soirée multionationales responsables

Le 23 octobre 2017. L'effort sur des multinationales responsables s'étend aussi à l'ONU https://www.swissinfo.ch/fre/toute-l-actu-en-bref/l-effort-sur-des-multinationales-responsables-s-%C3%A9tend-aussi-%C3%A0-l-onu/43619238#.We9JUYs4bA8.facebook

 


 

France – Le statut des fonctionnaires est menacé !

Le 19 septembre 2015, Emmanuel Macron s’en prenait déjà au statut des fonctionnaires, estimant qu’il n’est « plus adapté au monde tel qu’il va » et « surtout n’est plus justifiable compte tenu des missions ». http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/09/18/20002-20150918ARTFIG00361-macron-veut-faire-evoluer-le-statut-des-fonctionnaires.php

 


Le 11 juillet 2016. Article de Laurent Mauduit paru dans Mediapart : Emmanuel Macron, le candidat de l’oligarchie.
...
La morale de notre histoire, c’est celle que tire le grand républicain Marc Bloch dans L’Étrange Défaite, dans les semaines qui suivent la débâcle de juin 1940 : « Quelle que soit la nature du gouvernement, le pays souffre si les instruments du pouvoir sont hostiles à l’esprit même des institutions publiques. À une monarchie, il faut un personnel monarchiste. Une démocratie tombe en faiblesse, pour le plus grand mal des intérêts communs, si ses hauts fonctionnaires, formés à la mépriser et, par nécessité de fortune, issus des classes mêmes dont elle a prétendu abolir l’empire, ne la servent qu’à contrecœur. » http://democratie-reelle-nimes.over-blog.com/2016/07/emmanuel-macron-le-candidat-de-l-oligarchie-laurent-mauduit.html

 

Le 1er février 2018. Nous constatons qu'Emmanuel Macron et son gouvernement poursuivent, de façon très offensive, une "attaque" du Service public, conforme au CETA et au TISA. Pour rappel, le CETA est en "application provisoire" excepté l'ISDS/ICS, et l'Accord sur le Commerce des Services (TISA) est en suspens. https://www.franceinter.fr/economie/reforme-de-l-etat-plan-de-departs-volontaires-inedit-pour-les-fonctionnaires-et-remuneration-au-merite

  • Le 25 mai 2016. Analyse des Verts au Parlement européen : CETA - Un voyage en terre inconnue pour les services publics. "Nous entrons ici en terres inconnues. Pour la première fois, l’UE a négocié un accord commercial avec une « liste négative » pour les services. Cela signifie qu'à moins que les gouvernements européens excluent explicitement un service de la négociation, tous les services, y compris de nouveaux services publics à venir, seront automatiquement ouverts à la concurrence des fournisseurs de services étrangers. Des clauses au nom très jargonneux, telle que la clause de « statu quo », qui gèle la législation au moment de la signature de l'accord, ou encore la clause dit de « cliquet », qui empêche de revenir sur la libéralisation d'un service, créent un risque majeur pour les services publics locaux et nationaux. Il faut mesurer l’impact d’un tel accord sur les services publics : faire revenir un service sous le contrôle public devient mission quasi-impossible et sera très coûteux. D'ailleurs, la Fédération européenne des syndicats des services publics est vent debout contre cet accord." http://ttip2016.eu/blog/12%20raisons%20de%20s%E2%80%99opposer%20au%20CETA%20verts.html
    • Les tribunaux privés minant la démocratie. Le 1er février 2018, l’Assemblée nationale étudiait la proposition de résolution de la France insoumise pour demander un référendum sur le CETA, accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Jean-Luc Mélenchon a expliqué pourquoi ce traité posait un problème républicain : « Les multinationales ne seront pas soumises au droit du pays dans lequel elles interviennent ». https://melenchon.fr/2018/02/01/ceta-probleme-republique/



 

TISA, TAFTA & CETA

Le 26 janvier 2018. L’Adetra soutient vivement la candidature d’Emmanuel Maurel, eurodéputé et candidat au poste de premier secrétaire du Parti socialiste français, cet élu ayant dénoncé à plusieurs reprises le danger des accords de libre-échange TISA, TAFTA & CETA. Vous trouverez plusieurs de ses interventions et interviews sur notre site, dont les suivants :

 

Débats du 1er février 2016 au Parlement européen sur TISA, Intervention d'Emmanuel Maurel :
"Monsieur le Président, Mme la rapporteure [Viviane] Reding a dit tout à l'heure que la question qui nous était posée est : Quel TISA voulons-nous ? Mais j'émettrai une petite nuance, je pense que la vraie question est aussi : Voulons-nous du TISA ?
Nous sommes un certain nombre de parlementaires, mais aussi évidemment de citoyens, à douter du bien-fondé d'une telle négociation, pourquoi ? Parce que nous sommes instruits par l'expérience et que nous avons vu le bilan calamiteux des libéralisations passées, alors même que l'Europe, plus que jamais, a besoin de règles et de protections.
Les questions qui sont posées dans cette Résolution et que nous sommes un certain nombre à poser, c'est de savoir si TISA sera un TTIP [TAFTA] déguisé, ou une directive Bolkestein au niveau mondial, ou si TISA impliquera encore plus de dérégulations et encore plus de déréglementation financière ?

