Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Nouvelles - Noticias arrow Lettre à la Mission du Royaume-Uni de Genève, le 16 octobre 2019
Lettre à la Mission du Royaume-Uni de Genève, le 16 octobre 2019 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

ADETRA - Association syndicale de défense des travailleurs
Maison des associations, 15 rue des Savoises, 1205 Genève
Tél. : +41(0)22/320.57.44 Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir - www.adetra.org

 

Genève, le 16 octobre 2019


UK Mission
Monsieur l'Ambassadeur Julian Braithwaite
Avenue Louis Casaï 58
1216  Cointrin

 
Monsieur l'Ambassadeur,

Nous avons pris connaissance de la lettre officielle qui vous a été adressée le 27 mai 2019 par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, M. Nils Melzer, ainsi que de votre réponse du 7 octobre 2019.

Nous souhaitons vous présenter notre position concernant M. Julian Assange.
Notre syndicat Adetra a travaillé pendant plusieurs années, en contact avec des ONGs et faîtières syndicales, pour dénoncer le danger que représentent les grands accords de libre-échange, dont l'accord sur le commerce des services TISA.

Dès 2014, nous avons été informés des publications de WikiLeaks sur ces accords de libre-échange, dont la teneur est gardée secrète, non seulement vis-à-vis des peuples qui sont les premiers concernés, mais aussi des élus de toute l'Union européenne, et même d'eurodéputés directement chargés d'examiner ces accords au sein de la commission du Commerce international du Parlement européen ! (INTA) (1)

Or,
les multinationales qui initient ces accords de libre-échange, avec l'appui des Etats, cherchent à privatiser les services publics et à affaiblir les droits sociaux, ont des activités qui menacent l'environnement et le climat, et dans certains cas, sont directement responsables de crimes contre l'humanité et d'écocide.

D'autre part, le 20 mars 2003, les Etats-Unis et leurs alliés britanniques envahissaient l’Irak sans mandat de l’ONU. Or, cette guerre qui avait été déclarée illégale par le Secrétaire général de l'ONU, M. Kofi Annan, a entraîné entre 2003 et 2010 la mort de plus de 100'000 civils, ainsi que de très nombreux cas de torture. (2)

D'ailleurs, nous relevons que même le président américain Donald Trump a récemment reconnu que les guerres américaines au Moyen-Orient au cours des deux dernières décennies ont été basées sur des mensonges et ont fait des millions de morts !

Dans les deux dossiers précités, le travail réalisé par Julian Assange dans l'intérêt public, a permis de révéler - en collaboration avec de grands médias nationaux et sur la plateforme WikiLeaks - des faits que les gouvernements auraient voulu garder secrets. Or, une telle activité médiatique correspond précisément à du journalisme d'investigation, avec collection et publication de documents classifiés.

En publiant ces documents, la presse d'investigation assume un rôle de contre-pouvoir et de préservation de la démocratie. Les citoyens doivent pouvoir accéder à des informations véridiques, c'est un droit fondamental dans nos démocraties. Or l'administration Trump, en décidant d'inculper Julian Assange pour espionnage, viole ce droit et met en danger la liberté de la presse d'investigation et les lanceurs d'alerte.

A cet égard, le 16 avril 2019, le Parlement européen a adopté à une large majorité une nouvelle directive visant à renforcer la protection des lanceurs d'alerte et à les empêcher de subir des représailles et des conséquences telles que condamnations, exil forcé et procédures judiciaires sans fin.
Cette directive stipule en particulier que lorsqu'un journaliste ou un lanceur d'alerte découvre des secrets d'État qui sont dans l'intérêt public, ils ne doivent pas être poursuivis pour leur acte de service public.

Par conséquent, Julian Assange, après avoir purgé sa peine pour une infraction mineure, devrait être mis au bénéfice de cette directive et être libéré dans les plus brefs délais ! Ce d'autant plus que sa santé décline fortement à la prison de Belmarsh où ses conditions de détention sont totalement inacceptables, M. Assange étant maintenu à l'isolement entre 21 à 23 heures par jour, et n'ayant pour tout contact que ceux qu'il a avec ses gardiens et lors de deux visites d'une heure par mois.