Si la Commission répond OUI à ces questions, nous serons évidemment contre TISA. De ce point de vue-là, Mme Arena a raison; notre résolution ne doit pas être un soutien à la Commission, mais plutôt une invitation, un encouragement très vigoureux à procéder autrement et à être toujours soucieux de la protection des salariés et des consommateurs de l'Union européenne".
http://www.deputes-socialistes.eu/emmanuel-maurel-voulons-nous-du-tisa/


Le 28 octobre 2015. Emmanuel Maurel : vidéo sur les mesures de sécurité prises autour des négociations secrètes concernant le TTIP-TAFTA : http://emmanuelmaurel.eu/dans-la-salle-de-lecture-securisee-du-ttip-des-piles-de-documents-negocies-dans-le-plus-grand-secret/
Ce document très intéressant nous informe qu’une majorité de députés de la Commission parlementaire du commerce international (INTA) n’avaient pas accès librement aux documents secrets issus des négociations sur le TTIP/TAFTA !!! L’absence de transparence et la discrimination régnait par conséquent au sein même de la Commission du commerce international chargée d’examiner les accords commerciaux négociés par la Commission européenne !

 
Le 10 décembre 2015, Emmanuel Maurel nous informait que le secret qui entoure les négociations sur TISA est encore plus dense que celui qui entoure les négociations sur le TTIP-TAFTA !!
"Ni salle de lecture sécurisée, ni accès, même restreint, à tous les documents détaillés issus des négociations […] les documents régulièrement révélés par Wikileaks constituent malheureusement la base de travail la plus sérieuse pour les parlementaires" :
http://emmanuelmaurel.eu/revelations-de-wikileaks-sur-le-tisa-la-grande-deregulation/
N.B. Le 3 février 2016, le Parlement européen a voté un rapport de recommandations émanant de la Commission du commerce international (INTA), à l'attention de la Commission européenne.

 
Le 27 avril 2016, interview d’Emmanuel Maurel paru dans Libération :

http://www.liberation.fr/france/2016/04/27/apres-le-tafta-tisa-une-directive-bolkestein-puissance-10_1448995

Le 1er juillet 2016. Intervention d'Emmanuel Maurel sur les négociations TiSA : la Commission européenne est en train de perdre le Parlement européen en route. http://emmanuelmaurel.eu/2016/07/01/negociations-tisa-la-commission-est-en-train-de-perdre-le-parlement-europeen-en-route/

  

Note de l’Adetra : Le processus de négociations de l’accord TISA - déjà très avancé - a été suspendu pendant toute l’année 2017 !

Si ces négociations devaient reprendre, on ne pourrait exclure que TISA soit considéré, au moment de sa signature, comme un « accord non-mixte », ne relevant que de la seule compétence de l’UE ! Dans ce cas, il ne serait alors pas soumis à la ratification des 38 Parlements nationaux et régionaux compétents des Etats membres de l'Union européenne ! (voir ci-après pour des informations complémentaires concernant la « mixité » ou « non-mixité » de TISA).

Question : en cas d'une "non-mixité", puis d'une ratification par le Parlement européen, l’application de TISA au sein de l’UE serait-elle effective dans les mois suivant ce vote ?

 

Quant au CETA, ce traité UE-Canada a été signé le 30 octobre 2016, ratifié par le Parlement européen le 15 février 2017, puis est entré en application provisoire le 21 septembre 2017, à 90 % de ses dispositions. En effet, l’ISDS-ICS, juridiction supranationale privée qui contourne les juridictions publiques nationales, a été exclu de l’application provisoire de ce traité. Dernière étape : le CETA est soumis à la ratification des 38 Parlements nationaux et régionaux de l'UE. https://www.cncd.be/Un-an-apres-la-signature-du-CETA

La « mixité » des accords de libre-échange, étant indispensable à tout système démocratique, nous relevons que le 19 octobre 2016, Emmanuel Macron défendait la « non-mixité » du CETA : « Juridiquement, la Commission européenne aurait pu d’ailleurs, sans revenir vers les Parlements nationaux, faire passer ce traité ». https://www.youtube.com/watch?v=iXrxn1cv6Fg

A 01:15 de cette vidéo, il est aussi intéressant d’entendre Emmanuel Macron affirmer - ce qu'il a à nouveau fait dernièrement en marge du Forum de Davos - vouloir avoir des procédures beaucoup plus transparentes afin d'associer davantage le peuple à la stratégie définie par les leaders, alors qu’il n’est pas prêt à accorder cette même prérogative aux Parlements nationaux !

 

CETA - Le 20 octobre 2016. Dans un entretien au « Monde », le ministre-président socialiste de la Wallonie, Paul Magnette, expliquait son désaccord sur ce traité de libre-échange.
« J’ai reçu des bribes de texte, de sources diverses, pas un document complet à l’heure où je vous parle. »
« Je suis en désaccord total avec M. Macron et d’autres, qui estiment que de tels textes ne devraient pas passer par les parlements. Ce qui alimente aujourd’hui la crise de l’Europe, c’est la manière de négocier des textes d’une telle importance. Cela fait sept ans que le CETA est discuté, c’est vrai, mais nous avons reçu la version définitive il y a moins d’un an et j’ai alerté la commissaire sur tous les problèmes qu’il nous posait dès le 2 octobre 2015. La première réaction m’est parvenue le 4 octobre… 2016, à vingt-trois jours du sommet avec le Canada. »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/10/20/accord-ceta-on-ne-peut-pas-nous-dire-ce-traite-est-parfait-vous-avez-le-choix-entre-oui-et-oui_5017564_3234.html

 

Wink France - CETA. Mercredi 20 septembre 2017, un collectif de personnalités politiques et de syndicats dénonce, dans une tribune publiée par Libération «le silence assourdissant de Nicolas Hulot» sur ce traité qui «enterre la COP21 et les accords de Paris».

   



UE - Pêche électrique

Le 15 janvier 2018. Prise de position à Strasbourg, de Younous Omarjee, juriste, député européen (France), premier Vice-président de la Commission du développement régional, Membre de la Commission des budgets et Membre suppléant de la Commission de l’environnement. Chef de délégation française de la "Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique" https://twitter.com/i/web/status/953006228191547395

 

Interdiction de la pêche électrique : les raisons d'une victoire au Parlement européen

Le 17 janvier 2018. Vidéo du Journal l'Humanité. Qu'est-ce qui a rendu possible le vote de l'interdiction de la pêche électrique par le Parlement européen ? Avec les eurodéputé-e-s Karima Delli (Verts-ALE), Isabelle Thomas (Socialistes & Démocrates) et Younous Omarjee (GUE-GVN). Débat animé par Jean-Jacques Régibier, journaliste. https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=Dr7nPVLS0l4

Définition du RMD : le rendement maximal durable (RMD) est la plus grande quantité de captures que l’on peut extraire d’un stock halieutique à long terme et en moyenne, dans les conditions environnementales existantes (moyennes), sans affecter significativement le processus de reproduction [définition FAO].

      


 

La pêche électrique, une méthode INHUMAINE qui détruit la Vie !

Le 17 novembre 2017, petit reportage sur la pêche électrique, vidéo https://www.youtube.com/watch?v=SQPmiRrRuBk

 

Le 21 novembre 2017, la Commission «Pêche» du Parlement européen s’était prononcée pour la pêche électrique !
Avec la pêche électrique, on est sorti de la prédation pour passer à l’extermination
[…] Les résultats de ce vote laissent bouche bée : 23 voix pour, 3 contre. Trois députés seulement ont été réfractaires. C’est consternant. Que des hypercapitalistes prédateurs soient prêts à détruire le monde pour s’enrichir est une chose. Que des Etats démocratiques avalisent les ambitions apocalyptiques de ces derniers est pathétique.
http://www.liberation.fr/debats/2018/01/08/methode-electrique-peches-barbares_1621082

 

Le 23 novembre 2017, interview de Claire Nouvian, présidente de l’Association BLOOM, suite au vote de la Commission « Pêche » du Parlement européen (avant le vote du Parlement européen) https://www.youtube.com/watch?v=msOeC6EvPak
  • Image d’un chalutier :
    http://oi40.tinypic.com/ri4sg1.jpg

 

Mercredi 17 janvier 2018. Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot https://rennes.maville.com/actu/actudet_-peche-electrique-la-commission-europeenne-a-menti-denonce-yannick-jadot_54135-3361485_actu.Htm

 

Dossier à suivre, informez vos proches !