Nous vous informons que notre syndicat Adetra approuve totalement et sans réserve les remarquables travaux et conclusions du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, concernant Julian Assange. Par contre, nous contestons résolument la teneur de votre réponse qui s'inscrit dans la droite ligne de la coalition menée depuis 2010 par les Etats-Unis et les gouvernements qui lui sont subordonnés - dont celui du Royaume-Uni - pour détruire Julian Assange, WikiLeaks et une presse d'investigation de qualité.

Il est de plus très inquiétant de constater l'autocensure pratiquée par de nombreuses ONGs, ainsi que par de grands médias nationaux.

A ce sujet et pour conclure, vous n'êtes pas sans savoir que dans la perspective de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, du mercredi 26 juin 2019, Nils Melzer a écrit une tribune libre intitulée «Démasquer la torture de Julian Assange». Il a transmis cet article à plusieurs médias nationaux américains, anglais et australiens qui ont tous ont refusé de le publier.

Extrait de cette Tribune
: "J'ai finalement compris que j'avais été aveuglé par la propagande et qu'Assange avait été systématiquement calomnié pour détourner l'attention des crimes qu'il avait dénoncés […] Il ne s’agit pas seulement de protéger Assange, mais d’empêcher un précédent [juridique] susceptible de sceller le sort de la démocratie occidentale. Dès que la révélation de la vérité devient un crime, tandis que les puissants jouissent de l'impunité, il est alors trop tard pour corriger le cap. Nous aurons abandonné notre voix à la censure et notre destin à une tyrannie débridée".

Aujourd'hui le monde vous regarde, demain l'Histoire vous jugera !

Bien sincèrement,

Pindaro Hugo Guarin, président Adetra

Jean Ziegler, sociologue, Vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme de l'ONU

Erica Deuber Ziegler, historienne de l'art

Isabelle Muller, membre comité Adetra

Ivar Petterson, membre comité Adetra


Copie de ce courrier est adressé ce jour au gouvernement de la Confédération helvétique

Le 28 octobre 2015. Vidéo de l'eurodéputé Emmanuel Maurel, sur les mesures de sécurité prises autour des négociations secrètes concernant le TTIP-TAFTA : http://emmanuelmaurel.eu/dans-la-salle-de-lecture-securisee-du-ttip-des-piles-de-documents-negocies-dans-le-plus-grand-secret/

Guerre en Irak. Le bilan de l’IBC Iraq Body Count (2010) : https://www.france24.com/fr/20101023-bilan-victime-guerre-irak-morts-objet-controverse-wikileaks-iraq-irak-body-comptage-methodologie

 


 

 

ADETRA - Association syndicale de défense des travailleurs
Maison des associations, 15 rue des Savoises, 1205 Genève
Tél. : +41(0)22/320.57.44
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir - www.adetra.org

 


Genève, le 16 octobre 2019


PALAIS FEDERAL
Conseil fédéral
3003 BERN




Concerne : M. Julian Assange


Mesdames et Messieurs les Conseillers fédéraux,

Par la présente, nous vous prions de recevoir ci joint copie de la lettre que nous adressons ce jour à la Mission du Royaume-Uni de Genève concernant M. Julian Assange.

Nous espérons que la Suisse affirmera sa souveraineté, tout particulièrement sur ce dossier et à l'instar de l'Islande en 2011, sans se soumettre, comme le font d'autres Etats, au diktat du gouvernement américain.

Dans cette optique, nous vous prions d'intervenir de toute urgence auprès des autorités du Royaume-Uni pour protéger le lanceur d'alerte Julian Assange, dont la vie est aujourd'hui en danger à la prison de Belmarsh à Londres.

Nous vous remercions par avance des démarches que vous aurez l'obligeance d'entreprendre et vous prions de recevoir, Mesdames et Messieurs les Conseillers fédéraux, notre considération distinguée.


                                                                                               ADETRA


Annexe ment.

 


 
< Précédent   Suivant >