  


 

Deux grandes nouvelles pour l'Environnement !

UE - Le 16 janvier 2018, le Parlement européen vote l'interdiction de la pêche électrique - vidéo : https://francais.rt.com/france/47347-jadot-exulte-apres-que-parlement-europeen-positionne-contre-peche-electrique-video

 

FRANCE - Edouard Philippe a annoncé, mercredi 17 janvier, à l’issue du conseil des ministres, l'abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Ce dossier ouvert dans les années 1960, constitue le plus ancien conflit environnemental de France. http://www.lemonde.fr/planete/video/2018/01/17/notre-dame-des-landes-le-projet-sera-abandonne-annonce-edouard-philippe_5243029_3244.html

Archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) : http://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/aeroport-de-notre-dame-des-landes-un-projet-qui-ne-decollera-jamais/

Le 17 janvier 2018, intervention de Mathilde Panot FI à l’Assemblée nationale française : https://www.youtube.com/watch?v=hfnuWRVyPBA

  


 
Perturbateurs endocriniens

Le 10 juin 2017, Interview de Barbara Demeneix, biologiste galloise et spécialiste mondiale des perturbateurs endocriniens, par le magazine d'investigation européen Vox Pop : https://www.youtube.com/watch?v=0sKhpxNXRrI

Avril 2016. Excellent reportage d’Envoyé spécial : "Nos vies sont-elles empoisonnées ?" https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-envoye-special-nos-vies-sont-elles-empoisonnees_1394353.html

Documentaire de Stéphane Horel, journaliste et documentariste française. France 5 (2010). Notre quotidien le plus banal est farci de produits chimiques. Incrustés dans les plastiques, les détergents et les grille-pains, nichés dans les aliments, les boîtes de conserve, les jouets, les shampooings, ils sont invisibles et partout à la fois, y compris dans nos corps. https://www.youtube.com/watch?v=RxktDSeVAWQ

Voir aussi le film d’Arte « Demain tous crétins ? » : https://www.demaintouscretins.com/

    


 

UE - Perturbateurs endocriniens

Le 13 décembre 2017. L'Union européenne adopte une définition des perturbateurs endocriniens-

« Le niveau de preuve demandé est toujours extrêmement élevé », a déploré François Veillerette, porte-parole de l’ONG Générations futures, reflétant la déception exprimée mercredi par les ONG et les scientifiques.

« Les Etats membres ont échoué à saisir l’opportunité offerte par la décision du Parlement européen d’améliorer de manière considérable les critères afin de réellement protéger la santé humaine », estime, pour sa part, Genon K. Jensen, directrice de la coordination européenne Health and Environment Alliance (HEAL).

Quant à la communauté scientifique compétente, elle n’a eu de cesse, depuis 2016, de demander à modifier les critères en profondeur. Forte de 18 000 membres, la Endocrine Society dénonçait déjà un « niveau de preuve irréaliste » avant même l’introduction de la clause d’exception retoquée au Parlement.

La rédaction des « lignes directrices » qui expliquent dans le détail comment appliquer les critères d’identification est, elle, déjà terminée. Elaborées sous l’égide des agences européennes de l’alimentation (EFSA) et des produits chimiques (ECHA), elles font l’objet d’une consultation publique jusqu’au 31 janvier. http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/12/13/la-definition-des-perturbateurs-endocriniens-adoptee-a-bruxelles_5229234_3244.html

 


Nota bene
: Or, ces 2 agences européennes sont, depuis plusieurs années, pointées du doigt pour leurs conflits d’intérêts
avec l’industrie agroalimentaire. Cherchez l'erreur ! http://www.liberation.fr/planete/2017/09/15/glyphosate-l-autorite-europeenne-de-securite-des-aliments-sous-influence-de-monsanto_1596572

 

Perturbateurs endocriniens, pour rappel
 :

Le 4 juillet 2017, Nicolas Hulot cédait sur les perturbateurs endocriniens au niveau de l'UE.

Note de l’Adetra : le 1er juin 2017, « Le président Emmanuel Macron s'était adressé en anglais aux Américains en appelant à rendre sa grandeur à notre planète "Make our planet great again", paraphrasant le slogan de Donald Trump, après la décision du président américain de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris "Make our planet great again". (Sudinfo.be) »

Aujourd’hui, nous constatons une totale contradiction entre cet appel du président Macron et ses deux récentes positions au niveau de l’UE sur le Glyphosate et les Perturbateurs endocriniens, entraînant de graves conséquences pour l’Environnement et les Droits humains !

 


 

GLYPHOSATE & CETA - FRANCE